Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le Round Up perturbe le fonctionnement hormonal
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le Round Up perturbe le fonctionnement hormonal

Fin juin 2009, une étude réalisée par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini avait déjà mis en évidence l’impact de l’herbicide de Monsanto sur le fonctionnement des hormones sexuelles. Relayée par l’association Générations Futures, une nouvelle étude scientifique, dirigée par la même équipe, vient de démontrer des effets de perturbateurs endocriniens du Round Up chez des rats. Réalisée in vitro, celle-ci a montré, outre des nécroses sur les cellules testiculaires de rats, des effets de perturbation endocrinienne. Plus inquiétant, ces observations ont été faites à de très faibles doses de glyphosate et de Round Up, de l’ordre de 1 ppm (partie par million), soit 1 mg/kg. Or, comme le souligne l’association, de telles doses de ces substances ont déjà été observées dans les urines d’agriculteurs. D’après la récente publication, une perturbation hormonale des cellules testiculaires pourrait entraîner des perturbations de la reproduction et du nombre de spermatozoïdes.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 22 janvier 2012 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
rose
22 janvier 2012 - 0 h 00 min

Il faudrait modifier le titre et noter : « Le Round Up perturbe le fonctionnement hormonal des rats », car c’est là ce que nous apprend cette étude.
Je sais bien que M. Séralini ne peut pas se passer de rats ou de cellules de rats (peut-être parce qu’il n’aurait plus de mécènes s’il réalisait le même type d’étude sur des cellules humaines), mais il ne nous apprend là rien sur les perturbations hormonales induites par les pesticides sur la population humaine.
Pourtant, c’est bien ce type de recherche qui ferait avancer les connaissances, mais il faut croire que M. Séralini tient à ses subsides (ou alors quelle est la raison ?) pour s’en tenir à de la « recherche » sur des rats. Cette recherche n’a d’intérêt que si la finalité en est la connaissance des effets des pesticides sur les rats (or, là, on prétend en tirer des conclusions pour les humains…).


paparnaud
22 janvier 2012 - 0 h 00 min

Bonjour,

J’ai beaucoup de respect le travail que vous réalisez. Cependant, je me pose de plus en plus de questions face à l’approbation systématique des études du CRIIGEN.

Il serait honnête qu’une mise au point à propos des connaissances scientifiques soit réalisée.
D’un côté, nous avons l’impression qu’il y a le CRIIGEN (association de scientifiques). De l’autre côté, nous avons des semanciers… mais aussi une majorité du monde scientifique (dont des vulgarisateurs tels que l’académie des sciences ou l’association AFIS (http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?rubrique38) qui présentent des membres de réputation internationale).

Je n’ai rien contre le CRIIGEN mais je le trouve bien seul et très contesté par des homologues.
Est-ce que l’on peut pondérer ses propos par la quantité d’articles publiés dans des revues à facteur d’impact élevé (donc sans tenir compte des associations telles que Générations futures)?

Qu’en resterait-il ? (je me pose réellement la question!!je suis perdu face à autant d’informations contradictoires, et par précaution, j’évite au maximum les OGM et pesticides…).

Il serait bien d’avoir un débat accessible aux non-biologistes et non-mathématiciens. Une réponse aux critiques portées sur le CRIIGEN me semble nécessaire (http://imposteurs.over-blog.com/pages/Tout_ou_presque_sur_le_CRIIGEN-4536267.html).

@rose :je me trompe peut-être, mais à propos d’un OGM, M Séralini et cie n’ont fait que réutiliser et nuancer les résultats des études réalisées par MONSANTO (effectivement menées sur les rats). A propos des pesticides, je n’ai pas encore lu la publication (un lien aurait été le bienvenu!).


corsica
22 janvier 2012 - 0 h 00 min

discours négationniste de rose, rose pense peut être que nous sommes des extra terrestres, plus fortiches que les rats!!! certes l’étude scientifique n’est pas aboutie, mais est ce utile? je propose que rose boive un verre de round up


rose
22 janvier 2012 - 0 h 00 min

Je pense que vous n’avez pas saisi le sens de mon message (quant au verre de Round Up, ça sera superflu, je suis tombée dans la marmite de pesticides étant petite). Ce que je veux dire, c’est que M. Séralini ne nous apprend rien de nouveau, avec ses études sur les rats. Si justement des rats sont utilisés (avant l’AMM comme a posteriori), et quantité d’autres animaux OGM, c’est justement parce qu’ils sont bien plus résistants que nous et qu’on peut ainsi valider et mettre sur le marché des substances toutes plus toxiques les unes que les autres.
En fonction de la souche de rat (ou de n’importe quel rongeur, ou animal) utilisée, on obtient précisément les résultats que l’on souhaite. Donc, l’expérimentation sur des animaux non humains, ou sur des cellules d’animaux non humains, afin d’en tirer des conclusions pour les humains n’a aucun sens, mais est une aubaine pour les industriels (et les autorités prétendument sanitaires). Ils peuvent ainsi commercialiser et mettre hors de cause n’importe quel poison.
Les conclusions issues d’« études » sur des animaux non humains sont infiniment minorées par rapport à ce qu’elles seraient si elles avaient été menées sur des humains et, surtout, il est toujours possible d’arguer ensuite : « Mais ce sont des animaux, nous, humains, ne réagissons pas pareillement ! » Le chat se mord la queue…
Si M. Séralini était un scientifique digne de ce nom, courageux, il ferait ses études sur des cellules humaines, et en tirerait ainsi des conclusions pertinentes pour la santé humaine (mais alors il faudrait qu’il soit indépendant, l’État ne financerait plus ses travaux). Ses conclusions sur les rats, on les connaît déjà, elle n’apportent rien de nouveau. Simplement, on enfonce des portes déjà grandes ouvertes, on met un coup d’épée de plus dans l’eau (imageons), on fait semblant de faire des études, de se préoccuper de la santé humaine, et on ne fait, sciemment, pas avancer le Schmilblick d’un iota. Les chercheurs, de ce pays en particulier, parce que ce sont les contribuables qui les rémunèrent, ont une lourde culpabilité.
En dehors du professeur Sultan (dont les conclusions sont justement effrayantes), je ne vois pas quels scientifiques étudient vraiment la question (des effets des pesticides sur la santé humaine), sur des humains, ou des cellules humaines.
Les sujets pour l’étude ne manquent pourtant pas, il y a encore quelques centaines de milliers d’agriculteurs dans ce pays ; avec leurs familles, cela fait du monde. Encore faut-il le vouloir (il ne risque pas d’y avoir une volonté politique en ce sens), encore faut-il en avoir les moyens, être indépendant, en conséquence, car qui financerait une telle étude (certainement pas le CNRS de M. Séralini) ?…
Si une telle étude était mise en place, il faudrait retirer toutes ces substances du marché, voilà pourquoi on préfère s’en tenir à des rats.


paparnaud
27 janvier 2012 - 0 h 00 min

Bonjour,

J’ai beaucoup de respect le travail que vous réalisez. Cependant, je me pose de plus en plus de questions face à l’approbation systématique des études du CRIIGEN.

Il serait honnête qu’une mise au point à propos des connaissances scientifiques soit réalisée.
D’un côté, nous avons l’impression qu’il y a le CRIIGEN (association de scientifiques). De l’autre côté, nous avons des semanciers… mais aussi une majorité du monde scientifique (dont des vulgarisateurs tels que l’académie des sciences ou l’association AFIS (http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?rubrique38) qui présentent des membres de réputation internationale).

Je n’ai rien contre le CRIIGEN mais je le trouve bien seul et très contesté par des homologues.
Est-ce que l’on peut pondérer ses propos par la quantité d’articles publiés dans des revues à facteur d’impact élevé (donc sans tenir compte des associations telles que Générations futures)?

Qu’en resterait-il ? (je me pose réellement la question!!je suis perdu face à autant d’informations contradictoires, et par précaution, j’évite au maximum les OGM et pesticides…).

Il serait bien d’avoir un débat accessible aux non-biologistes et non-mathématiciens. Une réponse aux critiques portées sur le CRIIGEN me semble nécessaire (http://imposteurs.over-blog.com/pages/Tout_ou_presque_sur_le_CRIIGEN-4536267.html).

@rose :je me trompe peut-être, mais à propos d’un OGM, M Séralini et cie n’ont fait que réutiliser et nuancer les résultats des études réalisées par MONSANTO (effectivement menées sur les rats). A propos des pesticides, je n’ai pas encore lu la publication (un lien aurait été le bienvenu!).



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
47

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS