Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » L’insidieuse dissémination des OGM
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



L’insidieuse dissémination des OGM

ogm

Parmi les nombreuses oppositions et critiques qui sont faites aux organismes génétiquement modifiés (OGM), celle de la dissémination incontrôlée est récurrente. Sur ce sujet, la FAO (1) a rendu public le 12 mars 2014 les résultats d’une première enquête internationale sur la présence d’OGM en faible quantité dans les denrées alimentaires pour l’homme et pour les animaux.

 Sur les 193 États membres de la FAO, 75 ont répondu à l’enquête et, parmi ces pays, il est à noter que près de la moitié (37 exactement) ont eu l’honnêteté de déclarer qu’« ils avaient une capacité médiocre, voire nulle, de détection des OGM, c’est-à-dire qu’ils ne disposent pas de laboratoires, de techniciens et de matériels adaptés ».

 Au niveau des résultats de l’enquête, 198 cas de détection de faibles quantités d’OGM ont pu être répertoriés entre 2002 et 2012 et, selon la FAO, plus les années passent et plus le nombre de cas augmente. En effet, parmi l’ensemble de ces cas, 138 ont été répertoriés sur les quatre dernières années.

 Il apparaît évident que ce type d’enquête doit être relativisée à plusieurs niveaux. Tout d’abord, comme l’a déclaré Renata Clarke, Spécialiste de la sécurité sanitaire des aliments à la FAO et chargée de l’enquête : « Il semblerait que plus on renforce les tests et la surveillance, plus on recense d’incidents » ce qui est souvent le cas et , plus on cherche plus on trouve. D’autres parts, pour l’instant le nombre de cas est très minime par rapport à l’ensemble des échanges commerciaux qui sont effectués au quotidien sur la planète.

 Sur le point qualitatif, les cas de contamination proviennent de différentes causes. Lors des phases de production, à savoir lorsqu’une culture NON OGM se situe à proximité d’une culture OGM, lors de la transformation, du conditionnement, du stockage et du transport ; dans chacun de ces cas, un manque de rigueur dans les opérations de nettoyage peut entraîner une contamination. Au niveau des pays à l’origine des contaminations, le trio de tête est sans surprise : les États-Unis, le Canada et la Chine. Quant aux produits le plus souvent contaminés la FAO indique qu’il s’agit des graines de lin, du riz, du maïs et de la papaye. Toujours sur le point qualitatif, il est important de savoir que la notion de « faible quantité » ne fait, pour l’instant, l’objet d’aucune réglementation internationale, chaque pays en fixant sa propre définition.

 Enfin, au niveau de l’enquête, la FAO souligne qu’«une fois l’incident détecté, la plupart des cargaisons ont été détruites ou renvoyées à l’expéditeur ». 

 Quelle que soit l’opinion, bonne ou mauvaise, que l’on peut avoir sur la FAO, il est tout de même intéressant de voir que l’organisme se préoccupe de cette insidieuse dissémination.

1- FAO : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, pour un monde libéré de la faim. C’est une organisation intergouvernementale qui compte 193 Etats membres, deux membres associés et une organisation membre, l’Union européenne.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Michel (voir la biographie)
le 20 mars 2014 à 07:00

95 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
jeans
20 mars 2014 - 10 h 00 min

Il est certain qu’à force de disséminations incontrôlées ( ou volontaires ), le sans OGM n’existera plus, pour le plus grand bonheur de Monsanto et consorts.


Daniel
22 mars 2014 - 18 h 19 min

Sans oublier de parler de la catastrophe que connaissent les USA, où grâce aux cultures OGM et aux croisements induits, une plante « sauvage » comme l’amarante est entrain de poser un très grave problème, qui va jusqu’à rendre des régions entières impropres à toute forme de culture…

http://www.reporterre.net/spip.php?article332

http://www.reporterre.net/spip.php?article3346


GAIIIA
22 mars 2014 - 18 h 42 min

Bonjour,
Je voudrais réagir sur 2 points:
Première citation: « Il semblerait que plus on renforce les tests et la surveillance, plus on recense d’incidents »
DONC POURQUOI S’ALARMER pourrait-on penser.
Je pense que cela est tout relatif, suivant la méthodologie employée !
Explication: mettez 1000 radars sur les routes du territoire et vous obtiendrez 1000 fois plus de contraventions que si vous n’en mettez qu’un, c’est mathématique. Je vais argumenter mon propos volontairement autour des OGM contrôlés en milieu naturel car la FAO se base sur des contrôles alimentaires, or qui sait d’où viennent les produits qui remplissent nos rayons, cela dépasse largement le cadre de nos frontières ( ref. exemple des lasagnes de cheval ! ) donc il est impossible d’en déduire un niveau de contamination de nos campagnes, or c’est bien la base du problème OGM.
Donc, ici ce qui nous intéresse, c’est la notion de densité d’incidents OGM à l’hectare sur parcelle cultivée en NON OGM (cela va de soit) et non le cumul de tous ces incidents sur le territoire. (Ensuite il serait intéressant de contrôler le milieu sauvage mais c’est un autre propos)
Il s’agit donc d’employer la même méthodologie de contrôle à chaque hectare contrôlé, je m’explique:
Organisez un prélèvement de végétaux sur une surface d’un hectare avec 10 personnes pendant 10 minutes,
l’ensemble de ces fragments prélevés et analysés déterminera le niveau de contamination OGM de cette parcelle.
Si vous augmentez le nombre de ces hectares contrôlés, au même titre que l’exemple du radar, vous obtiendrez plus d’incidents en cumul.
Mais en proportion à l’hectare, celle-ci sera stable si la région contrôlée est uniformément contaminée.
Donc multiplions les contrôles pour effectivement mettre davantage en lumière certaines contaminations jusque là restées dans l’ombre dans certaines régions, mais apprécions tout cela sur la notion de proportionnalité.
Et alors nous aurons des chiffres qui nous donneront clairement la tendance quelque soit la pression du contrôle.
Pour finir sur ce premier point, si vraiment la FAO veut se borner aux contrôles des denrées alimentaires, ce qui est déjà un bon début, procédons également de la sorte afin de dégager une tendance du type:
sur 30 aliments de base constituant le panier moyen d’un consommateur Français, déterminons à combien d’entre eux les surfaces de vente alimentaire de France se sont révélées positives à l’OGM. Si cette valeur augmente, d’années en années, alors oui l’augmentation de la contamination de nos courses sera avérée et c’est d’ailleurs peut être déjà le cas. Mais ce chiffre, cette tendance sera inflexible quelque soit le nombre de contrôles pourvu que la méthodologie soit respectée en un instant t !
Désolé d’être un peu long mais la précision est de rigueur pour ces sujets de statistiques.
Deuxième point pour la citation:
« pour l’instant le nombre de cas est très minime par rapport à l’ensemble des échanges commerciaux qui sont effectués au quotidien sur la planète. »
Nous ne connaissons pas l’impact des OGM à long terme sur notre santé!
N’oublions jamais le scandale de l’amiante qui s’est révélé des dizaines d’années plus tard après l’exposition à ces substances ? Donc ici, on nous dit que comme la contamination mesurée aujourd’hui est minime vu la taille du marché, entendez la taille du malade, il trouvera bien la force de résister au microbe. Ingérez donc une seule souche de SRAS ou de variole ou autres virus bien virulent, au départ vous n’en aurez que très peu dans le sang ramené à la taille du malade, cela vous empêchera-t-il de mourir ? NON car sa prolifération vous submergera irrémédiablement !!!
Et a-t-on la certitude que la contamination aux OGM ne suivra pas la même courbe exponentielle de prolifération maintenant que la bête est lâchée. Personne ne peut le confirmer ni l’infirmer.
CONCLUSION
NOUS SOMMES ENTRAIN DE JOUER À LA ROULETTE RUSSE, et le meilleur dans tout cela est que
même ceux qui ne souhaitent pas y jouer y joueront quand même.
Alors arrêtons de tout dédramatiser tant que les éléments pour le faire ne sont pas tous réunis.
Il y a encore tellement de variables non maîtrisées pouvant nous amener vers un emballement incontrôlé qu’il vaut mieux se montrer méfiant que confiant, surtout lorsque l’on a un peu de bouteille comme moi et que la nature humaine n’a plus guère de secret à vos yeux. Évitons à tout prix la politique de l’autruche, car aux dires de certaines autorités, aujourd’hui, on n’en est plus très loin!
Bonne soirée sur Terre !


jepima
22 mars 2014 - 20 h 20 min

on constate que l’OGM se trouve aussi trop souvent à plus ou moins petites doses insidieuses dans beaucoup de nos aliments sans que l’on mesure ou puisse mesurer les éventuels effets sur l’être humain…Action volontaire ou non volontaire on ne sait… On peut dire la même chose de nombre de produits de traitement des productions agricoles dont personne ne veut parler pour les raisons que chacun devine facilement… on peut dire la même chose d’un certain nombre de médicaments destinés aux humains qui sont un mal nécessaire mais dont on fait les plus grand secret sur certains effets néfastes à tord à mon avis…


paul48
22 mars 2014 - 20 h 28 min

36 réponses sur 193 états … on peut effectivement craindre le pire !
Il aurait été intéressant de connaître la déclaration des « pro OGM » et des producteurs … ont-ils la même honnêteté ???
Moins on cherche, moins on trouve.


Didier
22 mars 2014 - 21 h 12 min

Il est évident que les OGM se disséminent sur toute la planète.
D’ailleurs, on étudie la flore du passé à partir de prélèvements de carottes dans la calotte glaciaire.
Dire que les pollens d’OGM ne vont qu’à quelques centaines de mètres est une pure connerie (ou un énorme mensonge).
La solution serait de porter plainte, non contre Monsanto qui a trop d’avocats, mais contre ceux qui cultivent les OGM au motif de pollution.
Je pense en particulier à ceux qui produisent du bio et qui se font contaminer.


Daniel
23 mars 2014 - 11 h 12 min

Par quel miracle, mon post indiquant les énormes problèmes que connaissent aujourd’hui les États Unis, à cause d’un croisement entre OGM et Amarante a t’il disparu..?
C’est pas bien de pratiquer la censure, surtout quand il s’agit d’informations véritables et sérieuses et très édifiantes…


Daniel
23 mars 2014 - 11 h 17 min

Toutes mes excuses :( ( Mon post relatant l’énorme problème qu’ont aujourd’hui les USA avec le croisement OGM/Amarante est bien présent.


GAIIIA
25 mars 2014 - 15 h 24 min

Très intéressant d’ailleurs c’est 2 liens Daniel merci


GAIIIA
25 mars 2014 - 15 h 26 min

Désolé pour les fautes je ne tape pas, je dicte à Siri et je valide l’envoi un peu vite


Nicole Sarah Kretchmann
26 mars 2014 - 11 h 48 min

l’amarante ne fait pas rire le empoisonneurs de la Terre ! Les mauvaises herbes, ça n’existe que dans l’imaginaire des gens qui veulent tout régenter. Mais Les Lois Universelles sont bien au-delà du mental compuslsif des petits humains que nous sommes encore;
Résultats : ces scientistes sont de petits hommes sans conscience !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1390

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS