Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » La Seine Maritime face à une hyperendémie de méningite
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La Seine Maritime face à une hyperendémie de méningite

C’est dans la plus grande indifférence, comparé par exemple au battage médiatique autour de la grippe aviaire, que la Seine Maritime (plus particulièrement la région Dieppoise) connaît depuis 3 ans une recrudescence de méningites. Entre 2002 et 2005, le département a enregistré 214 cas de méningites à méningocoque et 12 décès avérés, tandis que depuis janvier 2006, 16 nouveaux cas ont déjà été recensés.

Un quart de ces infections est dû à une souche particulière de méningocoque B (le B14), rarement rencontrée en France et plus dangereuse. En effet, selon l’Institut de Veille Sanitaire, cette souche enregistre un taux plus élevé de ‘purpura fulminans’, une affection combinant fièvre et lésions vasculaires, qui s’avère mortelle dans 70 % des cas si elle n’est pas soignée à temps.

Aujourd’hui, après 3 ans de silence, le ministère de la Santé a enfin décidé d’agir face à cette hyperendémie et vient d’annoncer le lancement d’une ‘vaste’ campagne de vaccination dans les jours à venir.

Comme il n’existe pas de vaccin capable d’immuniser contre les méningocoques de type B, l’Etat va acquérir un vaccin, mis au point il y a une vingtaine d’années, en Norvège. A l’époque ce pays était frappé par une souche proche de celle incriminée en Seine Maritime et a ainsi conçu un vaccin spécifique. La totalité des doses disponibles, soit 9 000 doses, vont donc être mises à la disposition des autorités sanitaires de la Seine Maritime, pour permettre, d’ici la fin du mois d’avril, de procéder à une première vague de vaccination qui concernera 3 000 personnes.

Néanmoins, c’est une goutte d’eau en rapport de l’ambition affichée, à terme, de vacciner l’ensemble des moins de 20 ans du département, soit environ 300 000 jeunes. Même si un deuxième lot de 15 000 doses de vaccins doit être disponible d’ici au mois d’août, sans la production massive de vaccin on se demande comment l’épidémie Dieppoise pourrait être réellement endiguée.

Chaque année en France, entre 700 et 800 méningites à méningocoque sont notifiées à l’Institut de Veille Sanitaire, et on dénombre chaque année une trentaine de décès liés à cette infection. Elle survient généralement dans la première enfance et chez les jeunes adultes (moins de vingt-cinq ans).

A noter que comme tous les médicaments, les vaccins sont susceptibles d’avoir des effets indésirables chez certains sujets. Selon le ministère de la santé ces troubles apparaissent dans une proportion de 0.03 %, avec 7 400 cas d’effets indésirables dont 860 graves rapportés pour plus de 19,2 millions de doses vendues dans le monde.

Cécile Fargue

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 mars 2006 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
33

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS