Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Diagnostic médical : l’exposition aux rayonnements ionisants s’accroît
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Diagnostic médical : l’exposition aux rayonnements ionisants s’accroît

Faisant suite au rapport paru en 2005 analysant des données recueillis en 2002, l’InVS (1) et l’IRSN (2) publient leur nouveau rapport évaluant l’exposition de la population française aux rayonnements ionisants liés aux actes de diagnostic médical. Sur la base de données récoltées en 2007, celui-ci fait le point sur les pratiques d’imagerie dans le milieu médical incluant la radiologie conventionnelle, les examens scanner et la médecine nucléaire.

Au cours de l’année 2007, ont ainsi été recensés 74,6 millions d’actes de diagnostic utilisant les rayonnements ionisants en France. Parmi eux, la radiologie conventionnelle représente 63 % des actes, la radiologie dentaire 24,7 %, les examens scanner 10,1 % et la médecine nucléaire 1,6 %.

Afin de déterminer une valeur moyenne de l’exposition à ces rayonnements ionisants, on détermine une « dose efficace ». Exprimée en en millisievert (mSv), elle se définit comme « un indicateur de radioprotection qui prend en compte les doses délivrées à chacun des organes du corps humain exposés à des rayonnements ionisants et leur sensibilité à ces rayonnements ». En France, les actes de diagnostic médical conduisent à une dose efficace égale à 1,3 millisievert (mSv) en moyenne par an et par individu. Pour comparaison, les Etats-Unis affichent une dose efficace estimée à 3 mSv, les valeurs moyennes européennes se situant dans une fourchette comprise entre 0,4 mSv pour le Royaume-Uni et 2 mSv pour la Belgique.

Actes délivrant les doses les plus élevées, les examens scanner pèsent pour 58 % de la dose efficace moyenne française contre 26 % pour la radiologie conventionnelle (hors radiologie dentaire) et 10 % pour la médecine nucléaire.

Autre observation effectuée, la dose efficace a augmenté de 57 % entre 2002 et 2007, passant de 0,83 à 1,3 mSv. S’il faut tenir compte de données « plus nombreuses, plus précises et mieux représentatives des pratiques médicales françaises qu’en 2002 », cette hausse s’explique également par une augmentation significative du nombre des examens scanner et de médecine nucléaire ainsi que par la plus grande part des examens scanner exposant le thorax, l’abdomen et le pelvis, organes radiosensibles contribuant fortement à la dose efficace.

S’inscrivant dans le cadre d’un plan national d’action mis en place en 2003 par la Direction générale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection (DGSNR), cette étude a pour vocation de mettre à la disposition des pouvoirs publics des informations actualisées sur l’exposition médicale de la population française liée au diagnostic. L’enjeu est bien entendu de mesurer l’efficacité et la pertinence des dispositions visant à assurer la protection des patients contre les effets nocifs des rayonnements ionisants.

Cécile Cassier
1- Institut de veille sanitaire

2- Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
39

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS