Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Edulcorants artificiels : surveillés mais non réévalués
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  2. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. Fair Squared : les préservatifs vegan ...
  5. Une centrale nucléaire flottante en Russie


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Edulcorants artificiels : surveillés mais non réévalués

En janvier dernier, l’Anses (1) examinait deux nouvelles études scientifiques démontrant la nocivité pour la santé humaine des édulcorants artificiels, et plus particulièrement de l’aspartame. A l’indignation des réseaux associatifs, elle estima alors que ces nouveaux rapports n’apportaient pas suffisamment de preuves scientifiques justifiant une révision des évaluations précédentes relatives à l’aspartame. Et concluait donc à l’absence de potentiel génotoxique et carcinogène de l’aspartame. Comme le souligna Réseau Environnement Santé, l’Agence rejetait ainsi, pour la troisième fois, une étude de cancérogénicité positive liée à l’aspartame.

Les 1er et 2 mars, les membres du groupe ANS (2) se réunirent afin d’examiner la déclaration de l’Autorité et envisager la possibilité d’entreprendre des travaux complémentaires en lien avec ces études. Or, dans un communiqué du 15 mars, l’Anses a confirmé que les deux récentes publications n’apportaient pas de base scientifique suffisante pour une réévaluation de l’aspartame au plan toxicologique. Elle a, toutefois, indiqué « souhaiter élargir ce travail ». Au regard de quoi, elle va « mettre en place un groupe de travail chargé d’évaluer les bénéfices et les risques nutritionnels des édulcorants intenses et la nécessité éventuelle d’élaborer des recommandations pour des populations sensibles qui seraient identifiées au cours de ce travail ». On peut légitimement se demander si ce n’est pas exactement le rôle qu’ont rempli les études scientifiques successives portant sur ces substances artificielles.

Cécile Cassier
1- Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

2- Groupe scientifique sur les additifs alimentaires et les sources de nutriments ajoutés aux aliments.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS