Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Des mouches OGM à la rescousse des oliviers espagnols
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :





Des mouches OGM à la rescousse des oliviers espagnols

Mouche de l'olivier

La mouche de l’olivier (Bactrocera oleae) vieille de 2000 ans est désormais vue comme l’un des parasites les plus dommageable pour la production agricole, causant des pertes de plus de 700 millions d’euros. Le parasite pond ses œufs dans les fruits, de préférence les plus gros, alors que la larve se développe la pulpe s’oxyde et le fruit tombe.

La société Oxitec, spécialisée dans la production d’insectes génétiquement modifiés stériles, a proposé une solution à l’Espagne en juin dernier ! Ses mouches transgéniques mâles seraient relâchées afin de se reproduire avec les femelles naturelles. Cela, de par leur stérilité, résulterait en la mort des progénitures, et à long terme à l’élimination des parasites. Refusée en 2013, cette nouvelle demande, concernant une surface totale de moins de 1000m2 sous filets, se voulait de commencer le premier juillet 2015 jusqu’au 31 juillet 2016. La réponse des autorités espagnoles n’est toujours pas publiée sur le site du centre de recherche commun de l’Union Européenne, mais ce pourrait être le premier test de dissémination d’animaux transgéniques en Europe.

Oxitec vante son produit qui, lors d’essais intérieurs, a résulté en l’élimination de la mouche de l’olivier sauvage en moins de deux mois. Ils dénient tout danger pour l’écosystème car ces mouches mâles ne s’accouplent qu’avec leur propre espèce, cependant ils sont aussi conscients qu’oiseaux, mammifères ou reptiles seront, malgré les filets, en contact avec l’espèce transgénique. Pourtant, Oxitec voient en ces insectes transgéniques la seule alternative car, expliquent-ils, d’un côté, avec les législations européennes les pesticides efficaces ne peuvent être utilisés, et de l’autre la résistance aux insecticides augmente. De plus, selon les propos rapportés de John Vontas, Professeur en Biotechnologie et Biologie Appliquée, sur leur site web, les autres méthodes ne sont pas aussi efficaces.

Or les agriculteurs certifiés bio trouvent que l’utilisation de pièges permet de maintenir les dommages à moins de 10%. Une autre manière d’endiguer les dégâts causés par les mouches serait de recréer un écosystème sain. Par exemple, cultiver des haies, pratiquer la polyculture, ou bien arrêter le désherbage autour des arbres. De telles pratiques recréeraient des ressources alimentaires pour la faune, et donc pour les prédateurs naturels de ces parasites. En plus d’avoir un impact minimal sur l’environnement, ces méthodes permettent l’autonomie des agriculteurs. Il est aussi essentiel de souligner que l’élimination d’un parasite, bien souvent, entraîne le développement d’un autre.

Autre problèmes : la stérilité des mouches ne peut être absolue, comme le reconnaît Oxitec dans le cas du moustique qu’ils ont implanté au Brésil. En présence d’un antibiotique relativement répandu dans la région de Tarragona de par les élevages de porcs, la tétracycline, les mouches, comme les moustiques, sont fertiles. Il est de plus important de considérer l’impact pour les consommateurs, bien qu’Oxitec clame qu’il n’y ait aucun danger. Les larves mortes transgéniques, pouvant se retrouver dans les fruits commercialisés, contiennent une protéine appelée tTa, or un lien entre cette protéine et les désordres neurologiques a été établit chez les souris génétiquement modifiées.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 06 août 2015 à 10:18

62 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
guy
8 août 2015 - 14 h 16 min

lE SYSTEME AGRICOLE EN GRANDES ETENDUES DE MEME CULTURE EST UN PROFIT POUR LES SOCIETES D’AGRO-BUSINESS/LABORATOIRES ET UNE RUINE POUR LES AGRICULTEURS ET CONSOMMATEURS.
Les parasites des cultures ont un super-garde-manger à leur disposition, donc, font des ravages importants, d’où, besoin d’intrants/pesticides/ogm.animaux.végétaux…etc… puis soins médicaux aux consommateurs que nous sommes. La boucle financière est bouclée !


Olivier
8 août 2015 - 21 h 39 min

La nature est bien faite. A tout mal il y a un remède qui est présent.
Le problème c’est qu’à force de vouloir des champs avec juste de la terre et la plante qu’on veut faire pousser, les herbes qui peuvent aider la plante à se défendre, sont élimnées systématiquement…
Moi j’ai planté de l’inule visqueuse dans mon champ d’olivier, et je pulvérise de l’argile 1 fois par mois de juin à septembre,
et fuck la mouche !!!!
Ha c’est sûr c’est plus de boulot que de lâcher des mouches transgéniques…


Gromit
8 août 2015 - 23 h 49 min

Tiens, tiens… Comme par hasard. Un fléau sévit et peu de temps après arrive un industriel avec un pesticide ou un organisme transgénique pour remédier au problème. Ça ne vous rappelle rien ?


L ‘ Observateur
9 août 2015 - 10 h 07 min

Oh!
« de par » ne s’écrit pas « de parT » !


    Marine
    9 août 2015 - 11 h 12 min

    Merci


Nicole Sarah Kretchmann
9 août 2015 - 18 h 14 min

A chacune et chacun de conscientaliser : ogm ou non ?
Impossible d’avoir une réponse qui soit ni oui, ni non !!!!
Les organismes génétiquement malades n’auraient jamais du être acceptés, avant même que d’exister publiquement.


olivier
13 août 2015 - 0 h 09 min

Il ne faut pas forcément désherber car il existe une plante commune qui permet le développement d’un insecte qui parasite la mouche de l’olivier, à savoir l’inule visqueuse

http://www.herault.fr/2010/08/31/feuilleton-biodiversite-heraultaise-article-3-l-inule-visqueuse-une-plante-originale-prec

pas besoin de leur saloperie d’OGM


Gérard Mauget
22 août 2015 - 20 h 19 min

bon sang, mais c’est bien sûr, les OGM peuvent être utiles et probablement même indispensables.
ça fait plaisir d’apprendre que les ayatollahs écologistes nous ont abusés ce que beaucoup avaient envisagés.
Très bonne nouvelle;
Gérard



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
4168

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS