Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » La fin annoncée de l’élevage de poules en batterie de cages en Europe
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La fin annoncée de l’élevage de poules en batterie de cages en Europe

Le 22 février dernier, la demande du ministre de l’agriculture polonais de différer l’interdiction des cages de batterie de ponte conventionnelles a finalement été rejetée au Conseil des ministres de l’agriculture de l’Union européenne. Cette décision a été approuvée par l’ensemble des 26 Etats membres, aucun n’ayant appuyé la position de la Pologne. Aussi, l’interdiction entrera donc en vigueur, comme prévu initialement, à compter de 2012.

Cette décision a bien entendu été saluée par les associations de protection animale, dont l’association belge Gaïa, qui combattent depuis plusieurs années les dérives qu’implique ce type d’élevage. En atteste l’enquête réalisée par l’association L214 et rendue publique en juin 2009. Rendus sur place dans un élevage de poules en batteries de cages basé en Bretagne, les membres de l’association avaient alors constaté de visu des conditions de détention inacceptables : hygiène déplorable avec des cadavres de poules gisant dans les cages, violation de la loi avec jusqu’à sept individus parqués par cage… S’il serait hâtif d’en faire une règle commune, il est clair que ces procédés sont très fréquents au sein des élevages en batterie dont le principe même repose sur la rentabilité à l’échelle industrielle. Les répercussions de ce mode d’élevage sont d’ailleurs visibles chez les animaux : perte des plumes, troubles du comportement, mort précoce… La seule technique de l’épointage, consistant à couper le bec des poules en raison d’une promiscuité toujours accrue, suffit à faire grincer des dents.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
rose
24 février 2010 - 0 h 00 min

Tiens, je suis étonnée que pour une fois la France ne se soit pas distinguée, comme elle en a l’habitude, en demandant que soit retardée l’entrée en vigueur de cette mesure…
Tout de même, 50 000 000 de poules dans ce pays (et combien dans l’UE ?) doivent encore attendre 2012 pour qu’une interdiction aussi évidente entre en vigueur.
Mais puisque de toute façon les consommateurs s’en fichent…


lupus
24 février 2010 - 0 h 00 min

Est-ce un + pour l’homme ou pour la poule ?
Reste à savoir maintenant comment les industriels vont faire pour produire leurs millions de tonnes de poulets morts en limitant les coûts.
Attendez-vous à :
- une augmentation du prix du cadavre.
- des élevages avec des cages un peu plus grandes et en plein air, sous la flotte et dans le vent.
- des délocalisations et donc des licenciements (« c’est la faute aux bureaucrates de Bruxelles ! » diront-ils).
- + d’importation de saloperies (c’est déjà le cas : beaucoup de provenance d’Amérique du Sud pour le poulet).


humanité
25 février 2010 - 0 h 00 min

Quand je vois des réactions comme celles ce LUPUS, j’ai envie de vomir. Sous prétexte que nous allons perdre des emplois, qu’il va falloir peut-être un peu réduire nos consommations, augmenter un peu les coûts (je métonne toujours de voir que des choses ne soient jamais à leur juste prix, que ce soit dans un sens ou l’autre d’ailleurs – nous sommes prêts à payer pour des choses qui devraient être gratuites, nous ne nous étonnons pas que certains puissent marchander sur des produits de consommation courantes et d’autres ne le puissent pas, qu’il y ait tant de disparités sur un même produit, que l’on puisse payer aujourd’hui la baguette à plus de 6 FF au lieu de 1 FF il y a peu ! etc )
Sincèrement je n’achèterais pas des choses qui viennent de pays ou non seulement on élève des poulets de manière indigne, avec des hommes qu’on ne traite pas mieux. Cela vaut pour beaucoup de choses. Si nous étions des consommateurs réfléchis, actifs, nous ne tolèrerions pas non plus que nos entreprises délocalisent et espèrent que ces mêmes français achètent leurs produits : avec quoi ? les indemnités chômage ! Ah mondialisation, que de crimes on commet en ton nom ! Enfin j’arrête : pour une pauvre petite poule, pauvre petit poulet, que de bruit pour rien !!!!
Je bénis tous les jours le ciel d’être un humain en France, mais PATIENCE, L’ESPACE SE REDUIT.
P.S. ce n’est pas mon habitude d’intervenir, mais là je dois dire que depuis quelque temps, j’ai du mal !


humanité
25 février 2010 - 0 h 00 min

A la réflexion, je pense que j’ai été dure avec LUPUS, j’ai l’impression qu’il y avait du second degré et même plus dans son intervention. Si c’est bien le cas, je le prie d’excuser mon manque d’humour. Mais ses remarques sont tellement criantes de vérité …. sans rancune !


Dan
27 février 2010 - 0 h 00 min

Il est grand temps que celà cesse.
On mangera un peu moins de poulet mais de meilleure qualité.
Notre bouffe ne doit pas être prétexte à faire subir « VOLONTAIREMENT » des mauvais traitements aus animaux.


brutus38
1 mars 2010 - 0 h 00 min

Globalement, ce qui est honteux c’est que la simple nécessité de s’alimenter nous ai conduit à développer une véritable INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE, avec comme seul objectif le PROFIT, tout cela au plus grand MEPRIS de tout ce qui VIT et de notre, au combien, chère NATURE (tous ces animaux sacrifiés, transportés vivants dans des conditions lamentables, abattus dans des conditions indignes …) Nous devrions tous avoir honte de la façon dont nous traitons les autres espèces vivantes. J’avais pourtant appris que l’homme était un animal RAISONNABLE … Ah bon !! j’ai dû réver …


thylacine
2 mars 2010 - 0 h 00 min

Je ne vois pas ce qu’il y a de révoltant à élever des poulets en cages! L’Homme s’élève bien lui-même en cages de béton ou de tôle, qu’il appelle coquettement HLM, immeubles ou bidonvilles… Ce qui est bon pour l’Homme est bon pour le Poulet…


habea
3 mars 2010 - 0 h 00 min

Si l’homme n’était pas devenu si individualiste, il n’aurait pas accepté l’industrialisation alimentaire outrancière qui génère tant d’inégalité et de souffrance. Il n’est pourtant jamais trop tard pour chacun de se comporter dignement. La consommation réduite de viande, et le contrôle des conditions d’élevage, d’abattage, et de sa provenance en font partie.


Jicé60
3 mars 2010 - 0 h 00 min

Tu rêves tout debout, Dan ou t’as vu la vierge ce matin en sortant de ta douche ???
Si les laquais des lobbies agro-chimiques de BXL ont interdit ce système concentrationnaire pour volatiles c’est que les producteurs de barbaque
( groupe Doux et autres « nazillons de la plume » ) n’en ont plus besoin, ils ont déjà trouvé la parade…
Attendons nous au pire… : o (
En attendant limitez votre consommation de viande à seulement 2 repas par semaine, vos coronaires, vous remercieront, pas vos métastases…


rose
5 mars 2010 - 0 h 00 min

Deux fois par semaine, cela dépasse les ressources actuelles de notre planète. S’il prenait la fantaisie sanglante à chaque terrien de consommer de l’animal deux fois par semaine, ses désirs ne pourraient être satisfaits (à moins qu’il ne se rabatte sur ses congénères).
Mais c’est vrai que les désirs des Occidentaux sont prioritaires, ces gens ont besoin pour vivre de plus d’un kilo de lait de vache, de trois cents grammes de carne et d’un ovule chaque jour, et pour cela ils continueront à saigner à blanc tout le reste de la planète, humains et autres animaux inclus.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
82

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS