Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » La restauration scolaire, marionnette de l’industrie agroalimentaire ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La restauration scolaire, marionnette de l’industrie agroalimentaire ?

Par un décret et un arrêté parus au Journal officiel le 2 octobre 2011, le ministère de l’agriculture a fixé un nouveau cadre réglementaire à la restauration scolaire. Basé sur les recommandations du Groupe d’Etude des Marchés Restauration Collective et Nutrition (GEMRCN), celui-ci prône la diversité de la structure du repas, composé d’une succession de 4 ou 5 plats. Concernant la qualité nutritionnelle des menus, un produit laitier doit figurer à chaque repas, ainsi qu’un apport suffisant en fibres et en fer. L’eau et le pain doivent être proposés en libre service, contrairement au sel et aux sauces. Les repas trop sucrés et trop gras doivent être limités, avec notamment pas plus de 4 produits frits sur 20 repas. Enfin, les établissements doivent veiller à ce que les fournisseurs livrent des produits dont la taille des portions est adaptée à l’âge de l’enfant, en misant sur les produits de saison.

Mais, bien que louables de prime abord, ces nouvelles normes ne privilégieraient pas que l’intérêt nutritionnel. Selon l’association L214, la recommandation du GEMRCN ne met pas en avant des besoins nutritionnels mais des produits. Elle impose ainsi des seuils minima de viande de bœuf, veau, agneau, de poisson et de produits laitiers. Dès lors, comme le souligne Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement de Paris, ce décret répond beaucoup plus aux volontés des industries agroalimentaires, soucieuses de placer le produit de leurs élevages intensifs, qu’à de réelles intentions de qualité nutritionnelle. Initiateur de menus scolaires composés à près de 70 % d’aliments issus de l’agriculture biologique ou labellisés AOC ou Label Rouge, dont un repas végétarien par semaine, l’élu déplore un modèle alimentaire dépassé. De fait, celui soutenu par les autorités ministérielles repose sur une agriculture qui privilégie l’élevage animal, aux impacts environnementaux attestés.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
9 octobre 2011 - 0 h 00 min

Oui à l’agriculture biologique et non à la viande et aux produits laitiers obligatoires. Végétarienne depuis plus de 50 ans, ayant élevé mes enfants avec une alimentation dite aujourd’hui « végane » (ah! la mode des anglicismes), l’industrie alimentaire internationale, qui ne pense qu’aux profits de ces actionnaires et non à la santé publique, n’a pas à dicter ses lois au public et encore moins se mêler de l’alimentation scolaire, elle qui intoxique gravement les enfants.
Si les élus jouaient un véritable rôle politique et votaient ou gouvernaient en favorisant l’intérêt général, celui pour lequel ils ont été choisis, au lieu d’obéir aux marchés fiannciers en se remplissant les poches au passage, la santé publique, parmi d’autres domaines, serait nettement meilleure.


thylacine
9 octobre 2011 - 0 h 00 min

Chacun sait, ou devrait savoir, que les produits laitiers ne sont pas indispensables. La viande à chaque repas non plus! Les produits laitiers sont des produits animaux pouvant justement se substituer à la viande. Leur coût écologique étant important, ils doivent donc être limités au minimum. Jacques Boutaux a raison, le modèle préconisé est dépassé… En revanche il est important que les produits consommés soient aussi sains que possible, ca qui est de moins en moins le cas des produits de l’agriculture ou du maraîchage industriels. Ce qui compte aussi c’est la diversité.
L’important est enfin, dans une cantine pour les enfants, de les éduquer.
On comprend évidemment que les professionnels de l’agro-alimentaire soient intéressés par ce juteux débouché: lobbying, lobbying…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
39

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS