Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Forte pollution aux particules dans le métro et le RER
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Forte pollution aux particules dans le métro et le RER

Largement reconnue à l’extérieur comme à l’intérieur, la pollution de l’air est aujourd’hui surveillée par des campagnes de mesures menées dans les villes, les lieux publics ou scolaires etc. Selon l’Observatoire Régional de Santé Ile-de-France (ORS), les transports collectifs souterrains ne font pas exception, des campagnes de mesure y ayant relevé des niveaux élevés de particules en suspension. Les mesures s’effectuent essentiellement sur les quais, où s’observent les niveaux les plus élevés de particules. De par l’activité des stations de métro, RER… (passages des trains, des voyageurs, courants d’air), les particules présentes sont sans cesse remises en suspension.

Les deux pics de concentration de ces polluants coïncident avec les heures de pointe du matin et du soir. Le taux de concentration varie en fonction de la localisation de la station (quartier avec un fort trafic…) et de la localisation au sein même de la station (quais, couloirs etc.). Les niveaux de PM10 sont plus élevés en été qu’en hiver, ce qui peut s’expliquer par une ouverture plus fréquente des fenêtres.

Les sources des polluants présents dans les enceintes ferroviaires souterraines sont multiples. Les polluants de l’air extérieur, notamment ceux issus du trafic routier (NO2…), pénètrent dans le circuit souterrain via les ouvertures de stations et le réseau de ventilation. Mais l’activité ferroviaire est également une source de pollution. En cas de frottements intenses, les systèmes de freinage génèrent une grande partie de la pollution particulaire. Plus le nombre de trains circulant dans la station est élevé, plus les émissions de particules sont importantes.

Les autorités publiques et les sociétés exploitantes sont de plus en plus sensibles à cette problématique. Cela transparaît dans la multiplication des campagnes de mesure, l’équipement des matériels roulants les plus récents de systèmes de filtration des particules dans les rames, la généralisation du freinage électrique, l’optimisation des systèmes de ventilation. Mais les effets sanitaires, notamment à long terme, de cette exposition répétée restent difficiles à évaluer, d’autant que la composition des particules observées en milieu souterrain diffère de celle des particules relevées en milieu extérieur. Actuellement, il n’existe aucune réglementation spécifique à la qualité de l’air dans les enceintes souterraines de transport ferroviaire. Certains usagers peuvent pourtant passer plus de deux heures par jour (1) dans le réseau ferré souterrain francilien, qui compte plus de 300 stations ou gares souterraines (2).

Cécile Cassier
1- Source : enquête globale des transports (EGT) et de l’enquête relative au trafic journalier du réseau ferré (TJRF) conduite par la RATP en 1997.

2- Le réseau ferré francilien comprend 16 lignes de métro, essentiellement souterraines (totalisant 215 km de voies), 5 lignes du réseau express régional (RER), dont environ 76 km situés sous terre, et 8 lignes de trains essentiellement aériennes. En 2010, plus de 2,6 milliards de voyages ont été enregistrés sur le réseau ferré avec près de 4 % d’augmentation entre 2006 et 2010 (Omnil, 2011).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
85

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS