Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Nocivité des cosmétiques bébés : le doute persiste et la vigilance s’accroît
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Nocivité des cosmétiques bébés : le doute persiste et la vigilance s’accroît

En septembre 2008, un collectif de médecins, le comité pour le développement durable en santé (C2DS), lançait une campagne de presse sur la possible présence de substances toxiques dans les produits cosmétiques distribués, sous forme de mallettes, aux jeunes mamans dans les maternités. L’inquiétude portait tout particulièrement sur les articles à destination des enfants en bas âge dont la vulnérabilité à ce type d’exposition est particulièrement importante.

Chargée de la régulation et de la surveillance du marché cosmétique, l’Afssaps (1) réagissait en diffusant, début octobre, un communiqué rappelant la réglementation en vigueur en matière de cosmétiques, et annonçait la prise de nouvelles dispositions.

Au regard de la réglementation européenne, les produits cosmétiques, ceux destinés aux nourrissons inclus, sont soumis à des normes en matière de composition, d’étiquetage et de présentation. En outre, cinq arrêtés, modifiés en date du 6 février 2001, renforcent cette législation en dressant des listes distinctes et évolutives des substances interdites, soumises à restriction ou autorisées sous certaines conditions. Toutefois, à l’heure actuelle, la commercialisation d’un produit cosmétique n’est pas soumise à une autorisation de mise sur le marché. Dès lors, il revient au responsable de la mise sur le marché de s’assurer de l’innocuité des dits produits et de mettre un dossier relatif aux conditions de fabrication et de contrôle à disposition des autorités compétentes. Face à ce constat, la Commission de cosmétologie de l’Afssaps s’est dotée, le 12 octobre dernier, d’un groupe de travail spécifique, « chargé d’élaborer des recommandations à l’attention des professionnels afin de leur permettre de procéder à des évaluations de la sécurité prenant en compte la spécificité des nourrissons et des enfants de moins de trois ans ».

Mais le cadre réglementaire n’ayant pas suffi à apaiser les inquiétudes des associations et des consommateurs, l’Afssaps et la DGCCRF (2) ont mené conjointement une enquête sur les produits cosmétiques destinés aux jeunes enfants commercialisés sur le territoire national. Issus de mallettes cadeaux, de pharmacies ou de la grande distribution, lingettes nettoyantes, crèmes, eaux parfumantes, laits de toilette, lotions, produits unidoses ont été passés au crible, les produits « sans rinçage » ayant fait l’objet d’une attention particulière. Du 14 octobre 2008 au 19 février 2009, l’Agence a ainsi effectué 20 inspections portant sur 47 produits cosmétiques et représentant plus de 10 millions d’unités vendues en 2008. Sur l’ensemble des produits analysés, aucun ne contenait de substances interdites par la réglementation européenne. Toutefois, il est apparu que ces produits intégraient des conservateurs « en nombre important », bien que les restrictions d’emploi aient été respectées. Concernant la présence de substances allergisantes, 3 échantillons sur 34 ont présenté des quantités de substances allergisantes légèrement supérieures au seuil à partir duquel leur mention sur l’étiquetage est obligatoire. Si l’Afssaps a jugé ce bilan globalement satisfaisant, elle reconnaît, cependant, que « des progrès restent à accomplir pour ce qui concerne la qualité de l’évaluation ». En effet, sur les 47 produits examinés, « l’absence d’évaluation a été constatée pour trois produits commercialisés par une même entreprise et 44 évaluations ont été jugées perfectibles (soit 93 %) par l’Afssaps ».

A la lecture de cet avis, le C2DS a fait entendre son mécontentement quant à l’absence d’obligations soumises aux industriels, l’inertie de la réglementation en vigueur et l’imprécision du calendrier de travail de recommandations engagé. Le collectif a ajouté que la réglementation européenne, référentiel invoqué par l’Afssaps, était jugée « obsolète » par l’ensemble de la communauté scientifique internationale. Il appelle à des efforts en terme d’information aux femmes enceintes, de transparence des étiquettes et de traçabilité des substances utilisées.

Cécile Cassier
1- Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

2- Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Pour plus d’informations, se référer au dossier « Cosmétiques : faut-il choisir entre esthétique et santé ? », dans le n°27 d’Echo Nature (septembre / octobre 2009).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Linotte
29 octobre 2009 - 0 h 00 min

Les bébés n’ont pourtant pas besoin du moindre cosmétique…
N’est-ce pas plutôt contre leur pub et leur distribution gratuite qu’il faudrait lutter ?
Ce serait meilleur aussi pour le porte-monnaie des parents…


marseille42
29 octobre 2009 - 0 h 00 min

Un savon doux, de l’huile d’amande douce ou toute autre huile légère, bio et pressée à froid, des couches en tissu lavées au savon de Marseille et bien rincées (ajout d’un peu de bicarbonate de soude si l’eau est très calcaire)pour éviter toute irritation, voici ce qui convient à la toilette de la peau fragile des bébés. Tout le reste n’existe que pour enrichir les labos et leurs actionnaires.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
18

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS