Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Espoir pour contrer la contamination de l’eau et des cultures à l’arsenic
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Espoir pour contrer la contamination de l’eau et des cultures à l’arsenic

Pratiqué en Asie du Sud-Est et dans d’autres régions de Chine, ainsi qu’en Thaïlande et aux Etats-Unis, le forage de puits « tubés », à savoir des puits profonds peu coûteux, est responsable d’une augmentation des concentrations d’arsenic (1) présentes dans l’eau. Cette contamination est d’autant plus préoccupante que la limite de concentrations d’arsenic admise par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), fixée à 10 microgrammes par litre (mcg/l), est dépassée.

Via la consommation de cette eau contaminée ou de céréales cultivées sur des sols pollués, des dizaines de millions de personnes s’exposent aux risques sanitaires associés à des taux élevés d’arsenic. Ainsi, une exposition prolongée à ce « métalloïde très toxique » peut augmenter le risque de cancer et avoir un lourd impact sur les organes humains, affectant le transit gastro-intestinal, les reins, le foie, les poumons et la peau. Rien qu’au Bangladesh, on estime que 25 millions de personnes consomment de l’eau contenant plus de 50 mcg/l d’arsenic. Deux millions d’entre elles risquent de décéder d’un cancer suite à l’exposition à cette substance toxique.

Pour lutter contre ce problème de santé publique, des solutions sont étudiées. Dans un rapport paru en 2008, la FAO (2) a ainsi proposé une méthode consistant à repiquer des pousses de riz non plus dans des champs inondés mais dans des lits surélevés à une quinzaine de centimètres au-dessus du sol.

Plus récemment, des chercheurs d’Europe, d’Asie et des États-Unis sont parvenus à identifier les deux gènes essentiels qui contrôlent l’accumulation et la détoxification d’arsenic dans les cellules végétales. Or, comme l’indique Youngsook Lee de l’université Pohang de sciences et de technologie (POSTECH) en Corée du Sud, en se concentrant sur les gènes responsables de l’accumulation de l’arsenic dans les cellules végétales, « nous pouvons éviter l’accumulation de ces métaux lourds dans les parties comestibles d’une plante, telles que les grains ou les fruits ».

En effet, les plantes constituent le fil conducteur permettant aux substances toxiques d’intégrer la chaîne alimentaire. Ainsi, une fois stocké dans les graines de riz, l’arsenic représente une sérieuse menace, tout particulièrement pour les populations dont le régime alimentaire repose en grande partie sur cette céréale.

Cécile Cassier
1- L’arsenic est un semi-métal sans odeur et sans goût qui se trouve à l’état naturel dans les roches et les sols.

2- Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 décembre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
opaque
5 décembre 2010 - 0 h 00 min

je viens de lire un article (libe 2dec 20110)concernant une bacterie qui se developperait grâce à l’arsenic dans l’eau, en défiant tous les principes biologiques connus…
il y a donc de l’espoir que l’humanité évolue! nous aussi bientôt nous mangerons de l’arsenic en salade et nous respirerons grâce au co2, et non plus malgré lui: j’ai hate de voir ça, vivement ma retraite…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS