Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le thon rouge poursuit sa descente aux enfers
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le thon rouge poursuit sa descente aux enfers

Engagées dans la lutte pour la préservation du thon rouge, les associations environnementales attendaient beaucoup de la réunion annuelle de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT), tenue dernièrement au Brésil. Une fois de plus, leurs espoirs ont été déçus. En effet, inefficaces ou simplement reportées ultérieurement, les propositions faites pour conjurer le mauvais sort qui pèse sur l’espèce persistent dans une logique insoutenable d’exploitation industrielle à court terme.

Illustratif de cette politique de l’autruche, l’abaissement pour l’année 2010 du Total admissible de capture (TAC) pour le thon rouge à 13 500 tonnes au lieu de 19 500 est une négation totale des avis scientifiques émis. En effet, d’après une étude présentée lors de la conférence, même une réduction des prises à 8 000 tonnes n’offrirait que 50 % de chances d’obtenir une reconstitution des stocks en 2023. Une seconde étude, également évoquée lors de la réunion de la Commission, a affirmé que seul l’arrêt total de la pêche donnerait le maximum de chances de reconstituer les stocks et de « sortir de la zone rouge » d’ici 2019. Des arguments pourtant restés sourds aux oreilles des Etats représentés lors du rassemblement, parmi lesquels figuraient notamment l’Union européenne, le Japon, le Maroc et la Tunisie.

D’autres problèmes majeurs ont clairement été occultés. Ainsi, grande oubliée, la pêche illégale reste largement sous-estimée. A cet effet, le WWF note « qu’il a été prouvé que la plupart des pays impliqués dans la pêche au thon enfreignaient les règles de l’ICCAT comme c’est le cas pour les fermes d’engraissement de l’UE acceptant des poissons sans les documents officiels ».

Autre grand tabou, la surcapacité des flottes industrielles de la Méditerranée reste insoluble et annihile tout effort de conservation.

Rare concession octroyée, la saison de la pêche industrielle au thon rouge des flottes de senneurs a été réduite de deux mois. Toutefois, elle est toujours permise du 15 mai au 15 juin, intervalle qui coïncide avec le pic de la période du fraye, laquelle comprend des phases clés de la reproduction telles que la fécondation ou la ponte.

Mais si cette conférence s’est révélée globalement décevante, la France a particulièrement été montrée du doigt, notamment au regard des promesses non tenues émises par son Président lors d’un discours prononcé au Havre. En effet, malgré l’engagement de celui-ci à respecter les recommandations scientifiques, et à soutenir l’inscription du thon rouge à l’annexe I de la CITES (1), la France est restée passive et n’a, semble-t-il, rien fait pour faire évoluer les débats en faveur du thonidé.

Malgré ce nouvel échec, un nouvel espoir ce fait jour du côté de la prochaine réunion de la CITES en mars prochain à Doha, capitale du Qatar. En effet, si la proposition de la principauté de Monaco d’inscrire le thon rouge à l’annexe I de la Convention en 2010 est validée, cela reviendrait à interdire le commerce international de l’espèce ainsi que son exportation vers son principal marché, à savoir le Japon. Et, ainsi, lui offrir une chance de ne pas sombrer dans l’abîme.

Cécile Cassier
1- Convention sur le Commerce International des Espèces de faune et de flore Sauvages menacées d’Extinction.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Josemite
19 novembre 2009 - 0 h 00 min

Ce n’est que lorsque les pêcheurs remonteront des filets vides qu’ils prendront conscience de leurs erreurs et réclameront d’autres subventions pour survivre. c’est beai l’assistanat et l’inconscience humaine.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS