Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Mourir de donner la vie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  2. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants
  5. Le top 3 des gestes pour protéger l’environnement


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Mourir de donner la vie

Dans les pays pauvres, les femmes et les enfants sont les premières victimes de conditions sanitaires et environnementales désastreuses. Parmi les inégalités, le risque de mortalité des femmes enceintes ou en couche est, en moyenne, 300 fois plus élevé que dans les pays industrialisés.

Dans son rapport annuel, l’Unicef annonce qu’une femme meurt toutes les deux heures des suites de grossesses, principalement en Afrique et en Asie. Alors qu’en France, le risque de mortalité maternelle au cours d’une vie est de un sur 6900, il est au Niger de un sur sept. Au banc des accusés, les mauvaises conditions sanitaires sont au premier rang. L’Unicef affirme dans son rapport « qu’environ 80% des décès maternels pourraient être évités si les femmes avaient accès à des soins de santé primaires ou obstétricaux essentiels ».

Cet accès au soin ne peut néanmoins être envisagé que dans un contexte où le droit des femmes est respecté, ce qui est loin d’être le cas. De nombreuses sociétés des pays en voie de développement affichent encore une très forte discrimination sexuelle, dans leur culture et leur comportement. Les femmes sont confrontées à un milieu social dans lequel elles « n’ont pas leur mot à dire dans les décisions relatives à leurs propres besoins de santé », remarque l’Unicef.

La dénutrition est elle aussi responsable de cette hécatombe qui touche les mères, mais qui affecte aussi les enfants. Dans de telles conditions, les chances de survie post-natale sont très faibles. Sur les 3,7 millions d’enfants de moins de 5 ans décédés en 2004, 40 % d’entre eux sont morts durant leurs 28 premiers jours de vie. Quand, au Bangladesh, on note que près de 22% des enfants ont une insuffisance pondérale à la naissance (ils pèsent moins de 2500 grammes), c’est bien aussi les déficits nutritionnels qui sont responsables de tant de décès. Améliorer l’accès aux infrastructures de santé et à l’éducation est une nécessité impérieuse pour prévenir les injustices qu’affrontent les femmes dans les pays pauvres, et la question alimentaire reste elle aussi une priorité.

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 16 janvier 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
sauvage1
18 janvier 2009 - 0 h 00 min

Si le déséquilibre est si important entre nous et les autres espèces de la planète, c’est que nous avons les moyens de soigner des cas qui, sans l’apport de la médecine, se traduiraient par la mort. Donc, nous nous reproduisons comme des cellules cancéreuse parce que notre égo est si fort que nous nous moquons des conséquences de notre natalité. C’est pour cela, entre autres choses, que tout le revirement que nous effectuons, concernant la sauvegarde des espèces sauvages est promise à l’échec. Plus nous serons nombreux, plus les autres espèces seront en danger de mort, d’extinction pour tout dire. Alors, éduquons les femmes et les hommes de tous les pays à refreiner leurs ardeurs sexuelles. Pour le bien de tous, mettez des capotes et prenons la pilule.






à lire aussi
     
Flux RSS