Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Réduire l’impact des polluants atmosphériques pour éviter la catastrophe
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Réduire l’impact des polluants atmosphériques pour éviter la catastrophe

La réduction des émissions n’est pas une option à prendre ou à laisser, mais plutôt une affaire d’urgence. Une nouvelle étude financée par l’UE et réalisée par l’European Geosciences Union (EGU), qui explique que la majorité de la population mondiale respirera un air de mauvaise qualité en 2050 si nous maintenons le statu quo, vient rappeler que le temps presse.

Dans leur article paru dans la revue scientifique de l’EGU, Atmospheric Chemistry and Physics, les scientifiques de Chypre, du Danemark, d’Allemagne, d’Italie et d’Arabie saoudite prévoient que d’ici 2050, à savoir dans moins de 40 ans, tout citoyen dans le monde sera soumis à une pollution atmosphérique semblable à celle d’Asie de l’Est aujourd’hui. La pollution atmosphérique constitue un risque important pour la santé qui devrait empirer avec l’augmentation des activités industrielles; et selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), la pollution atmosphérique en zone urbaine serait responsable chaque année de 1,3 million de décès dans le monde entier.

Les chercheurs ont étudié l’impact des émissions anthropiques sur la qualité de l’air au cas où la tendance actuelle des émissions se maintienne et si aucune mesure d’atténuation du changement climatique ou de réduction de la pollution atmosphérique ne sont mises en place. Ils ont estimé la qualité de l’air en 2005, 2010, 2025 et 2050 en utilisant un modèle de chimie atmosphérique fondé sur une formule mathématique afin de prédire la météorologie et la composition chimique de l’atmosphère.

L’un des auteurs de l’étude, Greet Janssens-Maehout, du Centre commun de recherche (JRC – Joint Research Centre) de la Commission européenne en Italie, commente: «À l’heure actuelle, les négociations climatiques qui ont suivi le protocole de Kyoto progressent à un rythme lent et l’on ignore si les politiques sur la qualité de l’air auront une portée mondiale. Dans les régions présentant une croissance économique, il sera plus difficile d’établir des mesures de réduction des émissions en raison de la forte croissance des activités dans des secteurs particuliers; dans les pays souffrant de la crise économique, il sera difficile de mettre en oeuvre des mesures onéreuses de la qualité de l’air au cours des prochaines années.»

Les résultats ont montré qu’en 2025 et 2050, si aucune mesure n’est prise, l’Asie de l’Est sera exposée à des taux élevés de polluants tels que le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre. Le nord de l’Inde et la région du Golfe persique, pour leur part, souffriront d’une hausse marquée des niveaux d’ozone. L’étude souligne que la pollution atmosphérique augmentera considérablement en Europe et en Amérique du Nord, mais beaucoup moins en Asie, en raison des politiques d’atténuation mises en place ces vingt dernières années.

Cette étude est la première à inclure cinq polluants atmosphériques importants ayant un impact négatif sur la santé humaine: le PM2.5, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre, l’ozone et le monoxyde de carbone. Les scientifiques ont pris en compte ces polluants dérivés des activités humaines, ainsi que les polluants naturels comme la poussière du désert, les embruns et les émissions volcaniques.

L’étude internationale a conclu que «des actions fermes et une législation efficace» étaient nécessaires «pour éviter une détérioration drastique de la qualité de l’air, laquelle pourrait avoir de graves conséquences sur la santé humaine». L’auteur principal, Andrea Pozzer de l’Institut Max Planck de chimie en Allemagne, commente: «Nous montrons dans notre étude qu’une meilleure législation pour contrôler et réduire les émissions anthropiques est nécessaire, notamment dans l’est de la Chine et dans le nord de l’Inde, afin d’éviter les points sensibles de la pollution atmosphérique.»

© Communautés européennes, 1990-2012 / Source CORDIS

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
kermit
12 septembre 2012 - 0 h 00 min

ça ne serait pas plutôt le contraire?
augmenterait considérablement en Asie et moins en Europe à cause des politiques de réduction…
Ca serait plus logique!


thylacine
13 septembre 2012 - 0 h 00 min

Les états (la France de gauche en tête) proclame haut et fort la nécessité d’une « croissance » économique pour sauver les Hommes. On nous annonce 1 milliard de véhicules, et c’est loin d’être fini… Et on s’inquiête de la pollution de l’atmosphère! Evidemment que cette fine (ultra-fine, tout le monde a vu les photos depuis l’espace) pellicule de gaz qui gaine notre belle planète, va rapidement pâtir d’être utilisée comme poubelle par des milliards d’humains en mal de « richesses ». Le problème est exactement le même pour toute la biosphère, qui n’est guère plus épaisse.
Tout le monde sait cela maintenant, que tout est lié… Et pourtant rien ne se passe… Etrange…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
111

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS