Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Grippe A/H1N1 : lorsque l’on ne cherche pas, on ne trouve pas !
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Grippe A/H1N1 : lorsque l’on ne cherche pas, on ne trouve pas !

L’Institut de veille sanitaire (InVS) vient d’annoncer la confirmation de trois nouveaux cas (1) de grippe A/H1N1 en France, portant à 10 le nombre de cas confirmés dans l’hexagone.

A ce jour, 5 cas demeurent probables et sont sous surveillance. L’incertitude les concernant devrait être levée au plus tard demain, le délai d’obtention du diagnostic virologique étant maintenant de l’ordre de douze heures. Par ailleurs, l’InVS dénombre également 27 cas possibles sur un total de 916 signalements.

Alors que l’épidémie de grippe a été détectée il y a environ un mois et demi, le bilan et la gestion qui en sont faits au niveau mondial interloquent de plus en plus. En effet, tant le processus de détection des cas que le nombre de personnes infectées et les précautions prises pour éviter la propagation du virus sont étonnants.

Premièrement, en France, comme dans la majorité des pays qui ont pris des mesures face au risque de pandémie, seuls sont pris en compte les cas considérés comme possibles. Ces derniers doivent présenter une fièvre supérieure à 38°, ou des courbatures ou un état de fatigue générale, combiné à une toux ou à des difficultés à respirer, dès lors que dans les 7 jours précédant le début des symptômes un séjour a été dans une zone où le virus A/H1N1 est actif (2). A défaut d’un séjour dans une de ces zones, un contact étroit avec un cas possible, probable ou confirmé, 24 heures avant le début des signes, est suffisant.

Autrement dit, jusqu’à présent, les personnes en provenance de la quasi-totalité des Etats-Unis, où 938 cas sont diagnostiqués (plus de 46 % de cas supplémentaires par rapport à hier), n’étaient pas concernées par le dispositif et avaient donc toutes les chances de ne pas venir grossir les statistiques officielles (3). De même, les individus n’ayant pas effectué de voyage, mais présentant des symptômes grippaux ne sont pas pris en compte (exception faite des proches de cas déclarés). Il est en conséquence difficile de détecter la circulation du virus à l’intérieur d’un Etat donné. Or, sachant que pour distinguer une grippe ‘classique’ de la version A/H1N1 il est obligatoire de passer par une analyse virologique, et que celle-ci n’est menée que dans un nombre de cas très faible, on peut légitimement se poser la question de la volonté politique actuelle, des différents Etats concernés, à vouloir déterminer l’ampleur exacte de la contamination.



Répartition en Amérique du Nord des cas de grippe dus au virus A/H1N1


Deuxièmement, la relative faiblesse du nombre de cas déclarés au Mexique ne correspond pas à l’importance de la contamination dans les autres pays. Si l’on s’en tient aux statistiques de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), on est presque dans une configuration de ‘un cas mexicain’ pour ‘un cas, provenant du Mexique, dans un pays tiers’… Un résultat statistiquement totalement impossible et qui cache un nombre de cas très largement supérieur pour le Mexique. En effet, comment est-il possible qu’officiellement un pays puisse contaminer autant de personnes le visitant que de cas déclarés sur l’ensemble de son territoire ?

Au final, alors que quasiment aucune mesure n’est adoptée pour ne serait-ce que limiter les flux de personnes au niveau planétaire et tenter de circonscrire l’épidémie à une zone géographique donnée, le traitement de la crise sanitaire est en total décalage par rapport aux déclarations alarmantes de l’OMS. Il est vrai que, sans analyse, rien ne distingue une victime du A/H1-N1 de celle d’une ‘banale’ grippe saisonnière (4) et, qu’en ces temps de crise économique mondiale, les mesures qui pourraient ralentir une reprise économique n’ont pas droit de cité.

Pascal Farcy
Cartographie © InVS

1- un nourrisson de 18 mois (Auvergne), deux hommes de 17 et 23 ans (respectivement Aquitaine et Ile-de-France), sachant que le plus âgé est le fils d’un des deux premiers cas avérés en France.

2- Jusqu’à ce jour, l’intégralité du Mexique et certaines parties du Texas et de la Californie.

3- Face à l’augmentation des cas avérés aux USA, les cinq Etats suivants : New-York, Californie, Texas, Illinois et Wisconsin, sont dorénavant pris en compte dans la définition de cas possibles. Les autorités américaines considèrent qu’il existe une forte présomption de transmission communautaire active.

4- Cet hiver, en France, la grippe saisonnière aurait touché environ 3 millions de personnes, pour un peu plus de 3 000 décès. Au niveau mondial, les estimations font état de 500 000 décès.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 07 mai 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marceletienne
10 mai 2009 - 0 h 00 min

ces critiques de la gestion de la pandémie sont fort intéressantes…
mais quelles sont vos sources ? il faudrait tout expliquer de A à Z pour démontrer les failles de cette gestion ! les informations sont trop parcellaires pour nous laisser nous faire nore propre opinion…


taiga
10 mai 2009 - 0 h 00 min

pitié, qu’on arrête de nous bassiner avec cette grippe. Aux infos, on se croirait à l’Eurovision, chaque pays déclarant son nombre de décès très faible au demerant pour une pandémie(à la place du nombre de points). L’information va dans tous les sens, l’OMS nous prédit une nouvelle attaque pour octobre (sur quelles bases scientifiques, ça on ne le dit pas). Je finis par penser que c’est la bêtise et la désinformation qui sont en état de pandémie.


horace
11 mai 2009 - 0 h 00 min

bonsoir, on a la pénible impression que tout est orchestré par les labos, qui cherchent l’occasion de refiler leurs vaccins!. Il y a une véritable paranoïa de la pandémie,poussée à l’extrême par les médias et, les prétendues précautions administratives semblent bien maladroites. En plus, l’achat de masques semble bien délirant!,il a suffit que les médias en parlent, pour que les gens investissent les pharmacies; il y a là aussi une grosse affaire de sous!.


paul.boyer
11 mai 2009 - 0 h 00 min

On ne parle que de cette nouvelle grippe, d’une « pandémie », blah blah.
Or, comme il est écrit dans l’article « Il est vrai que, sans analyse, rien ne distingue une victime du A/H1-N1 de celle d’une « banale » grippe saisonnière ».
500.000 morts par an pour la grippe saisonnière.
53 morts pour la « Pandémie » qui affole la presse.

10.000 fois moins létale que d’habitude, et toujours pas l’ombre d’une surmortalité chez les cochons… cette grippe est décidément bien humaine !


fée
11 mai 2009 - 0 h 00 min

Peut-etre devons nous creuser plus profondément pour trouver un début de réponse à l´égnime grippe A/H1N1!

Ceux qui le souhaitent peuvent jeter un coup d´oeil sur l´agenda 2009 du groupe Bilderberg qui une fois de plus va se rencontrer, cette fois en Grèce du 14 au l1 mai. Les personnages membres de ce groupe officiellement inexistant
eux doivent détenir les réponses. Ces réunions annuelles depuis des décennies ne servent pas les intérets des peuples du globe!!!!


Anne
11 mai 2009 - 0 h 00 min

Une question : est-ce vrai que le laboratoire SANOFI a installé un laboratoire coûtant 100 millions d’euros, au Mexique? Et qu’il fabrique des vaccins? Au moment où ces cas de grippes bizarres se déclarent? Je m’interroge, alors si vous avez des réponses, elles seront les bienvenues.


fée
12 mai 2009 - 0 h 00 min

Oui Anne le 9 mars 2009 à l´occasion du voyage de Sarkozy au Mexique le contrat a été signé en présence du président du Mexique Calderon. Pour de plus amples détais et parce que vous semblez « intriguée » par une certaine coincidence je vous invite à consulter w.w.conspiration.cc et vous en saurez plus. C´est sous rubrique 2 mai.


Lola
13 mai 2009 - 0 h 00 min

Voici des articles qui donnent un certain éclairage…

La salve des virus de la grippe porcine, aviaire et humaine – partie I
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13417

La salve des virus de la grippe porcine, aviaire et humaine – partie II
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13503

Pandémie et restrictions des libertés individuelles – partie III
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13584



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS