Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Opération Graines de l’Espoir
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Opération Graines de l’Espoir

En Afrique ou au Brésil, des familles veulent elles-mêmes se prendre en charge pour survivre. Mais elles manquent de tout. Ces familles n’ont même pas de graines à semer dans leur jardin.

Il y a 4 ans, l’opération ‘Graines de l’Espoir’ a été lancée sur une idée simple : pouvoir aider sans gérer d’argent. Demander de l’argent, c’est toujours gênant et difficile. Ensuite, il faut utiliser à bon escient les fonds recueillis, suivre régulièrement les comptes. Il faut aussi pouvoir aller sur place. Avec des graines, les frais d’envoi sont raisonnables (ce qui n’est pas le cas pour des outils ou tout autre matériel). Les graines n’intéressent pas les voleurs. Si elles sont bloquées quelques mois (ce qui arrive) dans un centre de tri ou de douane, elles ne se périment pas. Un kilo de semences diverses permet de nourrir plusieurs familles pendant une année ! Depuis que l’opération ‘Graines de l’Espoir’ a été lancée, plusieurs villages en Afrique, à Madagascar et au Brésil ont bénéficié des graines récoltées par des jardiniers amateurs de France et de Belgique. Ces graines donnent non seulement les légumes mais de nouvelles graines, la saison suivante, permettant à ces villages de devenir autosuffisants.

100 % de bénévolat

Cette opération humanitaire fonctionne selon un principe très simple : aucune somme d’argent ne doit circuler. L’association ne reçoit que des graines. Les graines — et seulement des graines (ou de la documentation) — sont envoyées aux villages en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Personne n’est rémunéré. C’est du bénévolat à 100 %. Avec les graines potagères, sont joints des sachets de graines d’Artémisia annua, seule plante capable de venir à bout du paludisme. Les frais d’envoi et de documentation sont pris en charge par le magazine Belle-Santé. Dans chaque village, un contact sur place distribue les graines et forme les agriculteurs. Il s’agit souvent d’un chef de village, d’un responsable d’ONG ou d’association, ou bien encore d’un instituteur. Une ou deux fois par an, ce contact envoie des photos et des nouvelles des plantations.

Des lettres émouvantes

Les villages sont souvent démunis suite à des guerres ou des catastrophes naturelles. Ces modestes graines apparaissent comme un véritable signe d’espoir.

Ainsi Mathurin Ouédraogo (Burkina Faso) témoigne :’très enchanté par votre proposition de nous fournir des graines. Que peut désirer un aveugle sinon la vue ! Merci encore et à bientôt !’. Voici ce qu’écrit Janine (Centrafrique) : ‘Le jardin est très beau car nous avions bien préparé la terre. Tout pousse bien. J’ai eu des tomates qui pesaient 300 g. De nombreux jeunes font des jardins puisqu’il n’y a pas d’école. Je leur ai donné à chacun une tomate mûre. Et ils ont repiqué les graines. Pour moi, je vais repiquer les tomates avec les graines de celles que j’ai mangées, c’est formidable. Merci encore de votre fidélité à nous aider…’. M. Verdier, correspondant de Graines de l’Espoir à Despertar (Brésil) explique : ‘Nos élèves du cours d’horticulture ont commencé l’année comme tous les autres en février. Ils ont commencé par des cours théoriques puis ils ont nettoyé un terrain pour le préparer aux semis. À la fin du mois de juin, nous avons pu admirer tomates, laitues, carottes courgettes… Les enfants peuvent — non sans fierté — ramener quelques légumes chez eux. La plupart des élèves sont de jeunes garçons âgés de 10 à 14 ans. Ils sont très turbulents. Il faut dire que beaucoup vivent dans des situations familiales difficiles, en plus du cap de l’adolescence et des tentations de la rue. L’horticulture est un moyen pour eux de canaliser la violence qu’ils ont déjà en eux. C’est bien sûr aussi un outil précieux de subsistance, que ce soit à la maison — ils ont souvent un peu d’espace pour planter au moins un rang d’oignons ! — ou bien plus tard comme jardinier ou maraîcher.’

Un beau jardin sous le soleil

Un petit document, illustré de dessins, a été rédigé par Angela David, Ingénieur en techniques agricoles (et spécialiste de l’agriculture biologique). Dans ce ‘Manuel pratique de jardinage en zone tropicale’, Sophie Lacoste a ajouté quelques conseils de santé. Elle a aussi précisé les indications thérapeutiques des légumes les plus courants. Car un potager, c’est aussi une véritable pharmacie naturelle. En fin de brochure, des explications sur l’artémisia (seule plante capable de guérir le paludisme) permettent aux jardiniers locaux non seulement de cultiver la plante mais aussi de l’utiliser en cas de crise de paludisme. Ce petit guide, édité par Belle-Santé, est envoyé systématiquement et gratuitement aux villageois africains ou brésiliens avec les semences.

Comment participer ?

Récoltez les graines de vos propres légumes à condition qu’ils soient produits de semences bio ou bien directement de votre jardin depuis plusieurs années. Vous ne récolterez donc que des ‘vraies’ graines, des graines de variétés rustiques, variétés que vous avez déjà semées et dont vous êtes à peu près sûr du résultat. Vous les faites sécher. Vous les mettez dans une enveloppe sur laquelle vous indiquez la variété. Et vous les envoyez à ‘Graines de l’Espoir’. Vous pouvez aussi envoyer des sachets du commerce à condition que ce soit des semences ‘bio’. Attention à ne pas envoyer de semences ‘hybrides’ ou ‘F1′ car elles ne sont pas fertiles la seconde année. Tous les légumes ‘occidentaux’ poussent dans les zones tropicales : haricots, tomates, petits pois, courgettes, épinard, pourpier, salade, piment, aubergine… Des bénévoles répartissent les sachets et les envoient aux différents villages. Dans le paquet sont ajoutés des conseils de plantation et notamment le ‘Manuel pratique de jardinage en zone tropicale’.

Une seule adresse

Envoyez vos graines à : Graines de l’Espoir – Belle-Santé – BP 8 – 77520 Donnemarie-Dontilly.

François Thiéry

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 octobre 2004 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
40

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS