Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Les grands lacs chauffent
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les grands lacs chauffent

Quoi qu’en pensent les négationnistes du réchauffement climatique global actuellement en cours, la planète se réchauffe et, même s’il est impossible de déterminer la part anthropique, les activités humaines y contribuent et s’en trouvent également perturbées. Un des derniers exemples en date provient d’une étude de la NASA, menée sur la température de 167 lacs d’au moins 500 kilomètres carrés de surface et répartis sur l’ensemble de la planète. En moyenne, la température de ces grands lacs a augmenté en moyenne de 0,45°C par décennie depuis 25 ans.

Menées par satellite durant la période estivale de chaque hémisphère, pour éviter les difficultés de mesures durant les saisons où certains lacs sont recouverts de glace ou masqués par les nuages, les analyses mettent en avant une propension à chauffer plus importante dans l’Est de l’hémisphère Nord. La Sibérie, la Mongolie et le Nord de la Chine sont ainsi particulièrement concernés. Certains lacs s’y sont réchauffés de 1°C en 10 ans, soit plus de deux fois la moyenne mondiale.

Si ces valeurs peuvent sembler faibles, nombre d’écosystèmes présentent pourtant un impact déjà identifiable. C’est notamment le cas du Tanganyika, un des plus grands lacs du monde, qui a vu la température de ses eaux s’élever de 0,9°C au cours des dix dernières années. D’une surface légèrement supérieure à la Belgique, pour une profondeur maximale de 1433 m, ce géant voit en conséquence le brassage de ses eaux de surface, avec celles de profondeur, se ralentir, orientant son exceptionnelle production piscicole à la baisse, tandis que des algues nocives pour la faune s’y développent.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
GEO
6 janvier 2011 - 0 h 00 min

Les « négationnistes du réchauffement » ne nient en aucune manière l’existence même du réchauffement (sauf peut-être quelques rares personnes), mais ils jettent le doute sur son origine et proposent de minimiser la part anthropique ou tout au moins d’observer ce qu’il est de ce phénomène pendant les décennies à venir.

Sans vouloir entrer aucunement dans ce débat, force est de constater que la moindre variation (de temp., de niveau, de composition des écosystèmes…) est considérée par beaucoup comme un catastrophe. Notre monde a toujours enregistré des variations non anthropiques de portée considérable, qui ont modifié profondément son visage à des échelles de temps extrêmement courtes. Exemple du dernier glaciaire (-24 000 ans) et du réchauffement qui a suivi. Alors que Cro-Magnon peignait Lascaux vers cet âge, la terre est passée d’un englacement considérable au climat actuel avec de nombreuses phases de réenglacement ou d’optimum climatique chaud. Un peu de recul me paraît nécessaire avant d’affirmer que ceci ou cela représente un impact proche de la catastrophe. Le terre est un objet plastique et dynamique.


guimau
10 janvier 2011 - 0 h 00 min

Si les mesures de temperature sont faites par satellite je suppose que se sont des temperatures moyennes de surface donc :
- est-ce une preuve que la temperature globale du lac a augmentée ?
_Si la temperature de surface a augmenté le brassage des eaux de surface avec les eaux profondes devrait augmenter contrairement à ce qu’ecrit le journaliste .

Quand on reprend des articles scientifiques il est important que le texte ne prete pas à confusion .



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
30

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS