Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Ne pas sous-estimer la bio-accumulation des PCB via l’alimentation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Ne pas sous-estimer la bio-accumulation des PCB via l’alimentation

Le 7 décembre dernier, un scandale éclatait suite à la détection de taux anormalement élevés de PCB (1) dans certaines viandes de porc en provenance d’Irlande. Selon toute vraisemblance, l’origine de la contamination viendrait de la distribution d’aliments pour animaux contaminés, issus d’un seul producteur.

Saisie le 8 décembre par le ministère de l’agriculture et de la pêche pour évaluer les risques liés à la consommation de cette viande contaminée, l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) a estimé que, même en cas de consommation élevée, le danger pour la santé humaine est considéré comme ‘ très faible ’.

Réfutant cette position, le WWF s’est indigné face à un tel verdict, arguant que ce dernier ne tenait pas compte d’un facteur pourtant essentiel, si l’on souhaite déterminer l’impact réel d’une telle contamination sur la santé humaine, à savoir le phénomène de bio accumulation. Déjà évoqué lors de la découverte de quantités importantes de PCB chez certaines populations de poissons, notamment dans la Seine et le Rhône, la bio accumulation désigne « la capacité des organismes à concentrer et accumuler des substances chimiques à des concentrations bien supérieures à celles mesurées dans l’eau qui les environne ». Ainsi, les produits toxiques déversés dans l’eau sont absorbés par le phytoplancton, lequel sert d’intermédiaire jusqu’aux poissons, avant de parvenir aux super-prédateurs situés en haut de la chaîne alimentaire. Plus inquiétant encore, tout au long de ce processus, la contamination augmente et les concentrations s’intensifient au gré des passages d’un niveau à un autre. En conséquence de quoi, le sommet de la chaîne alimentaire coïncide avec les degrés les plus élevés d’exposition aux PCB. Or, nul n’ignore que le plus grand prédateur sur terre reste l’homme.

Ce constat prévalant pour toute consommation de produits d’origine animale, depuis les viandes aux produits laitiers en passant par les produits de la mer (poissons, crustacés, coquillages), on peut aisément entrevoir les dangers que la bio accumulation représente pour l’homme, et les expositions répétées dont il fait l’objet (voir l’étude menée sur les consommateurs de poissons issus des fleuves contaminés).

Souvent qualifiée de bombe à retardement, la bio accumulation cumule à la fois les pollutions anciennes et nouvelles, une donnée inquiétante alors que nos stations d’épuration rejetteraient quelques centaines de kilos de PCB chaque année aux dires du WWF. Dénonçant un laisser-faire jugé dangereux au regard de l’ampleur du problème, ce dernier appelle à une responsabilisation des autorités gouvernementales. Il les accuse notamment d’avoir passé sous silence le déversement de 4 000 litres de PCB à Vaulx-en-Velin, survenu il y a quelques mois suite à la détérioration volontaire de transformateurs électriques.

Cécile Cassier
1- Les PCB ou encore polychlorobiphényles, désignent une famille de 209 composés organochlorés classés comme polluants organiques persistants (POPS). Très peu biodégradables, leur rejet dans l’environnement a entraîné des phénomènes de bio accumulation préoccupants.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 décembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Anibé
4 janvier 2009 - 0 h 00 min

Ben quoi, c’est pas plus dangereux que l’accumulation des pesticides… ;o)
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3465
et
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3126
Depuis le temps qu’on parle de potentialisation des risques…
Mais quels râleurs ces Français, quels paranos, ces écolos…
Quel monde impossible où on ne va bientôt plus pouvoir exploiter le peuple et jouir de son travail sans se faire taper sur les doigts…
Et si ça continue, il va falloir indemniser les victimes – comme pour l’amiante, mais là, ça a mis presque un siècle…
D’ici à ce qu’on exige d’indemniser les victimes des pesticides et du PCB, mes chers amis, ce seront nos arrières-petits-enfants qui devront payer! hahaha!
Ceci est un commentaire imaginaire, mais pas si éloigné que ça de la réalité.
Et… qu’est-ce qu’on fait maintenant?


cuicui
8 janvier 2009 - 0 h 00 min

Dois je comprendre que ces porcs d’IRLANDE ont ete nourris avec du poisson frelaté? Quelle est l’origine éxacte des ‘aliments contaminés ».
Comme le souligne ANIBE c’est dérisoire comme danger a coté des pesticides (le plus grand danger actuel pour la santé)contre lequel les réactions sont bien molles vu l’extrème urgence.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS