Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » L’Afrique durement touchée par la crise alimentaire
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’Afrique durement touchée par la crise alimentaire

Malgré les nombreuses alertes émises par la FAO (1) en 2007 sur l’envolée des prix alimentaires et sur la crise qui allait en résulter, les instances financières mondiales auront vraiment attendu le dernier moment pour commencer à réagir. Après le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale, le mois dernier, la Banque Africaine de Développement (BAfD) a annoncé vendredi 2 mai la mise en place d’une aide d’urgence pour les pays les plus vulnérables d’Afrique.

D’après Donald Kaberuka, le président du Groupe de la BAfD, ce sont près de 150 millions de personnes vivant dans les Etats fragiles qui sont exposées à la famine. La BAfD a décidé de mobiliser un milliard de dollars supplémentaire vers son portefeuille d’aide agricole (actuellement doté de 3,8 milliards de dollars) et de le restructurer « en vue de dégager environ 250 millions de dollars, sous forme de décaissements rapides, pour l’achat des intrants et des engrais qui seront requis au cours des douze prochains mois ». La BAfD a été mandatée lors du Sommet de la « Révolution verte africaine » de 2006 pour abriter le fonds fiduciaire du Mécanisme africain pour les engrais. Ce plan prévoit d’augmenter l’utilisation des engrais d’une moyenne actuelle de 8 kg par hectare (2) à une moyenne d’au moins 50 kg en 2015.

Donald Kaberuka a d’autre part souligné l’importance des infrastructures (routes, ponts, etc) dans la résolution de la crise en précisant que : « les pertes post-récoltes atteignaient 40 %, alors même qu’une réduction de 10 % de ces pertes suffirait à engranger 5 millions de tonnes supplémentaires de céréales ».

Ce milliard de dollars va s’ajouter aux quelques milliards débloqués par les autres instances financières internationales. Chiffres un peu indécents si on les compare aux quelque 945 milliards de dollars perdus lors de la crise américaine des « subprime » (estimation FMI).

Michel Sage
© BAfD
1- FAO : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Le mandat de la FAO consiste à améliorer les niveaux de nutrition, la productivité agricole, la qualité de vie des populations rurales et à contribuer à l’essor de l’économie mondiale.

2- La consommation d’engrais dépasse 200 kg à l’hectare en moyenne annuelle en Europe, en Chine et au Japon.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 03 mai 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
tomate
4 mai 2008 - 0 h 00 min

Bonjour !

Encore une bonne nouvelle !
Et flûte à bec !
Est ce quelqu’un sait si le president de la BAFD , a une fille .
jE POURRAI ME MARRIER avec elle, et lui piquer un peu de pognon , non ?
Au moins , je pourrais utiliser corectement l’argent récolté.

Bonne fin de journée.

tomate, alias  » nikeur-né »


yvan
5 mai 2008 - 0 h 00 min

L’aide alimentaire suite à la flambée des prix ne va que financer la spéculation qui a fait ces prix… Il faut avant tout faire quelque chose pour réguler cette spéculation qui nous prend tous à la gorge… Et après seulement penser à débourser pour l’aide alimentaire…

Arrêtons de mettre toujours la charrue avant les bœufs ! Battons-nous contre le vrai fléau et le reste aura moins de mal à suivre !


bateke
5 mai 2008 - 0 h 00 min

Au delà de l’indécence des chiffres relatifs aux récentes pertes financières des banques, il existe une autre indécence tout aussi criante qui consiste de la part des organisations internationales et des dirigeants africains à rejeter systématiquement les responsabilités des crises alimentaires sur l’insuffisance des dons des pays développés.
La récente déclaration du Président du Sénégal sur la nécessité de supprimer la FAO représente un premier signe encourageant, sera-t-il suivi d’effets ?

La majorité des crises alimentaires actuelles résulte soit de faits de guerre interminables (Éthiopie, Somalie, Tchad, Est de la République Démocratique du Congo etc.) soit de l’incurie des régimes en place (Les exemples sont légion) et personne ne reproche jamais aux vrais responsables leur mauvaise gestion (le mot est faible). Ceux qui devraient en premier lieu tirer la sonnette d’alarme et se poser en défenseur du droit des peuples à pouvoir disposer d’une alimentation suffisante restent désespérément muets. Ce sont ces organisations internationales (FAO, le PAM, FNUAP etc.) sensées soulager la planète de ses maux qui grossissent leurs effectifs chaque années (qui connait la part prélevée en frais de fonctionnement de ces « grands machins » par rapport aux sommes qui parviennent réellement aux affamés ?), qui produisent de luxueuses brochures sur papier glacé que personne ne lit, qui se pavanent en 4 X 4 tout aussi luxueux, qui se votent des salaires et indemnités indécentes bien entendu exonérés d’impôts.

Bref, l’indécence n’est pas toujours là ou on croit qu’elle se trouve, ne nous laissons pas abuser par les grands discours et les professions de foi toutes aussi hypocrites les unes que les autres…


yves
5 mai 2008 - 0 h 00 min

je suis étonné et déçu de cet article qui fait croire que les engrais vont pouvoir résoudre le problème de la faim dans le monde.
les engrais, dits minéraux, dopent les plantes, qui deviennent fragiles et qu’ils faut protéger par des fongicides, insecticides,acaricides, raccourcisseur de paille…
il faut des solutions locales: compost produit sur place, variétés adaptées au climat, utilisations de tisanes de plantes locales…


pol
6 mai 2008 - 0 h 00 min

Il s’agit plus de mettre en lumière les actions en cours que de faire croire que les engrais vont résoudre le problème. Juste rapporter un fait avec une citation.


adjaratopu
6 mai 2008 - 0 h 00 min

L’utilisation de l’engrais n’est pas la panacée pour accroître la production alimentaire en Afrique et même dans le monde. Mais c’est probablement un atout. Je pense plutôt à la mise en place d’une volonté politique soutenue. En Côte d’Ivoire par exemple, la vision agricole du premier président a fait de ce pays, un pays essentiel dans la production mondiale du cacao, du café, du palmier à huile, de l’hévéa, du coton, de la banane, de l’ananas etc. Mais en arriver là, il a inventé un système d’encouragement des paysans en instituant des trophées dénommés « coupe nationale du progrès ». Ces trophées étaient attribués aux meilleurs planteurs du pays. Le résultat parle de lui même aujourd’hui. Il faut donc réinventer un système d’encouragement en motorisant l’agriculture. Il faut l’avouer, le monde paysan en Afrique, est en train de délaisser la culture des vivriers au profit de la culture d’exportation dont les revenus sont plus consistants. On cultive les vivriers que pour survivre, sur de petites parcelles. Il faut donc, à notre avis, encourager la culture des vivriers par une volonté politique et un programme bien élaboré.

Adou Kouamé
à Abidjan
Côte d’Ivoire


joëlle
8 mai 2008 - 0 h 00 min

Encore une fois, on voit que rien n’est fait en amont. On attend la crise et on y répond dans l’urgence, au lieu de faire de la prévention.


melanie
11 mai 2008 - 0 h 00 min

Tandis que l’on parle d’engrais et d’intrants je me demande quand est ce que les gouvernements africains se décideront à subventionner réellement les productions locales et les agriculteurs. Alors que les états-unis s’enrichissent en balançant leur excédent de riz de plus mauvaise qualité, les producteurs locaux s’appauvrissent encore de leur riz complet un peu plus cher que le premier…


sissi
28 mai 2008 - 0 h 00 min

De quel engrais parle-t-on? Si c’est des engrais chimiques, autant ne rien faire. Il est plus importants de leur payer des graines ou des plans non contaminés (engrais chimiques et OGM) de leur propre production locale bien sûr. Ce sera plus efficace. Qu’en pensez-vous?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
34

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS