Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Eau du robinet et eaux embouteillées n’échappent pas aux polluants
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Eau du robinet et eaux embouteillées n’échappent pas aux polluants

Afin d’évaluer la qualité de l’eau potable, de plus en plus mise en doute, et de nuancer la polémique opposant l’eau du robinet aux eaux embouteillées, le WWF a réalisé deux campagnes d’analyses en 2009 et 2010. Elles ont porté sur des polluants domestiques, industriels et agricoles, et sur les molécules médicamenteuses et résiduelles des traitements de potabilisation. Au total, 179 molécules ont été recherchées dans la première campagne et 125 dans la seconde, dont 122 pesticides. L’eau du robinet a été prélevée directement chez le consommateur, dans une cinquantaine de villes. Les analyses ont été réalisées par deux laboratoires distincts de l’Institut Pasteur de Lille (IPL), agréé par l’Etat.  

D’après les conclusions rendues, les eaux du robinet respectent « globalement » les normes en vigueur bien que 19 molécules aient été détectées, principalement des nitrates, de l’aluminium et des résidus chlorés ou bromés de sous-produits de désinfection. Toutes les eaux urbaines testées présentent une concentration détectable en au moins 1 substance analysée, les villes les plus impactées (Marignane, Villefranche-sur-Saône) en concentrant jusqu’à 8. Au final, 14 sites (1) sur les 41 prospectés présentent au moins 6 micropolluants. A l’inverse, une seule molécule a été retrouvée dans les eaux des villes de St Cyprien plage, Haudiomont et Mulhouse. Par ailleurs, le global respect des normes en vigueur est à relativiser dans la mesure où, appliquées individuellement à chaque substance, elles ne tiennent pas compte de « l’effet cocktail » généré par des contaminants multiples.

Concernant les eaux en bouteille, eaux minérales et eaux de source confondues, 4 micropolluants (nitrates, aluminium, antimoine et plomb) ont été détectés à l’état de traces ou à des concentrations quantifiables sur 15 sites analysés. A l’instar des eaux du robinet, les concentrations en micropolluants sont inférieures aux normes réglementaires actuelles. Seules deux eaux embouteillées ne contiennent aucune des molécules recherchées, dans les limites de quantification. Il s’agit de deux eaux régionales : Plancoët en Bretagne et Matouba en Guadeloupe.

Prise en compte dans l’analyse des eaux d’Evian et de Vittel, la nature de la bouteille (plastique ou verre) n’influe pas sur le profil de contamination. Le bisphénol A et les phtalates sont absents des eaux conditionnées dans des bouteilles en plastique dans la limite des seuils de quantification. Selon le rapport, la détection de traces d’aluminium dans l’eau minérale de Volvic et d’Evian pourrait être due à une caractéristique géologique locale. En revanche, les teneurs élevées en aluminium dans l’eau Saint-Yorre semblent consécutives à un traitement.

En conclusion, exceptée l’absence des résidus chlorés dans les eaux embouteillées, la supériorité qualitative de celles-ci en termes de micropolluants, par rapport aux eaux du robinet échantillonnées, n’a pas été démontrée. Mais ce qui ressort principalement de ce rapport est l’augmentation et la diversité croissante des molécules présentes dans les eaux de boisson, d’une manière générale. Il apparaît urgent d’instaurer une protection efficace des sources d’eau potable en amont, et plus généralement des ressources en eaux brutes.

Cécile Cassier
1- Il s’agit des eau des villes de Villefranche-sur-Saône, Marignane, Revin, Plouénan, Marmande, Paris, Lorient, Fumel, Evian, Donges, Decazeville, Mende, Besançon et Saint Brieuc.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 mai 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Babou
23 mai 2011 - 0 h 00 min

Ben… voir l’article du même numéro d’Univers Nature… En Alsace… il y a Stocamine. Tant que les ressources indispensables à la vie ne seront pas sorties du contexte de l’économie « de marché »… il y aura spéculation et mise en danger de notre santé, de la planète, donc de notre avenir à court et long terme.


eau-delà!
31 mai 2011 - 0 h 00 min

Tout ce qui tombe du ciel est peut-être béni, selon la formule, mais n’est pas propre pour autant.
Donc entre les polluants du sol, les particules aériennes, et les nuages qui contournent le pays bénéficiant du drapeau français…………, il peut devenir compliqué d’obtenir de l’eau pure, tout simplement.
Mais qui se soucie de ce qu’il rejette dans la nature passe aussi pour un ayatollah de l’écologie, alors qu’il s’agit de simple bon sens.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
60

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS