Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Du poisson trop toxique pour être consommé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Du poisson trop toxique pour être consommé

La contamination des espèces marines par les produits chimiques est généralisée en mer Baltique. C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport publié par le WWF et qui met en avant la contamination d’espèces de poissons à un niveau parfois supérieur aux normes pour l’alimentation humaine dans l’Union Européenne (UE).

Si l’UE a mis au point une stratégie visant à réduire dans l’alimentation humaine certains polluants, la consommation de poisson provenant de la mer Baltique pose encore de nombreuses questions à la lecture du rapport (disponible en anglais). Néanmoins la politique de l’autruche semble de mise, les autorités fermant les yeux ou mettant discrètement en place des phases de transitions…

L’identification de cette contamination n’est pourtant pas nouvelle. Dès 1995 le gouvernement suédois recommandait aux femmes en âge d’être enceintes de limiter leur consommation de hareng et de saumon de la Baltique, la chair de ces poissons étant fortement contaminée par des substances chimiques.

Aujourd’hui des espèces comme le saumon de l’Atlantique, la truite de mer, le cabillaud, le turbot… présentent des anomalies de reproduction dû à leur contamination et continuent d’être commercialisé. La teneur en brome, un élément utilisé dans la fabrication d’ignifugeants et de pesticides… a été détectée dans la chair des harengs à un taux 50 fois plus élevé en mer Baltique que dans l’Atlantique. Au-delà de ces poissons, la contamination touche des super-prédateurs marins comme les phoques, ou aériens comme les guillemots et les pygargues à queue blanche…

A moyen terme, l’avenir ne semble pas plus rassurant. Même si des efforts sont faits pour limiter la pollution provoquée par les rejets des déchets urbains et industriels, ainsi que les ruissellements d’engrais et pesticides agricoles, la mer Baltique est un écosystème marin presque fermé où les échanges avec l’Atlantique voisin sont faibles, ce qui la rend particulièrement sensible à la pollution.

Cette situation est aggravée par la faible température de ses eaux et par le fait qu’une partie de la mer est régulièrement couverte par les glaces, autant de facteurs qui ralentissent considérablement le processus de biodégradation des polluants et concourent à une présence durable des polluants (25 à 30 ans).

Et l’homme dans tout ça ?

Pour le moment, le poisson pêché en mer Baltique continu d’être commercialisé, généralement sans avertissement particulier. Les produits chimiques qui ont contaminé les espèces marines peuvent ainsi se retrouver dans l’assiette des consommateurs. Ici encore, ce phénomène est connu depuis plusieurs années. En 2000, une étude avait démontré que les concentrations de dioxine, dans une population qui mange fréquemment du poisson provenant de la mer baltique, sont comparables à celles observées chez les habitants de Seveso après l’explosion du réacteur chimique produisant des herbicides en 1976.

Dès lors, pour des raisons de santé publique, il semblerait logique que l’on s’achemine rapidement vers une interdiction de commercialisation de certaines espèces de poissons de la Baltique, ce qui, en outre, aurait l’avantage de permettre la reconstitution des populations d’espèces surexploitées comme le cabillaud.

Alex Belvoit

Pygargue à queue blanche © WWF-Canon / Chris Martin BAHR

Saumon sauvage au centre de salmonidé norvégien de Lardal © WWF-Canon / Jo BENN

Télécharger le rapport en anglais

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 janvier 2005 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
926

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS