Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Les maladies non transmissibles : le fléau de demain ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les maladies non transmissibles : le fléau de demain ?

Tributaires de facteurs géographiques, économiques et sociaux, les maladies sont intrinsèquement liées à l’environnement dans lequel elles se développent. C’est certainement pour cette raison que jusqu’à aujourd’hui, la croyance populaire distinguait d’un côté les pays en voie de développement confrontés aux ravages des maladies infectieuses et de l’autre les pays industrialisés qui, de par leur mode de vie moderne, sont plus exposés au développement de maladies non transmissibles. Mais, selon toute vraisemblance, les prochaines années devraient démentir ce schéma préétabli.

C’est du moins la conclusion à laquelle aboutit l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) dans son dernier rapport intitulé « Statistiques Sanitaires Mondiales 2008 », reposant sur une enquête menée auprès des 193 Etats membres de l’OMS. Apportant un regard neuf sur les causes principales de mortalité à l’échelle mondiale, ce bilan affirme qu’au cours des années à venir la tendance actuelle de la morbidité mondiale devrait s’inverser, les maladies non transmissibles se substituant peu à peu aux maladies infectieuses.

Partant du constat initial que le nombre de malades nouvellement contaminés par le Sida augmente moins vite que prévu et que de nouveaux traitements et moyens de lutte efficients, notamment dans le combat contre la malaria, laissent augurer une évolution à la baisse, les chercheurs croient en la régression future de ces fléaux sanitaires.

Ainsi, d’après les prévisions de l’OMS, dans les pays à faibles et moyens revenus, la proportion de morts dues à un cancer devrait passer de 7,4 millions en 2004 à 11,8 en 2030, celles dues à des maladies cardio-vasculaires de 17,1 millions à 23,4 millions sur la même échelle temporelle, et enfin celles dues aux accidents de la route de 1,3 million à 2,4 millions. Parallèlement, les décès causés par le Sida et les syndromes immunodéficients (Acquired Immune Deficiency Syndrome) devraient dans un premier temps augmenter, passant de 2,2 millions en 2008 à un maximum de 2,4 millions en 2012 avant de diminuer progressivement pour atteindre les 1,2 million en 2030.

Bien que de prime abord cette déclaration puisse surprendre, elle se fonde sur des données réelles qui laissent peu de doute sur les changements qu’apporteront la croissance et l’ouverture économiques au sein des pays actuellement en voie de développement. Dans quelques années, tabagisme, consommation excessive d’alcool, régimes alimentaires déséquilibrés et manque d’activité sportive ne seront plus l’apanage des pays riches. Ils favoriseront l’émergence de nouvelles préoccupations sanitaires telles que le diabète, l’obésité, le cancer ou l’ostéoporose. A l’heure actuelle, le tabac tue à lui seul entre un tiers et la moitié des personnes qui le consomment.

On observe déjà les prémisses de ces prédictions. Ainsi, en Europe de l’Est, malgré une légère hausse de l’espérance de vie, le taux de mortalité reste supérieur à ceux enregistrés dans le reste de l’Europe. Cet excédent de mortalité concerne en priorité les hommes âgés entre 15 et 59 ans, dont 50% des morts excédentaires sont attribuables aux seuls accidents cardio-vasculaires, 13% aux infections et 10% au cancer.

Mais l’objectif visé par l’OMS n’est pas de susciter un alarmisme stérile. L’organisation insiste sur le fait que ces prévisions ne sont pas une fatalité et que nous possédons actuellement les moyens de lutte nécessaires pour enrayer cette propagation annoncée.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
tergam
1 juin 2008 - 0 h 00 min

Surprenant que l’OMS ne comptabise pas les maladies neuro-dégénératives.Alors que le theme de la collecte faite par Carrefour est:un etre sur dix est touché.que la collecte organisée pour la maladie dAlzeinher est:aujourd’hui c’est a quarante ans qu’elle démarre.Que 100/100 des riviéres sont contaminées par les pesticides .



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
218

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS