Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Manger trop épicé pourrait nuire à la santé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Manger trop épicé pourrait nuire à la santé

Alors qu’une nouvelle législation sur les substances aromatisantes est actuellement à l’étude au sein de l’Union européenne, se pose la question de la possible nocivité pour la santé humaine d’une consommation élevée d’épices et d’herbes. Selon les propos tenus par la députée slovène Mojcar Drcar Murko, en charge du dossier, il s’agit plus de faire preuve de précaution que de répondre à une réelle inquiétude.

Ce débat quant à l’impact des épices et des herbes sur l’organisme est né de la présence massive de celles-ci dans les arômes et dans certains ingrédients intégrés à des produits alimentaires composites. En réponse à quoi, la nouvelle réglementation souhaite fixer un seuil maximal à la consommation de certaines épices et herbes.

Bien que des tests réalisés sur des souris aient révélé le caractère cancérigène de certains de ces ingrédients, ces résultats sont néanmoins à relativiser. D’une part, les éléments testés étaient des « substances biologiques dites actives qui existent dans la nature » et non les épices ingérées par les hommes « depuis des siècles » sans effet toxique constaté, à l’image du basilic ou de la noix de muscade. Par ailleurs, il n’est pas question de bannir de notre alimentation tout ajout d’épices ou d’herbes jugées potentiellement nocives, mais d’en restreindre les quantités absorbées.

Autre mesure clé avancée par la députée slovène, la désignation « arôme naturel » ne devrait plus concerner que les arômes composés à au moins 95 % d’éléments naturels.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
24 juillet 2008 - 0 h 00 min

Peut-être bien que cette étude a raison car les épices et herbes aromatiques sont irradiées pour leurs assurer une bonne conservation .sauf les bio .Quant aux 5 % des aromes naturels ?imaginons 5g de poison dans 100g de bonne chose???


ddd
26 juillet 2008 - 0 h 00 min

Limiter les épices au nom du principe de précaution, Merci Monsieur Europe.

parfois je me dis qu’il y a des coups de p au c qui se perdent.
ddd Un vrai européen.


michelleb
27 juillet 2008 - 0 h 00 min

De quoi l’UE parle-t-elle ? Des épices de l’alimentation industrielle ou de l’alimentation propre, bio, naturelle ? Si elle parle de la première, elle serait mieux inspirée de commencer à règlementer l’abus de chimie et de synthèse utilisées dans la chaîne alimentaire en général et qui pourrissent notre santé autrement plus gravement. Les épices, elles suivront le mouvement. Si elle sont bien cultivées et bien conservées nous seuls consommateurs seront capables d’une utilisation judicieuse. C’est quand même incroyable d’avoir des instances dirigeantes aussi ignares sur le B A BA de la vie.


dieselstop
27 juillet 2008 - 0 h 00 min

Règlementer l’usage des épices, voilà un sujet qui mobilisera sans doute nos dignes représentants à l’UE.Pendant que nos lobbyistes de toutes obédiences amusent la galerie,le DIESEL reste en vente libre et fait des ravages.


NosLibertes
27 juillet 2008 - 0 h 00 min

Bonjour,

Si vous souhaitez vous informer sur le fabulon monde dans lequel vous vivez.

Sachez ce qu’est le Codex Alimentarius.

Voir notre vidéo : « L’Ordre du Codex Alimentarius »

Bonne semaine.


simon34
28 juillet 2008 - 0 h 00 min

merci pour ce lien très intéressant, effectivement, c’est en plein dans le sujet…! Allez le voir!


JJT
28 juillet 2008 - 0 h 00 min

Oh ! secours, la mécanique réglementaire s’emballe !!!!
En fait c’est la bonne vieille méthode des scientistes. On découpe la réalité en autant d’élément et l’on observe et analyse ces éléments. Le problème est que l’on porte des jugements sans nuance sur les résultats : c’est bien c’est mal maintenant on dit c’est cancérigène ou non c’est toxique ou non, c’est…
Un exemple : le sel de cuisine ou chlorure de sodium Na Cl pour les chimistes. Le chlore est un produit toxique, le sodium aussi. Le compose chlorure de sodium est à la limite car sa DL 50 est de 3000 milligrammes par kilogramme soit 240 g pour un homme de 80Kg et de 60g pour un enfant de 20Kg. Donc si l’on raisonne comme les intégristes le sel est un produit toxique à interdire dans l’alimentation humaine. Il existe d’ailleurs des régimes dit sans sel.
La vérité du vivant est que le sel est indispensable a la vie. Sans sel, nous mourons trop de sel nous mourons. Le vivant est un équilibre chimique.

La remise en cause régulière de nos connaissances est une démarche scientifique nécessaire. Cette remise en cause régulière semble manquer dans l’approche des problèmes ainsi que dans la définition des protocoles et l’appréciation des problèmes. La machine à normé semble être devenue une lourde machine bureautique incapable d’évolué hors du copier-coller.

Jean Paeile


soloCR
29 juillet 2008 - 0 h 00 min

Les épices nocives pour notre santé ?
A force, ils feraient mieux de nous dire quels aliments ne le sont pas.
Pour plus d’infos sur ce thème :
feed://nature-environnement.blogspot.com/feeds/posts/default



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2826

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS