Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Grippe aviaire : 20 % de chats infectés en Indonésie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Grippe aviaire : 20 % de chats infectés en Indonésie

Selon une étude menée en Indonésie, un chat sur 5 aurait contracté le virus de la grippe aviaire H5N1 et y aurait survécu. Aussi, principe de précaution oblige, dans les zones où a été détecté le virus chez les volailles ou les oiseaux sauvages, la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) recommande de garder les chats à bonne distance des oiseaux infectés. Par ailleurs, pour l’organisation, dans ces régions, les chats vivant à proximité d’élevages, devraient être confinés jusqu’à la disparition du danger.

Toutefois, la FAO déconseille d’abattre les chats en guise de mesure de lutte contre le virus, car rien ne laisse supposer la transmission persistante du virus par les chats. Leur élimination pourrait au contraire favoriser la prolifération de rongeurs comme les rats, ennemis des cultures et pouvant transmettre des maladies à l’homme.

La mise en évidence de l’infection des chats est due à Chairul Anwar Nidorn, de l’Université indonésienne de Airlangga, qui a prélevé des échantillons sanguins sur près de 500 félins qui se nourrissent dans les décharges à proximité des marchés de volaille à Java et Sumatra, où des foyers de H5N1 ont récemment éclaté. Si 20 % des chats possédaient des anticorps du H5N1, cela ne signifie pas pour autant qu’ils étaient porteurs du virus, mais qu’ils avaient été infectés à un moment ou à un autre, en consommant vraisemblablement des oiseaux malades. Néanmoins, selon le chercheur, un grand nombre de chats ayant aussi été retrouvés morts, le pourcentage d’animaux infectés pourrait être beaucoup plus élevé.

Avec une évidente volonté de ne pas dramatiser, Peter Roeder, expert en santé animale à la FAO, qualifie l’étude de plutôt encourageante en notant que ce pourcentage suggérerait ‘…qu’il est peu probable que les chats constituent un réservoir d’infection, mais plutôt un hôte final du virus H5N1′. A l’inverse, pour Alexandre Müller, sous-directeur général de la FAO, ‘Cela soulève quelques préoccupations, non seulement parce que les chats pourraient servir de vecteurs intermédiaires dans la propagation interespèces du H5N1, mais aussi parce que la croissance de celui-ci chez les chats pourrait favoriser son adaptation en une souche infectieuse pouvant déclencher une pandémie grippale’.

Malgré cette diversité d’opinions, l’infection chez les chats pourrait être un signal d’alarme précoce et la FAO recommande à ce titre que leur observation fasse désormais partie des systèmes de surveillance dans les zones affectées.

Même si ce n’est pas la première fois que des chats contractent le virus H5N1, des cas ont déjà été enregistrés en Thaïlande, Irak, Fédération de Russie, dans l’Union européenne (Allemagne…) et en Turquie, cette étude est une preuve supplémentaire des possibilités d’adaptation du virus de la grippe aviaire aux mammifères. Rappelons que c’est le porc, proche de l’homme d’un point de vue génétique, qui est suspecté d’avoir transmis la souche définitive de la grippe espagnole à l’homme, au début du XXe siècle.

Cela dit, inutile de diaboliser les chats, car si comme l’homme ils peuvent contracter le virus de la grippe aviaire, aucune preuve scientifique ne suggère de transmission du chat à l’homme et inversement.

Pascal Farcy
Voir notre dossier spécial Grippe aviaire H5N1

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
21

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS