Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le Bisphénol A agit aussi sur le développement embryonnaire
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le Bisphénol A agit aussi sur le développement embryonnaire

Composé chimique de synthèse largement utilisé dans la fabrication industrielle des récipients en plastique de type polycarbonates, le Bisphénol A (BPA) est un perturbateur endocrinien, capable de mimer l’action des hormones sexuelles féminines, à savoir les œstrogènes, dans l’organisme. Outre l’exposition via la voie alimentaire, il serait également capable de pénétrer l’organisme par la peau selon une récente étude. Actuellement, le BPA est classé comme reprotoxique de catégorie 3, c’est-à-dire jugé « préoccupant pour la fertilité de l’espèce humaine » en raison « d’effets toxiques possibles » sur la reproduction.

Jusqu’alors, les études visant à évaluer l’impact du BPA sur la santé humaine s’étaient focalisées sur la fonction de reproduction et le développement du cerveau. Mais, une équipe mixte de chercheurs du CNRS, en collaboration avec l’Inserm, le Muséum national d’Histoire naturelle et l’INRA, s’est récemment intéressée aux effets de ce composé sur le développement embryonnaire. Pour ce faire, les scientifiques ont exposé des œufs de poissons zèbre (Danio rerio) à des concentrations de plus en plus importantes de BPA (de 1 mg/L à 20 mg/L). Or, suite à cette exposition au BPA, la plupart des embryons de poissons zèbre ont présenté des anomalies au niveau des otolithes, de petites structures de l’oreille interne servant à contrôler l’équilibre et jouant également un rôle dans l’audition. Si d’autres anomalies de l’oreille interne, moins fréquentes, ont été constatées, 60 % des embryons ont, quant à eux, développé des agrégats d’otolithes.    

D’une manière générale, au-delà d’une concentration de 15 mg/L, tous les poissons zèbre ont développé des anomalies. Pour vérifier ces résultats, les scientifiques ont soumis un autre vertébré de la famille des amphibiens, le xénope, à la même expérience. Là encore, ils constatèrent le développement d’anomalies de l’oreille interne.

Selon les experts, ces conclusions sont à interpréter avec recul, la dose de BPA administrée correspondant à « une dose très aigüe », « bien plus élevée que la gamme d’exposition possible de l’être humain ». Mais bien que « rien ne peut être déduit pour l’homme » sur ces bases, ces travaux mettent en évidence un effet ignoré du BPA. Preuve est désormais faite que, outre ses effets reprotoxiques, ce composé agit également, à des doses assez élevées, sur le développement embryonnaire.   

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
39

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS