Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Des soldats utilisés comme cobayes lors d’essais nucléaires
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Des soldats utilisés comme cobayes lors d’essais nucléaires

Le 1er février dernier, était transmis au Conseil d’Etat le projet de décret d’application de la loi relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français. S’appliquant aux zones du Sahara et de Polynésie Française retenues pour l’application de la loi, ce projet de décret reconnaît 18 pathologies, reconnues par l’Unscear (1), susceptibles de donner lieu à une indemnisation. Mais si, comme le souligne l’Association des vétérans des essais nucléaires (Aven), on peut se féliciter de voir le nombre de maladies indemnisées passé de 13 à 18, on est encore loin des 34 pathologies figurant sur la liste Unscear.

D’autres modalités, relatives notamment aux conditions à remplir pour déposer une demande, d’indemnisation, suscitent également la désapprobation de l’association. Exemple parmi d’autres, d’après cette dernière, « pour être indemnisé le vétéran demandeur ne devra jamais avoir fumé, ce qui sous-entend qu’il n’ait pas fait usage de sa dotation de cigarettes ‘troupes’ délivrées avec sa solde de l’époque ».

Si le peu de transparence des autorités concernées sur cette question fait polémique, la récente parution d’un dossier militaire pourtant confidentiel vient renforcer ces soupçons. D’après ce document, rendu public dans l’édition du mardi 16 février du quotidien Le Parisien, l’armée française aurait délibérément exposé des soldats à des radiations. Ces manœuvres auraient été orchestrées lors d’essais nucléaires, baptisés « Gerboise rouge et verte » et réalisés à Reggan, au Sahara, les 27 décembre 1960 et 25 avril 1961. L’objectif visé était d’étudier grâce à ces cobayes « les effets physiologiques et psychologiques produits sur l’homme par l’arme atomique ». A en croire l’Aven, de telles manœuvres n’auraient pas seulement concerné les troupes d’infanterie mais également les chars et l’aviation, et plus tardivement la Marine Nationale dans le Pacifique. Effectués de 1961 à 1966, des tirs souterrains auraient également provoqué des fuites dans la région de In Eker.

D’après le Parisien, le ministre de la défense, Hervé Morin aurait, dans un premier temps, affirmé ne pas avoir eu connaissance de ce texte, avant de rectifier sa déclaration en évoquant la publication par son ministère en 2007 d’une « belle fiche de communication », synthétisant les informations contenues dans le dit rapport.

Relançant le débat sur l’épineuse question de l’indemnisation des victimes des essais nucléaires, ce nouvel élément devrait constituer un argument de poids en faveur de la demande de réparation de l’Algérie, laquelle accueillera à Alger, fin février, le deuxième colloque international sur les essais nucléaires dans le monde.

Cécile Cassier

1- Comité Scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 18 février 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
konkistador
18 février 2010 - 0 h 00 min

meme si les générations actuelles ne sont en aucun cas comptables des méfaits des anciennes elle doivent , sachant qu’on ne change pas l’histoire, essayer de réparer les consequences et aussi il y a un devoir de verité, de la reconnaissance des souffrances d’autrui et des consequences qu’ils endurent jusqu’a maintenant.
les reparations ne doivent pas s’arreter a endommager « acheter » les douleurs des irradiés de Reggane,il faut demander pardon au monde car on a contaminé une partie de la planete et aussi restituer tout ce qui a été derobé dans les pays colonisés comme histoires,documents et autres trésors du patrimoine national.
A.SABRI
aLGER



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS