Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Les anciens réseaux d’eau du bassin Méditerranéen de nouveau en activité
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les anciens réseaux d’eau du bassin Méditerranéen de nouveau en activité

Taris après des années de sécheresse, les réseaux d’eau anciens autour du bassin Méditerranéen assistent depuis peu au retour de l’eau. En conséquence de quoi, les populations locales réinvestissent les ouvrages anciennement bâtis, à l’instar des galeries drainantes souterraines, appelées khettaras (1) au Maroc. Nées d’une technique ancestrale, développée à grande échelle à partir du XIIe siècle au Maghreb, ces sortes de mines d’eau visaient à créer artificiellement les oasis sahariens. Mais, au cours de la seconde moitié du siècle dernier, la modernisation de l’hydraulique publique, dont la construction de barrages, ainsi que l’essor des forages privés ont fragilisé les khettaras. Parfois installés en renfort aux ouvrages traditionnels, ces réseaux modernes les ont finalement concurrencé jusqu’à entraîner la mise hors service d’un grand nombre de galeries drainantes. Les grandes sécheresses survenues dans les années 1970 et de 1995 à 2005 ont encore aggravé la situation précaire des khettaras. Au regard de quoi, il y a cinq ans, quelques dizaines de galeries seulement étaient encore en activité permanente au Maroc.

Toutefois, depuis mai 2006, on assiste à un revirement de la situation. La pluie abondante et régulière permet à la nappe d’alimenter à nouveau la zone amont du captage de certaines galeries partiellement ou totalement abandonnées. Depuis lors, les populations locales travaillent à les réhabiliter. Ainsi, à Jorf, dans l’ouest du Tafilalet, au Maroc, près de 50 conduites ont été rénovées en cinq ans grâce à des initiatives collectives. Ce renouveau permet notamment aux populations de relancer l’agriculture oasienne et confère aux zones rurales un attrait nouveau. Pour preuve, des jeunes, confrontés au chômage dans les milieux urbains, réinvestissent les oasis pour contribuer à la restauration et la maintenance des khettaras.

Ce phénomène ne se limite pas aux habitants des oasis. Tout autour de la Méditerranée, les populations réhabilitent les anciens réseaux de distribution d’eau. C’est le cas dans le Haut-Atlas marocain, dans les Alpes, dans les Pyrénées ou encore dans la montagne libanaise où renaissent les paysages de terrasses.

Certes, à l’heure actuelle, même les scientifiques ne sont pas capables de déterminer si ce retour prodigue de l’eau sera durable. Or, c’est justement pour faire face à cette incertitude que les sociétés rurales ont choisi de miser sur des actions collectives, en délaissant les exploitations individuelles des eaux souterraines par des pompages incontrôlables.   

Cécile Cassier
1- Cette technique consiste à creuser dans un relief une galerie souterraine jusqu’à une nappe d’eau peu profonde. Légèrement pentue vers l’aval, la conduite permet ensuite d’amener l’eau de l’aquifère par gravité jusqu’à la sortie au pied du relief, avec un débit un peu près constant. L’alignement de petits cônes de terres sur plusieurs kilomètres, distants de 30 mètres environ, témoignent du renouveau  de ces ouvrages. Il s’agit des puits d’évacuation des déblais qui jalonnent la conduite, utilisés ensuite comme voie d’accès pour assurer l’entretien de celle-ci.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 13 avril 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
14 avril 2011 - 0 h 00 min

Le « réchauffement climatique » n’a pas que des aspects négatifs: plus chaud signifie aussi plus humide (l’évaporation augmente) et apparemment, certains pays arides dans les zones climatiques dites « méditerranéennes » (au sens large, c’est à dire à la charnière entre les désert tropicaux et les zones tempérées) semblent déjà en bénéficier…


pavupapri
14 avril 2011 - 0 h 00 min

quel bel optimisme! cet article sur les réhabilitations de ces splendides ouvrages sont en fait des exceptions. qui a dit que les précipitations augmentaient sur le pourtour méditerranéen ? en ce qui concerne le Languedoc c’est faux et je crois que pour l’espagne c’est assez grave. au lieu de cela les multinationales et les grandes compagnies imposent de grands projets d’adduction d’eau qui remplissent les poches du BTP, des industriels du plastique . ces projets soutenus par le puissant lobby de l’agriculture industrielle, s’opposent à une vision autogérée de la gestion des ressources en eau.exemple en france et en catalogne: aqua domitia opérée par la compagine du Bas rhone, ce projet est sensé irriguer les vignes mais aussi apporter l’eau pour une population urbaine de plus en plus nombreuse mais aussi consommatrice,montpellier demain barcelone. ces projets centralisateurs un peu comme le nucléaire ont aussi pour inconvéniant d’être trés liés au pouvoir politique. Qui contrôlera l’eau, contrôlera la politique .ceci est la réalité méditerranéenne . ce qui n’empêche pas de dire que ceux qui se battent pour la réhabilitation de ces systèmes d’adduction d’eau , d’irrigation, de partage démocratique de l’eau sont à soutenir avec vigueur.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
40

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS