Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » La Suisse appelle à utiliser les lampes à économie d’énergie avec précaution
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La Suisse appelle à utiliser les lampes à économie d’énergie avec précaution

La disparition progressive des ampoules à incandescence est en cours et s’achèvera en 2012. Technologiquement, les solutions de substitution ne sont toutefois pas encore à 100% aussi satisfaisantes que ces ampoules dont le piètre rendement énergétique (95% du courant se perd sous forme de chaleur) précipité la fin.

De grandes disparités de performance existent selon les différents modèles, notamment les ampoules dites à basse consommation, ou à économie d’énergie. Le délai, pris par certaines de ces ampoules pour parvenir à leur intensité d’éclairage maximale, est fort peu agréable, augmentant d’autant la sensation d’un flux lumineux moins performant face aux incandescences. A ce titre, il est étonnant que le législateur ait choisi un calendrier de retrait des ampoules à incandescence commençant par les références les plus puissantes. L’inverse aurait été assurément plus logique et satisfaisant pour les consommateurs (1), en laissant le temps aux industriels de faire évoluer la technologie.

D’autre part, outre leur problème d’encombrement qui les rend aussi inadaptables à certains luminaires, ces ampoules ont encore deux inconvénients : leur composition, qui en fait des produits dangereux soumis à collecte pour leur traitement, et l’émission de champs électromagnétiques très largement supérieurs aux recommandations actées par le Parlement Européen fin 1998 (recommandation de 1 V/m – volt par mètre).

La publication en août 2007, par les associations Arca Ibérica et Criirem, de tests de mesures de rayonnements radioélectriques avait mis en avant l’existence de ces champs électromagnétiques avec la détection de valeurs comprises entre 180 V/m et 1,8 V/m, dans les 20 premiers centimètres de distance d’une ampoule basse consommation. Si ce constat n’avait fait l’objet que d’une faible médiatisation, une étude, reposant sur une nouvelle méthode d’analyse, vient de faire des constats similaires.

Réalisée pour le compte de l’Office fédéral de la santé publique et de l’Office fédéral de l’énergie suisses, elle confirme que pour une distance de 30 cm, toutes les lampes testées sont largement au-dessus des valeurs limites recommandées sur le plan international, dans le cadre de l’exposition aux champs électromagnétiques.

Présentée hier à Berne, l’étude a été réalisée par la fondation It’Is Foundation (Foundation for Research on Information Technologies in Society) de Zurich. Si les résultats permettent de supposer que les champs électromagnétiques des lampes à économie d’énergie n’ont aucun impact négatif sur la santé à au moins 30 cm de la source, à titre préventif les deux offices fédéraux conseillent de respecter cette distance minimale en particulier lorsque la lampe fonctionne pendant longtemps, comme par exemple une lampe de bureau ou une lampe de chevet. Un conseil d’autant plus logique que les conséquences à long terme d’une exposition plus proche n’ont pas encore été suffisamment étudiées.

Pascal Farcy
1- … et l’emploi, puisque nombre d’ampoules à incandescence étaient fabriquées en France, à l’inverse des ampoules basse-consommation réalisées en Asie.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 avril 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
serilynpayne
3 avril 2010 - 0 h 00 min

sans compter que l’énergie thermique produite par les « anciennes » ampoules devra , l’hiver, être compensée par une augmentation de la consommation d’énergie pour le chauffage …


Montebello
3 avril 2010 - 0 h 00 min

Et si on faisait plus sérieusement le bilan comparé des lampes en comptant vraiment d’abord toute l’énergie mise en jeu:
1- l’énergie économisée pendant la vie de la lampe
2- mais aussi toute l’énergie nécessaire à la fabrication et au transport de la lampe.
En rapportant cela au service lumineux rendu (à compter en lumens x heures).

D’habitude on ne compte que le 1er poste! C’est une grossière tromperie, vu de la planète Terre, parce que les nouvelles lampes sont beaucoup plus lourdes et complexes que les anciennes, et viennent d’Asie. Assemblées comment et par qui?

Et ensuite un bilan des matériaux non recyclés.
Les lampes « à économie » contiennent pas mal de métaux, des composants électroniques, des matières toxiques, et à mon avis certainement des parties non recyclables. Qui a vérifié (en Chine?) le chiffre annoncé de 95% de recyclage?

Pour les « lampistes », le chiffre d’affaires est superbe. Mais l’usager et la planète y gagnent-ils vraiment?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
57

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS