Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le Sénat suspend la commercialisation de biberons au Bisphénol A
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Les voitures les moins polluantes en 2017
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le Sénat suspend la commercialisation de biberons au Bisphénol A

Le 24 mars dernier, le Sénat a adopté à l’unanimité la proposition de loi visant à suspendre la commercialisation de biberons fabriqués à partir de bisphénol A (BPA). Composé chimique, le bisphénol A est reconnu comme étant un perturbateur endocrinien, capable d’imiter l’hormone sexuelle féminine, l’œstrogène. Il fait désormais l’objet de toutes les attentions de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (Afssa), bien que celle-ci ait conclu, sur la base des données scientifiques alors disponibles, à « l’absence de risque pour le consommateur dans les conditions d’emploi ».

Toutefois, cet avis est aujourd’hui de plus en plus contesté, notamment par le réseau Environnement Santé (RES) qui tient à jour sur son site Internet (1) les dernières publications scientifiques attestant des risques liés au BPA.

Abondant en ce sens, les sénateurs ont donc opté pour le principe de précaution, notamment en raison de la vulnérabilité de la cible des produits en question, à savoir les nourrissons. Ils ont cependant limité le champ d’application de la proposition de loi aux seuls biberons, et ont privilégié la suspension plutôt que l’interdiction en bonne et due forme. Pour l’heure, le texte doit encore être soumis à l’Assemblée Nationale.

Face à cette décision, les avis sont partagés. Représentatifs des professionnels du secteur, PlasticsEurope, association européenne des producteurs de matières plastiques, et ELIPSO, syndicat professionnel français des emballages plastiques et souples, « (…) estiment que la suspension de la commercialisation des biberons n’est qu’une fausse solution qui alimentera les angoisses des consommateurs ».

Un point de vue que RES est loin de partager, saluant le positionnement du Sénat : « Les sénateurs ont fait un grand pas en avant en accréditant les études scientifiques qui prouvent la toxicité du BPA lorsque les nourrissons y sont exposés par la contamination alimentaire, notamment via les biberons. (…) ». Le réseau se réjouit également de la demande déposée auprès du gouvernement, requérant pour début 2011 un état des lieux des données scientifiques disponibles sur les perturbateurs endocriniens.

Cécile Cassier

1 http://www.reseau-environnement-sante.fr

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS