Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Le Bangladesh victime des pesticides
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le Bangladesh victime des pesticides

Collectant les statistiques établies en matière de santé depuis 2008 au Bangladesh, le bulletin sanitaire 2009, issu du gouvernement bangladais, révèle que les empoisonnements liés aux pesticides représentent la deuxième cause de décès du pays chez les personnes âgées de 15 à 49 ans. Sur 7 438 décès enregistrés dans plus de 400 hôpitaux du pays, 8 % des victimes de cette tranche d’âge sont dus aux pesticides.

Selon Muhammad Abul Faiz, professeur de médecine au Sir Salimullah Medical College de Dhaka et ancien directeur général des services de santé du gouvernement, ces cas d’empoisonnement s’expliquent, en partie, par l’insuffisance, voire l’inexistence, des mesures de protection des agriculteurs lors de l’épandage des pesticides. Nombreux sont ceux à ne pas observer des précautions de base, telles que le nettoyage du visage et des mains après application.

Autre facteur invoqué par des chercheurs de National Institute of Preventive and Social Medicine (NIPSOM), il est coutumier de voir des agriculteurs récupérer les contenants vides après usage et les recycler, notamment pour y ranger de la nourriture. Pour les experts du NIPSOM, il est désormais vital de favoriser la communication auprès des populations locales sur les risques encourus par l’exposition à de tels produits et les mesures à respecter pour s’en prémunir. La responsabilité en revient aux importateurs et aux vendeurs de pesticides, lesquels n’hésitent pas à bafouer les procédures d’importation, de fabrication, de vente et d’emballage édictées par le règlement sur les pesticides, adopté par le Bangladesh en 1985. En raison du taux d’analphabétisme important du pays, la mention sur les emballages devra s’orienter vers des logos ou dessins spécifiant la façon dont les produits doivent être utilisés et jetés après utilisation.

Mais cette seule mesure ne suffira pas, les infractions de vendeurs de pesticides faisant foison. Ainsi, par le biais de mesures incitatives, ces derniers parviennent à convaincre les fermiers d’acheter des formules de pesticides non enregistrées. De fait, certains fournisseurs continuent à vendre de nombreux produits chimiques interdits par le gouvernement, de même que des composés chimiques tels que l’aldrine et l’endrine, classés comme « très dangereux » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Fait inquiétant mais intrinsèquement lié avec le nombre de décès observé, le Bangladesh s’illustre par une consommation croissante de pesticides. Pour preuve, selon le gouvernement, 37 712 tonnes de pesticides auraient été vendues au Bangladesh en 2007, soit une augmentation de 145,3 % par rapport à 2001. Plébiscité pour garantir de meilleurs rendements et une conservation optimale des céréales et des légumes, l’avènement des pesticides constitue un véritable fléau pour un pays à dominante agricole, tel que le Bangladesh. D’après l’IRIN (1), 75 % de la population active bangladaise, estimée à 56 millions, exercent directement ou indirectement dans le secteur agricole.

Cécile Cassier
1 – L’IRIN est un département d’informations humanitaires des Nations Unies.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 25 janvier 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
nicolekretchmann
28 janvier 2010 - 0 h 00 min

qui vend les pesticides, tout comme les armes, par ailleurs ?
Commençons par le début et non en prenant le cheval par la queue !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
26

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS