Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Maternités sous pesticides : gare aux risques de leucémie infantile
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Maternités sous pesticides : gare aux risques de leucémie infantile

Si la présence et la persistance des pesticides dans notre environnement et dans notre quotidien ne font aujourd’hui plus de doute (1), l’impact réel sur la santé humaine d’une exposition prolongée à ces substances actives reste plus incertain. Omniprésents, les pesticides s’acheminent, lentement mais sûrement, jusqu’à nous via l’alimentation et l’eau. Reprenant des données de l’Institut Français de l’Environnement (IFEN), le MDRGF (2) rappelle que 96 % des eaux superficielles analysées recèlent des résidus de pesticides, ce pourcentage passant à 61 % pour les eaux souterraines. Les herbicides sont les composés les plus retrouvés dans les eaux. Or, s’il est clair que l’ingestion répétée de substances pesticides par l’organisme humain ne confère pas une santé de fer, il s’avère toutefois extrêmement délicat d’évaluer avec précision leur nocivité réelle pour la santé humaine.

Mais cette carence s’atténue à chaque nouvelle étude scientifique qui paraît, la plupart de ces travaux s’accordant à décrire ces substances comme de véritables poisons. D’après le MDRGF, l’épidémiologie (3) a déjà démontré par le passé la responsabilité des pesticides dans la prédisposition observée chez certaines personnes exposées à développer des maladies telles que des cancers, des malformations congénitales, des problèmes d’infertilité ainsi que des problèmes neurologiques.

Dernière en date, une meta-étude (compilation de plusieurs études) canadienne, réalisée par l’équipe de Donald Wigle de l’université canadienne d’Ottawa, a compilé 31 études épidémiologiques publiées entre 1950 et 2009 analysant un probable lien de cause à effet entre les leucémies dépistées chez l’enfant et l’exposition des parents aux pesticides.

Si les résultats ne confirment pas une corrélation systématique, ils sont toutefois relativement inquiétants. En effet, d’après cette enquête, on a constaté que le risque de leucémie était doublé chez les enfants dont les mères, de par leur activité professionnelle, ont été exposées aux pesticides pendant leur grossesse, comparativement aux enfants de femmes non exposées. Ainsi, le risque était augmenté de 40 % chez les femmes exerçant la profession d’agricultrice. Toujours d’après l’analyse canadienne, l’exposition aux insecticides multiplierait le risque de leucémie infantile par un facteur de 2,7 et l’exposition aux herbicides par un facteur de 3,6, ces résultats reposant toutefois sur un nombre limité d’études.

Préoccupant, ce constat n’est, malheureusement, pas surprenant alors que, comme le rappelle l’étude canadienne, l’Agence de Protection de l’Environnement des Etats-Unis (EPA) ainsi que d’autres organismes nationaux et internationaux ont identifié comme cancérigènes connus, probables ou possibles pas moins de 165 substances actives utilisées dans des pesticides. Seules quelques-unes ont fait l’objet d’interdictions ou de restrictions, notamment dans le cadre de l’Agence de Protection de l’Environnement des Etats-Unis, de l’Union Européenne et, à l’échelle mondiale, de la Convention de Stockholm.

Cécile Cassier
1- Voir notre dossier ‘‘Homme, nature et pesticides’

2- Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures.

3- Cette discipline étudie l’influence de divers facteurs (environnement, constitution individuelle, habitudes de vie…) sur la prédisposition et la fréquence de certaines maladies.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 27 mai 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
joëlle
28 mai 2009 - 0 h 00 min

Tant qu’on en sera au « possible effets » de ces substances chimiques, rien ne changera et les industries chimiques ont encore de beaux jours devant eux. La dernière bonne blague : certains scientifiques réfléchissent actuellement à la façon de modifier génétiquement l’homme pour le rendre plus résistant à toutes les pollutions qu’il génère.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
36

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS