Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » L’air des crèches passé au crible
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’air des crèches passé au crible

Si la pollution de l’air intérieur ne fait plus mystère, elle est d’autant plus préoccupante lorsqu’elle expose des personnes vulnérables telles que les enfants. Afin d’évaluer le risque réel de cette exposition, l’ASEF (Association Santé Environnement France) a étudié la qualité de l’air intérieur au sein de neuf crèches témoins, réparties respectivement sur Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Nice et Aix-en-Provence. Pendant une semaine, toutes ont été équipées d’un capteur capable de mesurer la présence dans l’air de trois molécules dites cancérigènes, à savoir le formaldéhyde, le benzène et les phtalates.

Nocifs pour la santé, ces polluants n’en sont pas moins omniprésents. Classé comme un cancérigène certain depuis 2004 par le CIRC (1), avec un risque accru de cancer du rhinopharynx et de leucémies, le formaldéhyde entre dans la fabrication de contreplaqués, de tapis mais également de mousses synthétiques et de peintures. Il est décrit par l’ASEF comme un irritant puissant des muqueuses provoquant sécheresse et douleur au niveau des yeux, du nez et de la bouche. A forte concentration, il peut entraîner des œdèmes et une inflammation des muqueuses et de la peau.

Utilisé comme pigment de peinture et de vernis, le benzène est également reconnu comme un cancérigène certain chez l’homme, dont le taux limite recommandé par l’OMS (2) est fixé à 1,7µg/m3. Derniers incriminés, les phtalates sont mis à profit pour assouplir le plastique. A ce titre, on les retrouve dans les PVC ainsi que dans les jouets et les trousses d’écoliers. Allergisants, ils sont également suspectés de provoquer des dysfonctionnements hormonaux ainsi que des troubles de la fertilité.



Dévoilés hier soir, les résultats de cette enquête n’ont malheureusement pas démenti les soupçons quant à la médiocre qualité de l’air intérieur des crèches. Témoignant d’une importante disparité entre les diverses crèches, les prélèvements effectués ont révélé que les deux tiers des établissements présentaient un taux de benzène supérieur à la valeur de référence établie à 1,7 µg/m3, les taux allant de 0,8µg/m3 à 7,8 µg/m3 selon les crèches. Concernant le formaldéhyde, un tiers des crèches inspectées affiche des taux supérieurs à la valeur toxicologique de référence fixée à 10 µg/m3, les valeurs relevées oscillant entre 6,1 µg/m3 et 29 µg/m3. Enfin, la présence de phtalates, à l’exception d’une crèche, n’a pas ou peu été détectée.

Inquiétants en soi, ces résultats doivent, en outre, être corrélés avec la durée de l’exposition des enfants fréquentant ces établissements, laquelle s’élève à plusieurs heures par jour. Mais, cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont plus à l’abri lorsqu’ils regagnent leurs pénates.

Cécile Cassier


1- Centre International de Recherche sur le Cancer

2- Organisation Mondiale de la Santé

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
biox
27 mars 2009 - 0 h 00 min

Bonjour,

Plusieurs études scientifiques, de la NASA ou plus récemment du CSTB, ont démontré l’efficacité de
certaines plantes, dîtes « dépolluantes » à absorber les polluants cancérigènes que sont le formaldéhyde
et le benzène évoqués dans votre article (jusquà 80% de dépollution en 24h).
Prenez garde à la toxicité de quelques plantes pour les enfants ex:Diffenbachia….
Pour plus d’information: http://www.bioxygene.com


logikécolo
30 mars 2009 - 0 h 00 min

En effet, cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont plus à l’abri lorsqu’ils regagnent leurs pénates!
Et oui, il y a la route, leur nez sont plus bas que le notre en poussette, les pots d’échappements, etc….sans compter la nourriture, sans compter chez soi les peintures…… c’est le parcours du combattant mine de rien. Comment faire, chacune des actions à un effet!


muriel
31 mars 2009 - 0 h 00 min

Quand je compare la cartographie des prélèvements avec les lieux cités dans l’article, je me dis que la journaliste est encore plus mauvaise que moi en géographie… Bon, ils ont été faits où, finalement, ces prélèvements ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS