Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Gestion mondiale de l’eau : investir pour anticiper la pénurie
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Gestion mondiale de l’eau : investir pour anticiper la pénurie

Selon une étude des Nations Unies, parue le 25 août, investir 0,16 % du PIB mondial dans le secteur de l’eau permettrait de réduire de moitié, en moins de quatre ans, le nombre de personnes privées d’un accès durable à l’eau potable et à un réseau d’assainissement élémentaire. A l’heure actuelle, l’insuffisance des investissements dans les services d’approvisionnement en eau, et le manque d’efficacité de la collecte et du traitement des eaux usées, intensifient la pénurie dans de nombreuses régions du monde. Si la gestion de l’eau n’est pas optimisée, la demande mondiale devrait dépasser l’offre de près de 40 % en 2030.

Selon le Professeur Mike Young de l’Université d’Adélaïde (Australie), il est vital d’utiliser l’eau de façon plus raisonnable et durable, d’autant plus que la demande mondiale en énergie continue de s’accroître. De fait, le développement et l’accroissement démographique des pays devraient générer une augmentation de la demande industrielle en eau. En Chine notamment, plus de la moitié de l’augmentation de la demande en eau devrait être due, au cours des 25 prochaines années, à l’expansion du secteur industriel.

Pourtant, d’après un scénario d’investissement « vert » proposé par le PNUE (1), l’objectif visant à réduire de moitié le pourcentage de la population n’ayant pas un accès durable à l’eau potable, et à des services d’assainissement de base, pourrait être atteint d’ici 2015. Ainsi, avec un investissement annuel de 198 milliards de dollars, soit 0,16 % du PIB mondial d’ici 2030, la gestion de l’eau pourrait être rationalisée, tout en permettant des productions agricole et industrielle plus importantes et plus durables. Comparé au maintien d’un statu quo, ce scénario permettrait de réduire de 4 % le nombre de personnes vivant dans des régions soumises au stress hydrique, et de réduire ce même nombre de 7 % à l’horizon 2050.

En outre, l’investissement dans l’assainissement et l’eau potable, le renforcement des systèmes locaux d’approvisionnement en eau, la préservation des écosystèmes essentiels à cet approvisionnement, et l’élaboration de politiques plus efficaces permettraient de réduire les coûts sociaux et économiques dus à un approvisionnement en eau déficient. Ainsi, les problèmes liés à une mauvaise hygiène, tels que les maladies d’origine hydrique, coûtent au Cambodge, à l’Indonésie, aux Philippines et au Vietnam près de 9 milliards de dollars par an.

Cécile Cassier
1- Le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) a présenté ce scénario dans le chapitre sur l’eau du rapport sur l’économie verte, publié lors de la Semaine mondiale de l’eau à Stockholm.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 03 septembre 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
4 septembre 2011 - 0 h 00 min

Depuis combien d’années l’alarme est-elle lancée? 35 ans? 40 ans? Depuis combien de temps quelques gouvernements s’en inquiètent? 20 ans? 15 ans? Et depuis combien de temps de rares industriels et un petit nombre de particuliers « bien arrosés » réagissent-ils bien que timidement? 3 ans? 1 an? Tout est dit. Quand l’eau sera obligatoirement rationnée et coupée pendant plusieurs heures ou, selon la localisation géographique et les circonstances climatiques, plusieurs jours, ils ne pourront pas dire « Nous ne savions pas ».



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS