Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » De l’eau contaminée autorisée à la consommation en Seine-Maritime
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Quel panneau solaire pour recharger une batterie ?
  2. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  3. Prendre conscience de l’impact des ...
  4. Une centrale nucléaire flottante en Russie
  5. Greenpeace contre le suremballage


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






De l’eau contaminée autorisée à la consommation en Seine-Maritime

Le 8 février 2011, le Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau Potable et d’Assainissement (SIAEPA) (1) de la région de Montville, en Seine-Maritime, a demandé à la préfecture de lui accorder le droit de distribuer de l’eau polluée aux consommateurs, et ce au même prix que l’eau normalement consommable. La Commission Départementale des Risques Sanitaires et Technologiques de Seine-Maritime (CODERST) s’est chargée d’examiner cette demande. Par la suite, via un arrêté préfectoral du 18 février dernier, l’agence régionale de santé a finalement statué en faveur de la requête du SIAEPA.

Depuis 2004, les deux forages des Anglais et celui des Sondres sont effectivement contaminés par du trichloroéthylène et du tétrachloroéthylène à une concentration non négligeable. Mis en place en 2009, un suivi renforcé atteste d’un dépassement chronique de ces produits. Mais, à l’heure actuelle, la source exacte de la pollution des sols reste inconnue. Aussi, le SIAEPA a réclamé une dérogation d’une durée de trois ans l’autorisant à distribuer de l’eau destinée à la consommation humaine, malgré une teneur excédant la limite valable pour les deux composés.

D’après les associations Haute-Normandie Nature Environnement (HNNE) et UFC Que Choisir Rouen, selon le Code de santé publique, trois conditions doivent nécessairement être respectées pour légitimer la distribution d’une eau non conforme aux limites de qualité. D’une part, l’utilisation de l’eau ne doit pas représenter un danger potentiel pour la santé des consommateurs. Par ailleurs, la personne responsable de la distribution doit apporter la preuve qu’aucun autre moyen raisonnable n’est disponible pour maintenir la distribution de l’eau destinée à la consommation humaine, au sein de la zone concernée. Enfin, un plan d’actions de mesures correctives visant à remédier à la mauvaise qualité de l’eau doit être établi.  

Or, dans le cas présent, le respect de ces conditions porte à caution. Bien que l’arrêté préfectoral du 18 février 2011 ait assuré que les abonnés ou résidents seraient informés dans les 30 jours après la notification de la décision, cela ne s’est vérifié que pour les seuls habitants des communes relevant du SIAEPA de Montville. L’ARS a, en effet, dû relancer la CREA pour que le reste des populations touchées soient alertées. L’affichage dans les mairies a montré les mêmes défaillances. Confirmant un réel manque de transparence, la communication au public des résultats des dernières analyses effectuées s’est avérée impossible. Enfin, aucune communication adressée au public, qu’il s’agisse de l’arrêté préfectoral ou de la note d’information réalisée par le SIAEPA à destination de quelques consommateurs, ne fait état du caractère cancérogène des deux composés identifiés. De même, aucune précaution n’est spécifiée quant à l’usage de l’eau de boisson, notamment en ce qui concerne les personnes vulnérables telles que les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées. Ainsi, pour ces personnes sensibles, l’éventualité de distribuer des bouteilles d’eau minérale pour la consommation n’a pas été évoquée.

Cécile Cassier
1- Le SIAEPA alimente trois communes de la Communauté d’agglomération Rouen-Elboeuf- Austreberthe (CREA).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 avril 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Babou
21 avril 2011 - 0 h 00 min

… et le plan d’action pour remédier à cet état ? Une autorisation pendant 3 ans implique t-il que pendant ce laps de temps les enfants, les personnes âgées, les personnes fragiles dans l’ensemble, seront obligées à TOUT FAIRE avec de l’eau minérale : en boire, mieux ne vaut pas pour certains individus exposés mais se laver les mains et le corps, laver ses légumes… trois ans d’eau minérale ?!!! Et bien sûr l’eau polluée est au même prix que l’eau potable. QUAND SERA T-IL ENFIN QUESTION DE PRESERVER LES DOMAINES D’UTLITE PUBLIQUE DE LA LOI DU MARCHE, CAD DE LA SPECULATION ?


michele77500
21 avril 2011 - 0 h 00 min

Cela vous étonne ? Nous savons tous qu’en France l’énergie atomique est sans danger, les OGM sont des produits comme les autres, … Avons-nous oublié l’amiante, le sang contaminé… ? Et on nous prépare (si nous nous laissons faire) des eaux imbuvables avec la fracturation hydraulique pour le pétrole de schiste. L’avenir est sombre, quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?
Dans tous les cas, il ne faut pas faire confiance à ceux qui nous dirigent.


Krishnamurti
24 avril 2011 - 0 h 00 min

Même en habitant à 1000km de là et ne connaissant pas la région, il ne me faut pas longtemps pour me renseigner sur internet et voir que la ZAC des Sondres est traversée par un ruisseau en plusieurs endroits et que l’entreprise la plus importante de cette zone « Gère, stocke et distribue en France de nombreux produits chimiques industriels et de spécialités. » Alors on peut supposer que si l’on ne veut pas savoir d’où vient la pollution, c’est que l’on a peur de perdre des rentrées d’argent substantielles… Ce n’est que mon avis.






à lire aussi
     
Flux RSS