Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Observatoire de santé autour des mines d’uranium : coup de pub d’Areva ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Observatoire de santé autour des mines d’uranium : coup de pub d’Areva ?

Soucieuse de redorer une image qui peine à conserver sa crédibilité, AREVA multiplie les campagnes de publicité pour témoigner de son engagement à réduire au mieux l’impact de ses activités. Dernière innovation en date, le groupe a annoncé la création d’Observatoires de Santé autour de toutes les mines d’uranium qu’il exploite à travers le monde. Ces organismes auront pour vocation d’étudier l’impact sanitaire et environnemental des divers sites et d’indemniser les personnes souffrant de pathologies consécutives aux activités d’extraction d’uranium.

Outre l’ironie évidente qu’il y a à voir AREVA créer des observatoires de la santé autour des mines d’uranium que le groupe nucléaire exploite lui-même, la CRIIRAD (1) émet de nombreuses réserves quant à la validité de ce projet. D’une part, on ignore encore si seuls les salariés seront concernés par ces mesures ou si celles-ci engloberont également les populations riveraines exposées. De plus, la CRIIRAD craint que les pathologies prises en charge se limitent aux affectations listées au tableau n°6 des maladies professionnelles du Code de la Sécurité Sociale français. Or, celui-ci date de 1984 et ne comprend que trois types de cancers radio-induits. Ce texte obsolète ne tient donc aucunement compte des connaissances actuelles sur les effets des expositions chroniques à de faibles doses de rayonnement, lesquelles suspectent de nombreux types de cancers, d’atteintes cardiovasculaires, de maladies rénales ou encore d’affections neurologiques.

Enfin, les conditions d’indemnisation demandent à être éclaircies, notamment sur les éléments à fournir pour attester du lien de cause à effet entre l’apparition du mal diagnostiqué et l’exposition aux activités du groupe. La durée de la prise en charge est également un autre point capital à prendre en considération. Pour la CRIIRAD, les soins « devront être prodigués aussi longtemps que les impacts seront effectifs ». Or, d’après la commission, cela peut engager plusieurs décennies en cas de réaménagement hasardeux des exploitations, comme cela s’est déjà vu par le passé et notamment en France.

A l’heure actuelle, de nombreuses défaillances ont été observées sur divers sites. Ainsi, selon l’enquête menée par le CRIIRAD, des dizaines de bouches d’aération rejetteraient directement dans l’atmosphère un gaz radioactif cancérigène, le radon 222, sur le site d’Akokan au Niger. Toujours au Niger, plus de 30 millions de tonnes de résidus radioactifs seraient entreposés à l’air libre sur les sites d’Akokan et d’Arlit. Concernant ces sites, une autre inquiétude fait jour quant à l’accès et à la salubrité de l’eau alimentant les populations locales. En effet, leur exploitation a conduit à extraire plus de 270 millions de m3 dans une nappe fossile et la mise en exploitation du gisement d’Imouraren conduira au soutirage de 12 à 13 millions de m3 par an. AREVA aurait, par ailleurs, reconnu que la nappe souterraine sera asséchée d’ici une quarantaine d’années, à la fin de l’exploitation.

Aussi, est-il légitime de douter sérieusement de la volonté affichée par AREVA de réparer les dommages causés par le passé alors même qu’elle semble s’entêter dans la même voie et rechigner à prendre de bonnes résolutions.

Cécile Cassier
1- Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
klug
23 juin 2009 - 0 h 00 min

Grandiose, Areva se substitue à l’Etat !
C’est à l’Etat de prendre les dispositions pour assurer la meilleure santé de sa population.
Alors carence ?
Non, plus terrible, Areva juge et partie, quoi de plus sûr pour cacher que de s’auto-controler ?

C’est exactement cela qui est une des plus grande cause de catastrophe dans le monde : vache folle, l’industrie se controle, l’Etat a adopté le ‘laissé faire’.
L’amiante, là c’est pire, car en plus collusion criminelle,
Finance, les financiers demandent plus de libertés et se contrôlent, et comme à chaque fois, c’est un désastre.
Il est abject que le donneur d’ordre soit son propre contrôleur. Un peu comme si l’executif se permettait de dominer le législatif … La séparation des pouvoirs est une condition nécessaire (et non suffisante) pour que les systèmes fonctionnent.
Dernier mot, en logique, on sait qu’un système est incapable de se déclarer en bon état ..
Le fou ne dit ni croit jamais qu’il est fou ..


lupus
26 juin 2009 - 0 h 00 min

Heureusement, en France nous avons un super gouvernement qui va très vite prendre des mesures pour « améliorer » la situation car la sécurité est la préoccupation majeure de nos ministres. Les voyous n’ont qu’à bien se tenir !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
20

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS