Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » La pollution routière : un danger supplémentaire pour l’automobiliste
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La pollution routière : un danger supplémentaire pour l’automobiliste

En première ligne de la pollution générée par le trafic routier, l’automobiliste s’expose quotidiennement à une qualité d’air plus ou moins mauvaise selon le tracé emprunté et l’état de la circulation. Avec le soutien financier de l’Afsset (1), Airparif s’est intéressée au degré d’exposition des automobilistes Franciliens utilisant quotidiennement leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail.

De juin à décembre 2008, la période creuse du 15 juillet au 15 août exclue, un véhicule d’Airparif a sillonné l’Ile-de-France, effectuant au total près de 300 trajets, soit une distance de 5 800 km. Pour les besoins de l’enquête, la région a été divisée en trois zones : grande couronne, petite couronne et Paris. En se basant sur les principaux pôles d’emploi et les principales zones de résidence pour chacun des trois périmètres, 88 trajets domicile/travail ont été définis et réalisés à plusieurs reprises. La distance moyenne parcourue est de 16 km pour une durée de 30 minutes Les trajets les plus courts sont ceux qui ne sortent pas de la capitale, avec une moyenne de 4,5 km pour une durée de 16 minutes. Les trajets les plus longs s’effectuent entre la grande couronne et Paris, avec une moyenne de 31 km pour une durée d’une heure. Au cours de ces itinéraires, les appareils de mesure équipant le véhicule cobaye ont enregistré toutes les dix secondes les concentrations de dioxyde d’azote et le nombre de particules ultrafines (inférieures à 1 µm), via une prise d’air à hauteur de respiration du conducteur.

Les niveaux relevés se sont avérés très variables selon le trajet observé. Les teneurs moyennes de dioxyde d’azote les plus élevées ont été relevées lors des trajets petite couronne/Paris et grande couronne/Paris, avec respectivement 170 µg/m3 et 167 µg/m3. Cela s’explique par la densité du trafic de ces grands axes très fréquentés.

A l’inverse, les niveaux les plus faibles ont été enregistrés au cours des trajets effectués en grande couronne, avec une moyenne de 103 µg/m3. En moyenne, l’ensemble de ces teneurs respecte la norme fixée à 200 µg/m3 par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Seuls 7 % des trajets testés font exception, avec en moyenne des teneurs de dioxyde d’azote dans l’habitacle de l’ordre de 243 µg/m3. Ces dépassements impliquent principalement les trajets de la grande couronne vers Paris et la petite couronne, même s’ils peuvent aussi s’observer sur des trajets bien plus courts.

Du point de vue des comptages des particules, les trajets grande couronne/Paris et petite couronne/Paris présentent les valeurs moyennes de particules les plus élevées, avec respectivement 88 000 et 91 000 particules par cm3. En comparaison, la précédente campagne de mesure d’Airparif, réalisée depuis un vélo, avait noté un niveau moyen de 40 000 particules par cm3, cette moyenne dépassant les 60 000 particules par cm3 pour les parcours au cœur du trafic routier.

D’autres critères sont à prendre en compte, notamment les passages prolongés sous tunnel ou le type, l’état et les options du véhicule précédent. Ainsi, les poids lourds émettent, en moyenne, 12 fois plus d’oxydes d’azote et 5 fois plus de particules que les véhicules légers. De même, lors d’un trajet effectué le 20 novembre 2008, si le nombre de particules a été divisé par 4 derrière un véhicule équipé d’un filtre à particules, la concentration de dioxyde d’azote a, en revanche, plus que doublé.

Subies au quotidien, les teneurs observées de ces deux polluants ne sont pas anodines. Oxydant puissant, le dioxyde d’azote peut provoquer des effets toxiques au niveau des voies respiratoires (irritations, inflammations…). Guère plus enviable, l’exposition aux particules est associée à divers effets sanitaires affectant les systèmes respiratoires et cardiovasculaires, particulièrement chez les personnes sensibles telles que les enfants, les asthmatiques ou les personnes âgées.

Cécile Cassier
1- Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail.

2- A lire le dossier ‘Transports : entre communication et réalité’ du dernier numéro du magazine Echo Nature.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 novembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
opaque
5 novembre 2009 - 0 h 00 min

Rapellons aux conducteurs ébahis par cet article, et aux cyclistes soucieux de leur santé, que le masque en tissu sur le nez ne sert strictement A RIEN. seul un bon masque à cartouches(non périmées) peut filtrer les mauvais gaz et les poussières toxiques.
Enfin, rappellons aux heureux propriétaires de voitures Diesels qu’ils sont les pires pollueurs: soit dit en passant pour les culpabiliser un peu ,en plus des particules mortelles et autres oxydes d’azotes dont l’explosion du parc automobile Diesel nous fait profiter depuis des décennies, ils rejettent aussi du C02 en quantité non négligeable, contrairement à ce que les pubs de nos constructeurs irresponsables voudraient nous faire croire.
quand aux camions, un bon de réduction pour leur faire prendre le train fera l’affaire (si tant est que ce ne soit pas encore et toujours le même train fantome)
Vivementla voiture électrique… ses batteries usagées,son plutonium enrichi… un must d’aberration énergetique,pour ne pas changer de mode de vie.


zygo
7 novembre 2009 - 0 h 00 min

Les piétons sont les plus nombreux en région parisienne centrale, mais ils sont toujours les grands oubliés. Les embouteillages dégagent des gaz toxiques qui empoisonnent aussi les piétons. Quant aux poids lourds, c’est à se demander s’ils subissent VRAIMENT un contrôle anti-pollution. Et je ne parle pas de l’invasion des deux roues motorisés, qui ne se gênent pas pour nous empoisonner avec leur échappement (sans compter le bruit) et rouler à fond sur les trottoirs.


E
12 novembre 2009 - 0 h 00 min

bravo pour ton commentaire que je partage en tous points. je suggère aux constructeurs de véhicules électriques de compenser l’énergie consommée par leur véhicule électrique par l’implantation de centrales éoliennes ou solaires(et les moyens de stockage qui vont avec sans lesquels la production est décalée de la demande).
Ca nous changera de leur politique d’autruche.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS