Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Pollution au mercure : FNE active le gouvernement
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pollution au mercure : FNE active le gouvernement

Il est reconnu de longue date que le mercure présente de graves dangers pour la santé et l’environnement. Malgré cela, un rapport qui vient d’être publié par France Nature Environnement (FNE) fait état de pics de pollution inquiétants autour des sites industriels qui utilisent encore le mercure dans leur cycle de production.

Interdit depuis 1998 dans les thermomètres médicaux, ce métal est toujours présent dans l’industrie, et notamment lors de l’électrolyse pour la production de chlore. On le trouve également dans quelques produits de notre quotidien comme les lampes à fluorescence ou l’amalgame dentaire. Toxique par inhalation, ingestion de denrées contaminées (comme les poissons) ou contact cutané, le mercure peut être responsable notamment de troubles neurologiques, cardiovasculaires ou de l’immunologie. Face à ces risques, un réseau international de 75 ONG mène une campagne active. Appelée « Zéro mercure », cette initiative vise à contrôler la bonne application des règlements en vigueur et à effectuer des relevés de pollution sur le terrain. FNE, membre de ce réseau, a fourni hier à la presse ses résultats pour six sites industriels français. Sur certains sites, FNE a constaté des pics de mercure à 20 761 nanogrammes par mètre cube d’air et des bruits de fond approchant les 400 ng/m3. A titre de comparaison, le taux naturel de mercure dans l’air ambiant est compris entre 1 et 4 nanogrammes par mètre cube d’air, et, bien qu’il n’existe pas de seuil réglementaire fixé, l’Agence américaine de protection environnementale (EPA) évalue à 300 ng/m3 le niveau de risque minimum lors d’expositions chroniques.

« une situation peu glorieuse pour la France »

FNE insiste tout particulièrement sur les taux de pollution mesurés sur le site d’Arkema à Jarrie dans l’Isère et dénonce l’hypocrisie de l’entreprise. Arkema, issue du groupe Total, affiche en effet une politique de transparence et de réduction de son empreinte environnementale qui semble bien loin des constats faits par l’association écologiste. En continuation, dans son rapport, FNE explore le contexte législatif et met en relief « une situation peu glorieuse » pour la France. Alors que, dans les conventions internationales et les directives européennes, l’objectif est de parvenir à l’abandon des techniques d’électrolyse à cellule de mercure d’ici à 2010, la France a, quant à elle, reporté cette échéance à 2019. Vivement dénoncées par les associations, ces dix années de report ont peut-être des chances, à la lumière des dernières révélations, d’être réévaluées par le ministère. Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno, la nouvelle secrétaire d’Etat à l’Ecologie, ont annoncé aujourd’hui qu’ils souhaitaient réunir les industriels concernés pour rediscuter des délais fixés. Le ministère déclare également qu’une campagne de vérification sera menée sur le site d’Arkema puisque d’après les autorités, les mesures antérieures n’avaient pas « détecté de telles anomalies ».

Elisabeth Leciak
1- BEE est une ONG fédérant en Europe 145 organisations environnementales.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 06 février 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS