Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Exposition de la mère aux solvants : risque accru de malformations de l’enfant
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Exposition de la mère aux solvants : risque accru de malformations de l’enfant

Liquides capables de dissoudre, diluer ou extraire d’autres substances sans modifier la formulation chimique de celles-ci, les solvants ont peu à peu envahi notre quotidien. Ils sont utilisés comme dégraissants, adjuvants, diluants et décapants dans les peintures, les vernis, les colles, les produits d’entretien mais également dans les produits pharmaceutiques et cosmétiques.

Or, comme le cite l’INRS (1), « aucun solvant n’est inoffensif ». D’une gravité variable selon le degré d’exposition à ces substances, les effets potentiels sur la santé humaine incluent des atteintes de la peau ou des muqueuses, des voies respiratoires, du système nerveux ainsi que cardiaques. De plus, certains solvants sont suspectés d’être cancérogènes pour l’homme, d’autres comme le benzène et le 2-nitropropane étant des cancérogènes reconnus par l’Union européenne.

Mais, plus inquiétant encore, les solvants ont la propriété de « passer la barrière fœtale » et de parvenir jusqu’au fœtus. C’est à la lumière de cet ultime constat que l’INSERM (2) a décidé de mener une enquête auprès de plus de 3 000 femmes afin d’établir les risques d’une exposition professionnelle régulière aux solvants pendant la grossesse.

En tout, 3 421 femmes enceintes, dont 3 005 exerçant une activité professionnelle, ont fait l’objet d’un suivi dès leur premier mois de grossesse. Sur ce nombre, 30 % ont déclaré être régulièrement exposées à au moins un produit contenant des solvants sur leur lieu de travail. Parmi les métiers les plus exposés, figurent entre autres le secteur de la santé (infirmières…), de l’entretien (femmes de ménage), les employées de laboratoires, de même que les métiers de la coiffure et de l’esthétique.

Confirmant les doutes formulés, les résultats de l’étude ont établi une corrélation entre la fréquence de l’exposition professionnelle aux solvants, au début de la grossesse, et l’apparition de malformations majeures chez l’enfant. Ainsi, chez les femmes exposées, le risque de donner naissance à un enfant présentant une malformation congénitale serait environ 2,5 fois plus élevé par rapport à des femmes non exposées. Les principales malformations observées sont les fentes orales (becs de lièvre), les malformations du rein et des voies urinaires, et les malformations génitales chez le garçon.

Cette enquête devrait intensifier le débat, déjà houleux, suscité par de potentiels effets indésirables de la vaccination H1N1 et par la requête du Comité Technique des Vaccinations, soulignant la nécessité de mettre au point un vaccin spécifique aux femmes enceintes, dénué d’adjuvant.

Cécile Cassier
1- Institut National de Recherche et de Sécurité.

2- Institut national de la santé et de la recherche médicale.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 septembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
gag46
20 septembre 2009 - 0 h 00 min

Quelle est la nécessité de l’adjuvant sinon de permettre plus de profit sur la commercialisation du produit! La santé public passe donc aprés le sacro-saint profit.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
19

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS