Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Fin de la redistribution de médicaments inutilisés aux défavorisés
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Fin de la redistribution de médicaments inutilisés aux défavorisés

Né d’un protocole d’accord signé le 6 avril 1994 entre les ministères des Affaires sociales, de l’Environnement et du ministère délégué à l’Action humanitaire, le dispositif Cyclamed a pour fonction première de récupérer et d’éliminer dans des conditions satisfaisantes les déchets issus des médicaments devenus obsolètes. Jusqu’au 31 décembre 2008, il visait également à faire bénéficier les populations les plus démunies de médicaments non utilisés en procédant à leur redistribution. Mais, suite à certaines dérives du système révélées notamment par un rapport de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) en 2005, la partie dédiée à la redistribution des produits aux populations défavorisées fut abandonnée sur décision parlementaire début 2007. On accorda néanmoins un délai aux associations humanitaires dont l’approvisionnement reposait en grande partie sur le dispositif, délai aujourd’hui arrivé à échéance avec le passage à la nouvelle année, le 1er janvier dernier.

Pour justifier ce revirement, le détournement frauduleux par certains pharmaciens du réseau Cyclamed, ayant revendu les médicaments non utilisés, est la principale raison invoquée. S’y ajoutent l’inadaptation des produits récoltés aux besoins des pays défavorisés ainsi que la dégradation des médicaments revalorisés, due notamment à de mauvaises conditions de stockage.

Malgré ces déficiences, le système représentait une source d’approvisionnement essentielle pour les associations d’aide humanitaire. En illustrent les chiffres avancés par l’association lyonnaise « Terre d’amitié », œuvrant auprès des régions africaines. En 2005, celle-ci récupérait ainsi quelque 228,2 tonnes de médicaments dont 65,1 furent expédiées au Bénin, au Burkina Faso, Madagascar, Mali, Togo ainsi qu’au Sénégal. Les 163,1 tonnes restantes furent incinérées. La faible part consacrée à la revalorisation s’explique tout d’abord par la contrainte liée au respect des dates de péremption. Par ailleurs, les médications occidentales (psychotropes…) ne correspondent guère aux traitements recherchés au sein des pays en voie de développement (antibiotiques, antiparasitaires, anti-diarrhées…).

Pour l’Ordre de Malte, autre association impliquée dans le combat humanitaire, « c’est un million de malades soignés par l’Ordre de Malte qui sont ainsi privés de médicaments ».

Ces arguments n’ont pourtant pas suffi à convaincre le gouvernement qui, bien qu’ayant affirmé chercher des palliatifs à ce déficit d’approvisionnement, n’a fourni aucune piste sérieuse à ce jour.

Pour l’heure, il est essentiel que les particuliers continuent de rapporter auprès de leur pharmacien les médicaments non utilisés, lesquels peuvent contenir des substances potentiellement néfastes à l’environnement et provoquer des accidents domestiques, tout particulièrement avec les enfants. Une fois collectés, ils seront désormais intégralement incinérés et reconvertis en sources énergétiques. Alors que les Déchets issus de Médicaments (MID) émanant des ménages représentent environ 70 000 tonnes par an, ce geste s’avère indispensable.

Mis en œuvre par Cyclamed, le processus d’incinération est assuré par 45 incinérateurs répartis sur le territoire national. L’énergie qu’il produit est récupérée sous forme de vapeur pour le chauffage des logements et/ou sous forme d’électricité pour l’éclairage. En 2003, il aurait permis de chauffer ou d’éclairer près de 8 000 logements.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 janvier 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
cuicui
8 janvier 2009 - 0 h 00 min

Il serait si simple de rendre nos médicaments inutilisés (parfois par boites entières) à notre médecin qui pourrait les donner directement à un autre malade.Quelle économie pour la sécu!!.Le lobbying des labos pharmaceutiques est bien puissant.Et que dire de certains élus…..


jlg47
8 janvier 2009 - 0 h 00 min

Les pharmacies des hôpitaux sont parfaitement organisées pour reconditionner les médicaments.
Je connais des pharmaciens qui donnent des médicaments récupérés aux malades impécunieux (hors ordonnance).
Si certaines officines n’avaient pas confondu service publique (ce sont tout de même des néofonctionnaires) et profits personnels, nous aurions probablement pu continuer à redistribuer.
Reste que le coût du reconditionnement-redistribution est à comparer avec l’aide directe aux ONG pour acheter les médicaments qui vont bien là ou elle interviennent.


Anibé
8 janvier 2009 - 0 h 00 min

On peut aussi aller les remettre personnellement aux assoc médicales qui font de l’intervention de proximité (médecins sans frontières et/ou médecins du monde) et qui font des veilles dans les « quartiers ». Auprès des dispensaires aussi: je pense qu’étant donné leur manque de moyens à peu près systématique, ça doit pouvoir les intéresser…


Nathalie
9 janvier 2009 - 0 h 00 min

70 000 tonnes qui partent à la poubelle, combien est-ce que cela rapporte aux laboratoires qui vendent en conditionnement inadaptés, et combien cela coûte-t-il à la Sécu et aux mutuelles et en définitive à nous tous ? Il serait temps qu’on aborde les vrais problèmes et arrêtons de considérer la santé comme une marchandise et un marché juteux, sur le dos du contribuable et au détriment du progrès social.


philou
9 janvier 2009 - 0 h 00 min

C’est scandaleux !!


jackie
11 janvier 2009 - 0 h 00 min

on dirait que tout est fait pour que le progrés social et moral n’avancent plus!
Même s’il y a des tricheries, et si les médicaments ne sont pas adaptés aux maladies des pays africains, beaucoup de ces médicaments faisaient quand même effet; et puis c’est comme dans tout, il y a toujours des humains galeux pour profiter de la compassion des autres (je ne dis pas brebis volontairement car aucun animal ne mérite l’offense de caricaturer les défauts de l’homme), ce n’est pas pour cette raison qu’il faille stopper tout acte de bonté; sinon où va-t-on ?


Tam biêt
11 janvier 2009 - 0 h 00 min

Tout le monde -(tout du moins, celles et ceux qui « osent » réfléchir***(***réfléchir, penser…. est-ce des « GROS MOTS »????) -a compris que dans le domaine de la vente des médicaments, comme dans tous les domaines de la vente, plus on jette plus, le producteur, l’intermédiaire et le vendeur font de profit. DONC!!! Obligation légale de JETER. (Avez-vous remarqué que maintenant, on « légifère presque exclusivement pour les « profiteurs »? )
Toutes les solutions sensées que je viens de lire sur ce site NE SERONT JAMAIS ACCEPTéES!!!! « Récupérer, redistribuer….. » Encore des mots OBSCèNES !!
MERCI à JACKIE pour l’expression « HUMAIN GALEUX » et là…. on insulte encore ….. LA GALE!!!!!
TAM BIÊT = A bientôt!!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
47

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS