Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le moustique-tigre s’invite en Bouches-du-Rhône
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le moustique-tigre s’invite en Bouches-du-Rhône

Le 29 mars 2010, un arrêté interministériel classait les Bouches-du-Rhône parmi les départements où est attestée la présence du moustique Aedes albopictus, également surnommé le « moustique Tigre ». Or, si ce fait mérite d’être signalé, c’est que l’Aedes est un vecteur potentiel des maladies du chikungunya et de la dengue.

Cependant, des conditions particulières doivent être remplies pour qu’il y ait risque de contamination. Ainsi, pour transmettre à des personnes saines l’une ou l’autre de ces maladies en métropole, le moustique Aedes doit au préalable piquer une personne contagieuse présente sur le territoire métropolitain même, dans le cas par exemple d’un touriste de retour des Antilles ou de l’océan Indien. Aussi, nulle inquiétude pour l’instant dans la mesure où « Aucun cas autochtone de chikungunya ou de dengue ne s’est manifesté dans les Bouches du Rhône malgré la présence de personnes de retour de voyage atteintes de chikungunya ou de dengue », affirme la préfecture des Bouches-du-Rhône. Le même constat vaut pour les départements du Var et des Alpes-Maritimes, où la présence du moustique-tigre est pourtant avérée depuis de nombreuses années.

En outre, la présence du moustique en Bouches-du-Rhône reste quantitativement faible et se cantonne à quelques zones seulement.

C’est donc « à titre préventif » que le Plan départemental de lutte contre le moustique Aedes albopictus, en préparation depuis le mois de janvier, a été enclenché. Outre l’Etat, l’Agence régionale de Santé, en charge du volet sanitaire, le Conseil général, traditionnellement en charge de la démoustication, l’Entente interdépartementale de démoustication, acteur opérationnel de la lutte contre le moustique ainsi que les communes éventuellement concernées prendront part à sa mise en œuvre.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
cuicui
12 juin 2010 - 0 h 00 min

Rappelons que les principaux destructeurs de ces moustiques demeurent les hirondelles et martinets le jour et les chauves souris la nuit.C’est très bien de déverser des pesticides dans les étangs mais il serait plus éfficace d’installer des nichoirs pour multiplier ces destructeurs, ce qui est à la portée de tout le monde.Pensez -y vous qui ètes concernés.


lupus
12 juin 2010 - 0 h 00 min

Inutile de répandre des pesticides dans les piscines. Il y a déjà tout ce qu’il faut.
http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4265



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
55

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS