Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Les Méditerranéens délaissent leurs bonnes habitudes alimentaires
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les Méditerranéens délaissent leurs bonnes habitudes alimentaires

Au gré des recommandations des agences de surveillance sanitaire, on ne cesse de nous répéter, à juste titre, qu’une bonne santé passe par une alimentation saine. Un concept que les Méditerranéens ont appliqué pendant de nombreuses années en privilégiant comme garnitures à leur assiette des légumes variés, du poisson, des fruits, des noix, de l’huile d’olive, le tout arrosé d’un soupçon de vin.

Or, si ces saveurs méditerranéennes ont un petit goût de vacances, elles ont aussi des effets hautement bénéfiques pour la santé. De nombreuses études scientifiques ont ainsi démontré que ce régime alimentaire originaire du Sud diminuait les risques cardiovasculaires et préservait de l’obésité.

Pourtant, la FAO (1) s’inquiète aujourd’hui de voir tomber en désuétude ce régime si salutaire. En effet, il semblerait qu’au cours des 45 dernières années, l’élévation du niveau de vie ait bouleversé les habitudes alimentaires des populations d’Europe méridionale, des régions de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Ainsi, l’augmentation des revenus a conduit les ménages à privilégier un régime alimentaire plus riche en viandes et en graisses. De même, ils se rendent plus fréquemment dans les lieux de restauration rapide, à l’image des « fast-foods ».

Autre facteur à l’origine de ces changements gustatifs, la multiplication dans ces régions de supermarchés, lesquels foisonnent de produits tout faits et riches en graisses. Par ailleurs, outre ces aspects pratiques, l’accession croissante des femmes au travail fait qu’elles ont de moins en moins de temps à consacrer aux fourneaux.

En conséquence de quoi, les populations établies sur les rivages méditerranéens s’adonnent aujourd’hui à un régime déséquilibré, jugé par les experts de la FAO « trop gras, trop salé, trop sucré ». En illustre l’augmentation rapide du nombre de calories consommées. Alors que la ration quotidienne en Europe est passée de 2 960 kcal dans les années 1960 à 3 340 kcal en 2002, enregistrant une hausse d’environ 20 %, des pays comme la Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Espagne, Chypre et Malte ont accru leur apport calorique de 30 %.

En tête des mauvais élèves, la Grèce affiche « l’indice de masse corporelle moyen le plus élevé » de l’Union européenne, ainsi que la « plus forte prévalence de surpoids et d’obésité ». Selon la FAO, les trois-quarts de la population grecque sont en surpoids.

L’Italie, l’Espagne et le Portugal suivent une évolution similaire puisque la moitié de leurs populations est déjà touchée par le surpoids.

A l’heure actuelle, l’ensemble des pays de l’Union européenne passe outre les recommandations faites conjointement par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et la FAO, lesquelles fixent à 30 % la part maximale des lipides dans l’apport énergétique journalier total. Un constat qui suscite bien des inquiétudes auprès des nutritionnistes, d’autant qu’il coïncide avec une diminution de l’activité physique, les sociétés modernes tendant vers un style de vie de plus en plus sédentarisé.

Cécile Cassier
1- La FAO est l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Le mandat de la FAO consiste à améliorer les niveaux de nutrition, la productivité agricole, la qualité de vie des populations rurales et à contribuer à l’essor de l’économie mondiale.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
steph
3 août 2008 - 0 h 00 min

Une alimentation végétarienne et je pense,oubliée des grandes institutions.ah!c’est sur il y a 10 fois moins surement de risque de cancers et autres mauvaises maladies


marseille42
3 août 2008 - 0 h 00 min

Les meilleures habitudes alimentaires doivent être oubliées lorsque votre budget ne peut vous offrir fruits et légumes frais ou poissons. Végétarienne depuis près de cinquante ans, je suis peu à peu contrainte de restreindre de manière drastique la quantité de fruits, légumes, aliments protéo-lipidiques (noix, noisettes, graines diverses) ce qui induit des carences protéiques. J’ai tenté d’ajouter un peu de poisson pour compenser mais les prix ultra dissuasifs m’ont obligée à y renoncer. Et pourtant, j’habite au bord de la Méditerranée(l’une des mers les plus polluées du monde) et la région française où l’air est le moins respirable (complexe portuaire Marseille-Berre-Lavéra). Hiver comme été, une couche de « crasse » s’étend sur toute la région et sur la mer très loin. Alors manger des produits locaux cultivés tout à côté et bien se porter? Il est exact que beaucoup ont changé leurs manières de se nourrir mais rien n’est fait pour faciliter l’accès à une nourriture saine et goûteuse alors que, bien au contraire, tout est mis en place pour pour enrichir l’industrie agro et chimico-alimentaire. Et tans pis, si la population en crève: ce sera autant d’économies pour les caisses de retraites.


ejie
4 août 2008 - 0 h 00 min

Je suis en partie d’accord avec Marseille42. En partie car je suis végétarien ainsi que toute ma petite famille (deux adultes et deux enfants dont un né végétarien) et il est vrai que notre budget alimentation à augmenté et qu’il faut jongler pour équilibrer notre budget global. Mais nous arrivons à avoir notre ration de proteines. Une solution qui ne prend que peu de temps et qui peut être ludique : les graines germées. En tous cas on ne me fera pas croire qu’on ne peut plus manger de légumes frais. Par contre il est vrai qu’il est difficile de manger des produits de qualité avec un petit budget. Pour éviter le plus possible la malbouffe il faut cuisiner un maximum.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS