Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Eau du robinet : les vannes sont ouvertes pour les pesticides
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Eau du robinet : les vannes sont ouvertes pour les pesticides

La directive européenne 98/83/CE, relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, fixe la limite de qualité réglementaire à 0,10 μg/L (0,1 microgramme par litre) par substance pesticide individuelle ou à 0,50 μg/L pour l’ensemble des pesticides quantifiés (1). Daté de juillet 1998, un avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France a réinterprété la Directive 98/83 en introduisant une nouvelle notion : la « valeur sanitaire maximale » ou V Max telle que définie par l’OMS (2). Dès lors, une eau contenant un pesticide à une quantité supérieure à 20 % de la V Max pendant plus d’un mois, ou présentant une teneur globale en pesticides dépassant la V Max ne serait-ce qu’un jour, ne devait être utilisée ni pour la boisson, ni pour la préparation des aliments.

Largement supérieure à 0,1 μg/L, cette réglementation tolérait donc la distribution d’eau contenant des quantités de pesticides bien supérieures à la limite de qualité. Déjà peu satisfaisante, cette situation s’est encore dégradée avec la publication, « en catimini », d’une instruction de la direction Générale de la Santé, publiée au BO (Bulletin Officiel) en février 2011. Celle-ci prévoit, en effet, que 100 % de la V Max du pesticide concerné devra être atteinte, quelle que soit la durée d’exposition, pour que soient mises en place des restrictions d’eau.

Pour illustrer l’impact de cette politique, l’association Générations Futures l’a appliqué à l’atrazine, un pesticide fréquemment détecté dans les eaux en France. La V Max de cette substance est établie à 2 μg/L. Avant l’instruction de la DG Santé, dès la valeur de 20 % de la V Max de l’atrazine, soit 0,4 μg/L, observée pendant plus d’un mois, une interdiction temporaire de consommation était décrétée. Désormais, il faudra dépasser les 100 % de la V Max, soit 2 μg/L, pour que l’eau soit interdite. Comme le note François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, cela revient à tolérer dans de très nombreuses localités des quantités de pesticides dans l’eau jusqu’à 5 fois plus importantes. Dans le cas du folpet, pesticide classé comme cancérigène probable aux Etats-Unis, on tolérera dorénavant jusqu’à 300 μg/L d’eau, pendant plus d’un mois, contre 60 μg/L pour la même durée auparavant.

Hautement préoccupante en terme de sécurité sanitaire, cette modification du fond réglementaire permet, en revanche, d’alléguer une baisse artificielle des habitants concernés par une restriction d’utilisation d’eau, au motif de pollution aux pesticides. Grâce à elle, le nombre officiel de personnes touchées par ces restrictions passe de 34 300 en 2009 à une estimation de 8 939 en 2010.

Cécile Cassier
1- Exception faite de l’aldrine, dieldrine, heptachlore, heptachloroépoxyde, pour lesquels la limite de qualité est de 0,03 μg/L.

2- Organisation Mondiale de la Santé.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
cuicui
3 mars 2012 - 0 h 00 min

Il faut retenir qu’il y a des pesticides dans l’eau que nous buvons.Il faut s’attaquer à la source, aux fabriquants de ces matières chimiques invraisemblables que nous avalons.Notez qu’il parait qu’il y a de l’alcool(produit naturel mais suceptible de faire des dégats) dans certaines boissons en assez grande quantité, et personne ne s’en émeut….


dieselstop
3 mars 2012 - 0 h 00 min

Pendant que des chercheurs travaillent à trouver des traitements,des mécanismes,enfin des moyens de combattre ce fléau; d’autres(nos élus)autorisent des seuils de poison de plus en plus élevés dans l’eau et par conséquent dans toute l’alimentation de tous les êtres(encore)vivants! Mais il faut bien préserver notre industrie et les profits. Coûte que coûte ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
108

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS