Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Bisphénol A : femmes enceintes et enfants jugés à risques
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. La noblesse des tables en bois
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  5. Fair Squared : les préservatifs vegan ...


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Bisphénol A : femmes enceintes et enfants jugés à risques

En juin 2010, la France interdisait l’utilisation de bisphénol A dans la fabrication des biberons. Depuis lors, les études attestant de la nocivité de ce perturbateur endocrinien n’ont cessé de se multiplier. Le 27 septembre dernier, l’Anses (1) a publié deux rapports relatifs à l’évaluation des risques liés au bisphénol A, respectivement dédiés aux effets sanitaires du BPA et à ses usages. Dans ces travaux, l’Agence conclut à l’existence d’effets avérés chez l’animal (effets sur la reproduction, sur le métabolisme, le cerveau et le comportement etc.) et suspectés chez l’homme (effets sur la reproduction, sur le métabolisme des sucres et des graisses, pathologies cardio-vasculaires). Au regard de ces nouvelles conclusions, elle juge prioritaire la prévention au sein des franges de la population les plus vulnérables, à savoir les nourrissons, les jeunes enfants, les femmes enceintes et allaitantes. Pour préserver ces personnes sensibles, elle appelle à la substitution du BPA dans les articles qui leur sont destinés, en recourant à des substances ou technologies alternatives dont l’innocuité est attestée.  

En matière d’usages du BPA, de très nombreux secteurs industriels déclarent l’utiliser, majoritairement pour la production de plastique de type polycarbonate. On recense ainsi près d’une soixantaine de secteurs d’activités potentiellement utilisateurs de BPA, allant de l’agroalimentaire au bâtiment et à la construction aéronautique et spatiale. Cette substance est également présente dans les résines époxydes, utilisées notamment pour la fabrication des contenants alimentaires. Au regard de quoi, un très grand nombre d’articles sont actuellement susceptibles de contenir du BPA : jouets, mastics, adhésifs, appareils électroménagers, informatiques, électriques et électroniques, automobiles (pneus, pare-chocs…) etc.

Sur la base de ces travaux, l’Agence a lancé un appel à contribution, d’ici fin novembre 2011, afin de collecter des données scientifiques sur la disponibilité de produits de substitution. Parallèlement, des études sont en cours afin d’évaluer l’exposition au BPA via divers milieux, notamment dans les aliments (petits pots bébés etc.), dans l’eau (embouteillée et de distribution publique), ou dans les logements (poussières etc.).

Réseau Environnement Santé (RES) a approuvé cette annonce, l’interprétant comme une étape importante vers l’interdiction du BPA. Il semble qu’il ne se soit pas trompé. En effet, le 28 novembre dernier, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a voté une proposition de loi interdisant l’usage du BPA dans tous les contenants alimentaires. Soumise par le député PS Gérard Bapt, cette proposition doit prochainement être examinée en séance publique, avant d’être soumise au vote à l’Assemblée générale.

Cécile Cassier
1- Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS