Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Edulcorants : le doute persiste quant aux effets sur la santé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Edulcorants : le doute persiste quant aux effets sur la santé

Célèbre édulcorant artificiel intense, l’aspartame (APM) est présent dans plus de 6 000 produits, les enfants et les femmes comptant parmi les principaux utilisateurs. Selon Réseau Environnement Santé (RES), cette substance est régulièrement utilisée par 200 millions de personnes de par le monde.

En Europe, l’APM est autorisé depuis 1994, après une évaluation par le Comité scientifique de l’alimentation humaine de la Commission européenne (CSAH) en 1985. Ce même comité est à l’origine de l’actuelle dose journalière admissible (DJA) valable pour l’aspartame, fixée à 40 mg/kg poids corporel. Le CSAH a réévalué l’aspartame successivement en 1989, 1997 et 2002. En 1995, une étude évoqua une possible relation entre l’augmentation de la fréquence de tumeurs du cerveau et la consommation d’aspartame. Mais, selon l’Anses (1), « cette étude a été critiquée par de nombreux scientifiques sur le plan méthodologique ». Se prononçant une première fois en 1997, le CSAH a conclu en 2002 que les données scientifiques de l’étude de 1995 n’apportaient pas de preuve d’un lien entre aspartame et tumeurs du cerveau. Au regard de quoi, la dose journalière admissible de l’aspartame fut maintenue.

En 2005 et 2006, le Centre de Recherche sur le Cancer Ramazzini de Bologne publia les résultats d’une étude chez le rat, dont les résultats mettaient en évidence une augmentation de l’incidence des lymphomes, leucémies et autres types de cancer chez les animaux exposés à l’aspartame. Saisie par la Commission européenne, l’EFSA a alors étudié ces nouvelles données, concluant à l’absence d’élément justifiant de mettre en cause les évaluations précédemment réalisées, ni la DJA de l’aspartame de 40 mg/kg poids corporel.

En 2007, le scénario se reproduit suite à une nouvelle publication de l’Institut B Ramazzini, démontrant une fois encore l’augmentation de l’incidence de leucémies, lymphomes et de cancers des glandes mammaires chez les rats après l’exposition à l’aspartame in utero. En février 2009, l’EFSA rend son avis sur cette nouvelle publication et conclue que les données obtenues n’indiquent pas un potentiel génotoxique ou cancérigène de l’aspartame après une exposition in utero.

Mais le débat sur l’aspartame, et les édulcorants en général, est loin d’être clos. En effet, de nouvelles études scientifiques, fraîchement publiées, se sont à nouveau penchées sur les éventuels effets d’édulcorants alimentaires sur la santé. Ainsi, en décembre 2010, le Dr Morando Soffritti et l’équipe du Centre de Recherche sur le Cancer Ramazzini de Bologne ont publié dans la revue American Journal of Industrial une troisième publication démontrant un effet cancérogène. Celle-ci a révélé que l’administration d’aspartame ajouté à la nourriture, depuis la période prénatale jusqu’à la fin de la vie, provoque le cancer du foie et du poumon chez la souris Swiss mâle. Parallèlement, une étude prospective menée chez près de 60 000 femmes danoises enceintes est parvenue à la conclusion que la consommation quotidienne de boissons gazeuses ou non gazeuses sucrées artificiellement durant la grossesse pourrait augmenter le risque d’accouchement prématuré. Il est toutefois spécifié que des études ultérieures seront nécessaires pour confirmer ou informer cette dernière étude.

A la lumière de ces nouvelles données, RES demande à l’Anses de réévaluer l’ensemble des édulcorants, et tout particulièrement l’aspartame. Se revendiquant en « veille permanente », l’Anses a déjà fait savoir qu’elle allait « examiner sans délai ces nouvelles études en vue d’éventuelles recommandations aux autorités françaises ».  

Cécile Cassier
1- Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 24 janvier 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
fée
28 janvier 2011 - 0 h 00 min

Si seulement les gens pouvaient avoir conscience
du danger qu’ils courent en absorbant des produits, en particulier des boissons à base d’aspartame, en grande quantité.
Je connais personnellement une jeuner femme qui a
des problèmes – après avoir entre autres consommé pendant des années du coca cola light – pour être enceinte.
Elle ne consomme plus cette boisson et je suis curieuse de voir la reaction.

On peut lire sur le net en mentionnant aspartame
sous la rubrique « controverse »: « La commercialisation de ce produit sous le nom de NutraSweet permit à la société Searle d’engranger, sous la direction de Rumsfeld (CEO), de substantiels bénéfices. La vente de Searle à la compagnie Monsanto lui aurait rapporté la somme de 12 millions de dollars. » A t-on besoin de commentaires lorsqu’on connaît le « passé glorieux »de Rumsfeld?


l|ami rit
29 janvier 2011 - 0 h 00 min

Vous faites copier-coller sur google du lien ci-dessous et vous trouverez un article intéressant sur l’aspartame.

Lien:

http://www.continentalnews.fr/actualite/sante,7/l-aspartame-est-il-vraiment-dangereux,5203.html


nicolekretchmann
30 janvier 2011 - 0 h 00 min

il est plus facile d’avaler un cachet aussi toxique qu’il soit, plutôt que de prendre un bain de pied chaud salé pour éliminer le mal de tête !
La simplicité de l’alimentation demande aussi un effort.
Le résultat : que mes concitoyens continuent de s’empoisonner si leur façon d’être en est là !
Ils sont avertis : à chacun de faire ses choix !!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
96

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS