Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le moustique, le climat et la mort
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le moustique, le climat et la mort

La malaria, ou paludisme, a considérablement progressé. Elle est responsable de 150 000 morts/an de plus que durant les années 70. D’après un récent rapport publié par l’Institut Lowy de Sydney, cette dramatique recrudescence est liée au changement climatique et touche de manière inquiétante l’Asie du Sud-Est et les îles du Pacifique Sud.

L’expansion du moustique vecteur et du Plasmodium, le tristement célèbre parasite responsable de la malaria, est favorisée par l’augmentation des températures et des précipitations. La malaria touche désormais des zones jusqu’alors non infestées. D’après l’OMS, le risque y est notoirement accru car aucune résistance aux parasites ne s’y est développée et les populations, comme les services publics, connaissent mal cette maladie.

La population humaine est aussi un vecteur du parasite

Mis à part le moustique, un autre important facteur de diffusion de la malaria est la population humaine elle-même. Le Plasmodium a besoin des deux hôtes pour se développer. Son cycle est assez complexe, ce qui, en l’occurrence, lui confère une efficacité remarquable.

Lorsqu’elle est porteuse du parasite, une femelle de moustique, du genre Anophèle, peut infecter l’homme par une simple piqure. Une fois dans le corps humain, le parasite se développe en plusieurs phases et peut parfois rester en dormance. Lors des crises, le Plasmodium passe dans le sang et détruit les globules rouges, ce qui provoque les fièvres et parfois une anémie qui peut causer la mort. C’est dans cette phase sanguine que le parasite poursuit son développement et évolue vers sa reproduction. A ce stade, il ne pourra pas survivre plus de 20 jours dans l’organisme humain et va devoir reprendre son cycle chez le moustique. Si une Anophèle pique la personne infestée durant cette période, cette femelle moustique deviendra porteuse du parasite et, à son tour, pourra le transmettre à d’autres humains.

Ainsi, la progression de la malaria est favorisée par les déplacements de personnes. Le lien entre cette aggravation et le réchauffement climatique est, dès lors, tant environnemental que social. Le moustique trouve de plus en plus de zones adéquates à son développement, et le parasite qui voyage, via le « réservoir humain », fait la conquête de nouveaux espaces où il pourra se développer. En plus des migrations et du tourisme, de plus en plus de personnes doivent quitter leurs terres d’origine, forcées par la montée des océans et les aléas climatiques. On a vu, déjà, à Tuvalu, un atoll de Polynésie, des milliers de gens laisser leur village englouti par la mer pour se rendre en Nouvelle-Zélande. L’expansion du paludisme est un de ces effets indirects, aggravant d’autant le problème des réfugiés climatiques.

Les nations les plus pauvres, possédant de faibles infrastructures de santé, risquent d’être très gravement touchées. Mais des pays comme la France ne sont pas à l’abri.

La malaria tue 2 millions de personnes chaque année, principalement des enfants. Les prévisions de l’Institut Lowy annoncent que ce chiffre pourrait plus que doubler d’ici à 2050.

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 21 novembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
JeanPhir
23 novembre 2008 - 0 h 00 min

« En plus des migrations et du tourisme, de plus en plus de personnes doivent quitter leurs terres d’origine, forcées par la montée des océans et les aléas climatiques. On a vu, déjà, à Tuvalu, un atoll de Polynésie, des milliers de gens laisser leur village englouti par la mer pour se rendre en Nouvelle-Zélande. »
Non, quitte à faire l’avocat du Diable, jusqu’à la preuve du contraire il n’y a pas encore eu de migration à cause d’une montée des eaux liée au changement climatique ! Cela viendra mais il ne faudrait quand même pas compter dans le nombre des déplacements dus à la conjonction d’une altitude très limite, d’une forte marée et d’une forte tempête, ce qui peut se produire par exemple une fois pas siècle avec ou sans dérèglement climatique… Les humains se sont toujours implantés dans des lieux incertains mais commodes et les aléas météorologiques (et non climatiques, c’est différent) font le reste.
(L’amalgame est nuisible à la crédibilité, pas la peine de donner des munitions à ses adversaires…)


joëlle
28 novembre 2008 - 0 h 00 min

Si, il y a déjà eu un cas de population qui a du quitter sa région. C’est au nord du continent américain et c’étaient, si mes souvenirs sont bons, des inuits. Mais ça n’a pas fait beaucoup de bruit car il ne s’agissait que de quelques dizaines de familles.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
71

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS