Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Pesticides dans les aliments : l’Europe simplifie au détriment de la santé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pesticides dans les aliments : l’Europe simplifie au détriment de la santé

Jusqu’à présent, il appartenait à chaque état membre de l’Union européenne de fixer les limites maximales de résidus de pesticides (LMR) que l’on trouve dans les produits d’origine agricole (légumes, viandes, fruits, lait, œufs, céréales, épices, thés, cafés, etc.). Depuis aujourd’hui c’est fini. Les LMR sont dorénavant fixées par la Commission européenne et se substituent à l’ensemble des 27 législations nationales, dans le but officiel de simplifier les choses pour les professionnels comme pour les consommateurs.

En effet, si auparavant les résidus d’un pesticide spécifique, sur un produit donné, conduisaient pour une même valeur de pollution de l’aliment à une possibilité de commercialisation dans certains états et d’interdiction dans d’autres, la nouvelle législation aligne tous les pays européens sur le même taux. Elle fixe ainsi pour environ 1 100 pesticides, qui ont été ou sont toujours utilisés, des LMR pour 315 produits d’origine agricole. Par ailleurs, ces LMR s’appliquent également aux produits transformés, moyennant un ajustement tenant compte des dilutions, concentrations et/ou transformations possibles.

En conséquence, pour les professionnels, l’unification de ces LMR à l’échelle de l’Europe est la garantie d’échanges commerciaux intracommunautaires simplifiés, tandis que pour les consommateurs c’est la garantie de connaître la quantité maximale de pesticides ingérée lors de la consommation d’un produit donné (1).

Néanmoins, si Androulla Vassiliou, la commissaire européenne en charge de la santé, considère en plus que cette nouvelle législation apporte ‘… l’assurance que la quantité de résidus de pesticides présents dans les denrées alimentaires est la plus limitée possible et que ceux-ci n’ont pas d’effet dommageable pour nos citoyens.’, ce n’est pas l’avis de certaines associations. Celles-ci dénoncent ainsi le fait que, alors que la Commission européenne aurait dû retenir les seuils de LMR de pesticides les plus bas possibles (article 25 du règlement 396/2005), c’est quasiment la démarche inverse qui prévaut. Hans Muilerman, porte-parole de l’ONG néerlandaise Natuur en Milieu, souligne ainsi que ‘Pour chaque pesticide, la Commission a identifié le pays ayant la plus « mauvaise » limite de sécurité et a adopté ce niveau pour les normes européennes’.

Dans ce cadre, pour les états qui avaient mis en place des législations ‘restrictives’ quant aux LMR acceptables, les seuils de présence de pesticides augmentent fortement. C’est notamment le cas de l’Allemagne et de l’Autriche, aux législations jusqu’alors relativement strictes en la matière. Ainsi, concrètement, pour l’Autriche, l’adoption de ce texte signifie que 65 % des pesticides utilisés voient leur taux de résidus dans les aliments augmentés, pour certains jusqu’à 1 000 fois, alors que seuls 4 % sont à la baisse.

Dans ces conditions, selon le MDRGF, ‘de nombreuses LMR deviendront dangereuses pour les consommateurs – au regard même des normes de sécurité et des méthodes d’analyse fixées par l’UE elle-même.’ En conséquence, l’ONG Natuur en Milieu et le réseau PAN Europe ont décidé d’engager une action en justice contre la Commission européenne, afin de l’obliger à revoir son texte.

Pascal Farcy
1- Publiée par la Commission européenne, une base de données est disponible sur Internet pour fournir la LMR d’un pesticide donné, en liaison avec un produit agricole.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 septembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
ptitiza87
1 septembre 2008 - 0 h 00 min

Autoriser un dénis d’information sur le taux de pesticides dans les aliments est une honte pour les hommes.!!!! Comment peut on continuer à tolérer toutes ces magouilles dans le secteur de l’alimentation. toutes ces grandes marques qui ne cessent de nous vendre des produits alimentaires néfastes pour notre santé !!!! aspartame!!!! et tout le reste!!! ils créeént de l’alimentation néfaste pour notre organisme et ensuite ils créent des médicaments pour nous soigner!!!!!!!!!!Mais où va t-on?
J’ai 36 ans et je commence à me dire que « le soleil vert »,,,,rappellez vous le film : dans les années 80………Ou alors regardez le………..vive les OGM!!!!Vive le clonage !!!!!!HUM!!! Regardez ce que vous mangez!!!!!!!!


jean-luc
4 septembre 2008 - 0 h 00 min

Les membres de la commission européenne n’en doutons pas sont comme Sarko: aux ordres des multinationales. Ainsi chacun de ses membres recevra sa petite enveloppe. Je vous rappelle que l’ump Deviedjan est favorable aux cultures OGM en France sauf dans son département ou il en fait interdire l’utilisation. Aurait-il une consience celui là?


marseille42
4 septembre 2008 - 0 h 00 min

Monsanto et consorts ont encore sévi…en remplissant les poches ou plutôt les caisses des partis de nos chers, au sens d’onéreux, élus. « Après moi, le déluge » aurait dit Louis XV. Tous technocrates et élus européens sont dans la même logique: peu importe l’avenir de l’humanité pourvu qu’ils jouissent du présent. Mais qu’attendent les électeurs pour les virer dé-fi-ni-ti-ve-ment. Il y plus une trentaine d’années, les Amis de la Terre avaient sorti une affiche avec un arbre superbe et ce slogan « Le technocrate craint l’arbre ». Ce me semble non seulement être de plus en plus d’actualité mais il faut y ajouter l’irrespect de la santé et de la vie d’autrui.


jdautz
5 septembre 2008 - 0 h 00 min

Je ne vois pas trop où est l’entrave commerciale et encore moins la « gène pour le consommateur ».

Il suffit de s’aligner sur le pays le plus exigeant, je ne vois pas trop où est le problème ]:->

Enfin bon, la santé c’est important, mais moins que le commerce, hein! Et tant pis pour les allergies et les prises de poids qui-se-développent-avec-la-consommation-de-nouriture-industrielle-mais-on-ne-sait-pas-pourquoi.


lf
7 septembre 2008 - 0 h 00 min

C’est bientôt les élections européennes, et nous pourrons interroger très précisément les candidats sur ces problèmes.
Il serait même souhaitable que FNE prépare une liste de questions très précises (afin d’éviter les réponses fuyantes) à l’intention des candidats, que les électeurs puissent soumettre localement aux candidats, et faire la publicité de leur réponse, et plus tard celle de leurs votes.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
31

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS