Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Madagascar : insécurité alimentaire aggravée par le cyclone Bingiza
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Madagascar : insécurité alimentaire aggravée par le cyclone Bingiza

Le 14 février dernier, le cyclone Bingiza frappait le Nord-Est de l’île de Madagascar, les vents violents abattus sur les fragiles habitations d’agriculteurs et de pêcheurs faisant au moins six morts et privant 7 500 habitants d’un logement convenable. Mais le pire n’est peut-être pas derrière pour les habitants de l’île, dont la sécurité alimentaire est désormais remise en doute.

La saison des cyclones durant d’octobre à avril, des événements climatiques tels que le passage de Bingiza ne sont pas surprenants. Mais le mois de février n’en représente pas moins la pire période pour un cyclone. En effet, si celui-ci était survenu en janvier, il aurait été possible de recommencer à cultiver des variétés de riz à cycle court. Mais un tel recours n’est plus envisageable en février, les agriculteurs ne pouvant recommencer à temps pour pouvoir récolter en avril.

Ayant sévi sur la région de Sava, au Nord-Est de Madagascar, Bingiza a également ravagé les plantations de vanille, une culture de rente, détruisant les moyens de subsistance des communautés de pêcheurs de la péninsule de Masoala. Après s’être engouffré dans le canal du Mozambique, le cyclone a rebroussé chemin et balayé les régions du Sud de Madagascar, déjà touchées par des inondations au cours des semaines passées. Les dégâts se sont révélés bien plus graves dans le Sud de l’île que dans le Nord, les rizières inondées ayant entraîné la perte des récoltes.

Si les villes ont subi des dommages structurels, à l’instar de Mananara, la campagne semble être encore plus mal lotie. Nombreux sont les habitants à se retrouver sans abri et bloqués sur place. Mais l’avenir inquiète plus encore les fermiers dans la mesure où, vivant de cultures de rentes telles que la vanille, le clou de girofle, le café et le poivre, ils n’ont pas d’argent pour se ravitailler immédiatement en vivres. Dans la région de Sava, en raison de routes coupées, les pêcheurs vont être contraints de faire sécher leur poisson et de le revendre beaucoup moins cher que du poisson frais. Or, la région touchée est la zone productrice de poisson alimentant toute la région de Sava et fournissant en produits de la mer les régions touristiques du Sud ainsi que le long de la côte Nord-Est.

Si les dégâts sont moins graves que prévu pour un cyclone de cette force, il est à craindre que l’impact sur les récoltes, et notamment dans les cultures de riz et de clous de girofle, aient d’importantes répercussions dans les mois à venir. De fait, avant même le passage de Bingiza, le riz, aliment de base, avait déjà atteint environ 2 000 ariary (un dollar) le kilo dans cette région. Ayant doublé au cours des deux dernières années, le riz semble être devenu un produit de luxe à Madagascar. Ayant réduit de moitié leur consommation, les quelque 1,5 million habitants de la capitale, Antananarivo, adoptent des stratégies de survie en sautant le petit-déjeuner ou en consommant du manioc ou du maïs.

Outre l’instabilité politique, l’augmentation du prix du riz s’explique notamment par la flambée mondiale des prix des vivres et par deux années de ralentissement économique, dans un pays qui compte parmi les plus pauvres du monde. Aussi, alors que Madagascar exportait son riz dans les années 1970, des méthodes agricoles désuètes et des infrastructures inadaptées le contraignent désormais à l’importer. Cela n’empêche pas qu’à l’heure actuelle environ 80 % des 20 millions d’habitants de Madagascar vivent de la riziculture.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
benge
27 février 2011 - 0 h 00 min

Quelle honte !!! Alors que les médias ne parlent que des révolutions dans les pays arabes, parce que là, il y a tellement d’argent à gagner pour les capitalistes (les requins) qui nous gouvernent, ce pauvre pays n’a qu’une chose à faire: crever. Pas un seul mot aux informations à propos de cette catastrophe !!!! Si on venait à découvrir une richesse minière ou pétrolifère, dans ce pays, ne vous inquiétez pas que les requins de ce monde sauteraient sur l’opportunité de s’enrichir encore plus, sans en laisser une miette à ces pauvres gens !!! Le monde, je veux dire la race humaine, a entamé, depuis le début de la révolution industrielle, sa lente descente enfer, mais là, nous sommes au bord du gouffre. Pauvres de nous !!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
54

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS