Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Etiquette « nourri sans OGM », au consommateur de choisir
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Etiquette « nourri sans OGM », au consommateur de choisir

Alors que décidément il semble impossible d’y voir clair dans la controverse scientifique sur les OGM et que le dossier crée des tensions au sein de l’Union Européenne, en France, la radio Europe 1 informait que « le Conseil national de la consommation s’est prononcé vendredi en faveur d’une nouvelle étiquette avec la mention ‘nourri sans OGM’ qui sera apposée sur les viandes et les produits laitiers ».

La semaine dernière encore, l’Afssa (1) récusait officiellement l’étude scientifique autrichienne sur les effets biologiques du maïs génétiquement modifié MON810. L’agence certifiait sur la base d’une étude encore tenue secrète que la consommation de ce maïs OGM ‘ne présente pas de risques nutritionnels pour l’homme et pour l’animal’.

Etude secrète, avis partagés, manque de transparence et faible marge de manœuvre pour les scientifiques, le débat sur les OGM sent de plus en plus le roussi. Au point que Corine Lepage, présidente du CRII GEN (Comité de Recherche et d’Informations Indépendantes sur le Génie Génétique), insiste, pétition publique à l’appui, pour demander à Michel Barnier, Ministre de l’Agriculture, que toutes les études sur le maïs MON810 soient rendues publiques. Alors si les autorités peinent à statuer et que la controverse scientifique se fait en catimini, l’annonce d’un étiquetage « nourri sans OGM » permettra au moins au consommateur de faire son propre choix. Evidemment, on peut féliciter ce genre de démarche, finalement proche d’une « démocratie directe », mais quand même, nous sommes en pleine crise de confiance. Ne peut-on vraiment plus compter que sur nous-même devant les risques sanitaires ? Où sont les élus, les décideurs et les scientifiques ? Et puis, au juste… qui sont ceux qui nous informent pour fonder nos choix ?

Elisabeth Leciak
1- Agence Française de sécurité sanitaire des aliments

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 06 avril 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
bernardechois
9 avril 2009 - 0 h 00 min

Et n’oublions pa que le nuage de Tchernobyl n’a pas passé nos frontiéres….


vintemp
9 avril 2009 - 0 h 00 min

c’est important que les citoyens puissent choisir leurs alimentations e savoir si les animaux ont mangé de l’ogm est une nécssité.
Les pro-ogm se tirent des balles dans le pied en refusant que les études soit dévoilé aux publics celà amènent normalement plus en plus de doute sur le non danger de leurs produits.si leurs produits n’étaient pas dangereux ils n’auraient rien a cacher, les assurances accepterais de les assurer et serait fier de démontré par leurs études des soit disant bien fait de leurs produits.


Siegfried
9 avril 2009 - 0 h 00 min

Le mieux est peut être de ne pas les manger?


opaque
10 avril 2009 - 0 h 00 min

je propose ausssi une étiquette « vendu sans emballage en plastique », une etiquette « produit par les 2% d’agriculture biologique en france », une étiquette « cultivé hors du pays premier utilisateur de pesticides en europe », une étiquette »nourri aux saloperies en vigueur dans le cadre de la PAC »et une étiquette « ne pas manger sans avoir lu René Dumont »
ce qui est étonnant, c’est que ce qui ne devrait même pas exister(des ogm conçus uniquement pour écouler des tonnes de pesticides)implique un débat de « choix de consommation »(comment vais savoir si je mange du chat ou du rat?)alors que le seul débat à avoir, c’est celui de la guerre des mondes, entre des mafias multinationales qui nous empoisonnent sans scrupules dans un totalitarisme économique de bon ton,et les sociétés civiles qui les subissent depuis bien trop longtemps sans aucune réflexion sur le pourquoi du comment, en confiant la gestion des affaires à des avocats d’affaires ou à des idéologues « libéraux » qui n’ont de discours que celui du mensonge dans l’intéret général.


shrolinke
12 avril 2009 - 0 h 00 min

N’oublions pas qu’une grande partie des produits consommés ne sont pas « choisis » par ceux qui les consomment : cantines scolaires, restaurants d’entreprise ou non, hôpitaux… Il n’y a pas d’autres voies qu’une interdiction réellement appliquée pour protéger les consommateurs.


shana
17 avril 2009 - 0 h 00 min

Qu’ils mettront une étiquette « sans OGM » ?
en fait, je suis certaine que si les gens lisent ce qu’il y a d’inscrit, ils n’achèteront suremment pas ces produits-là, alors ? eh bien, c’est prendre le risque de laisser sur le dos des commerçants, ces produits…

Je doute très sincèrement de cet affichage, et vous verrez, que c’est beaucoup de bruit pour rien, car on verra très peu, voire pas du tout de ces étiquettes… et on nous dira : « mais c’est bien sûre…. la preuve qu’en France il n’y a pas d’OGM » Comme pour TCHERNOBYL!!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS