Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Les eaux de baignade : des nids à virus
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Énergies renouvelables : indispensables à ...
  2. Poêle à granulés : quelles règles de sécurité ?
  3. Quel panneau solaire pour recharger une batterie ?
  4. Les transports en commun gratuits en Allemagne ?
  5. L’argent colloïdal


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les eaux de baignade : des nids à virus

Dans le cadre du projet européen VIROBATHE (1), une récente étude a recherché la présence de certains virus dans 1410 échantillons, prélevés dans les eaux côtières ou douces de 9 pays européens. Ces analyses ont détecté la présence de virus dans près de 40 % des échantillons. Les adénovirus (virus à ADN) (2) étaient présents dans 36,4 % des échantillons, et les norovirus (des virus à ARN causant la gastroentérite) (3) dans 9,4 % des prélèvements. Globalement, les eaux douces sont les plus fréquemment touchées.

Par ailleurs, environ 25 % des microorganismes, présents dans un petit nombre d’échantillons, étaient potentiellement infectieux. Toutefois, ayant déjà été en contact avec ces virus, de nombreuses personnes ont développé une certaine résistance à la plupart des souches. Ainsi, les adénovirus ne constituent pas nécessairement un danger, s’il s’agit de souches communes et de faibles concentrations. Pourtant, bien que les concentrations récemment évaluées soient faibles, les auteurs de l’étude jugent nécessaire de mettre en place une surveillance de la contamination virale des eaux. De fait, contrairement aux bactéries telles que Escherichia coli, aucune limite n’est définie pour les virus par la législation européenne propre aux eaux de baignade. Or, les virus mettent plus de temps que les bactéries pour revenir à une concentration acceptable après de fortes pluies. Certains virus résistent bien mieux que les bactéries à l’eau salée et aux processus de traitement des eaux usées. A l’heure actuelle, les adénovirus humains sont présents dans la totalité des échantillons d’eaux usées, et rejetés tout au long de l’année dans chaque zone.

Cécile Cassier
1- Le projet VIROBATHE a regroupé 16 organismes de recherche issus d’Allemagne, d’Espagne, de France, d’Italie, de Chypre, de Pologne, du Portugal, des Pays-Bas et du Royaume-Uni.

2- Les adénovirus sont associés à la gastroentérite chez l’enfant, tout comme les infections de l’oreille, de la conjonctive ou de l’appareil respiratoire.

3- D’après l’Afssa, « l’homme est le réservoir des norovirus humains ». Ces derniers persistent dans le milieu extérieur et résistent aux traitements d’épuration. Ils sont responsables de gastro-entérites aiguës, tous âges confondus.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS