Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le paludisme résiste de plus en plus aux médicaments
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le paludisme résiste de plus en plus aux médicaments

Le paludisme est en expansion planétaire et on considère qu’environ 40% de la population mondiale est exposée à un paludisme résistant aux médicaments type quinine. Autrefois ignorée au profit des médicaments conventionnels, l’Artemisia annua est dorénavant considérée par l’organisation mondiale de la santé (OMS) comme une plante pouvant apporter une partie de la solution face au parasite Plasmodium falciparum (1), devenu résistant à la chloroquine, la sulfadoxine-pyriméthamine et l’amodiaquine.

L’Artemisia annua est une plante utilisée depuis des siècles dans le traitement du paludisme. De ses feuilles séchées, on extrait de l’artémisinine, un principe actif qui sert à la fabrication de médicaments antipaludiques efficaces. Néanmoins, la disponibilité de traitements à base de cette substance est très inférieure aux besoins. Sur les quelque 600 millions de personnes en ayant besoin, environ 82 millions seulement en reçoivent grâce aux systèmes de distribution du secteur public (2).

Alors que la culture de l’Artémisia annua demande un minimum de 6 mois, son extraction, son traitement et la fabrication du produit final exigent entre 2 et 5 mois selon la formulation souhaitée.

Or, comme pour la plupart des herbes médicinales, les conditions climatiques, géographiques et environnementales influent grandement sur l’Artemisia annua. Dans certains endroits, en fonction de la qualité du sol et des précipitations, sa teneur en artémisinine peut être très faible et sans valeur industrielle, ce qui impose que l’on procède à des essais locaux avant de se lancer dans une culture à grande échelle. Par ailleurs, la teneur des feuilles en artémisinine décroît graduellement après la récolte, pour être réduite à néant après 6 à 12 mois de stockage. De la même manière, durant la transformation, des températures élevées peuvent compromettre sa qualité.


Plantation d’Artemisia annua

Pour ces raisons, l’OMS a récemment publié une description très détaillée des techniques de culture et de récolte de l’Artemisia annua (3), accompagnée des mesures indispensables pour faire en sorte que le produit soit de qualité.

Il convient ici de rendre hommage aux ‘petites’ associations, fonctionnant la plupart du temps avec du bénévolat (4), et qui ont cru à l’Artemisia annua quand des structures comme l’OMS lui préféraient les médicaments des laboratoires… Ces associations ont permis à de nombreuses personnes, oubliées du système de soin international, de non seulement cultiver la plante mais aussi de s’approprier son utilisation en cas de crise de paludisme.

Pascal Farcy
Photo © ACP

1- Le Plasmodium falciparum est le principal et le plus dangereux parasite responsable du paludisme et des cas mortels. Il est largement répandu dans les zones tropicales d’Afrique, en Asie du Sud-est et en Amérique du Sud.

2- Le secteur public assure 90% de la distribution des antipaludiques dans les pays en développement.

3- Le document est téléchargeable en anglais sur le site de l’OMS.

4- Citons l’association franc-comtoise ACP (Artemisia contre paludisme), qui bien avant que l’OMS le recommande, a envoyé, et continue de le faire, des graines dans des villages ‘du bout du monde’ tout en communicant les indications de culture et d’utilisation de la plante.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 mars 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
375

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS